Qui n'a jamais dit, « j'ai le temps, je le ferai demain » ? Chaque étudiant a déjà usé, voire abusé de la procrastination durant son cursus supérieur. Si l'envie de procrastiner peut rapidement devenir un véritable fléau dans vos études, voici quelques conseils pour résister à la tentation.
 

Cela vous intéressera aussi

Que ce soit pour consulter ses mails, flâner sur les réseaux sociauxréseaux sociaux, ou téléphoner à un ami, la tentation de procrastinationprocrastination n'est jamais bien loin, que l'on soit étudiant ou travailleur. Pour éviter de procrastiner, voici quelques conseils qui pourraient vous aider.

Comment reconnaître la procrastination ?

D'après la définition du Petit Larousse, la procrastination est une « tendance à ajourner, à remettre systématiquement au lendemain ». Il ne s'agit donc pas de la simple pause de 10-15 minutes que vous vous êtes accordée pour mettre en veille le cerveaucerveau et repartir de plus belle une fois votre pause finie. Il s'agit là d'une réelle remise à plus tard d'une tâche, qui aurait dû être faite à un moment donné. Si certains peuvent se dire que ce n'est pas si grave que ça, sur le long terme, la procrastination peut entraîner du stress, des angoisses et une réelle auto-dévaluation. Pour lutter contre la procrastination, il est nécessaire de se fixer des règles et surtout de s'y tenir.

Quelles sont les sources de la procrastination ?

Plusieurs comportements peuvent expliquer la procrastination :

  • vous avez peur de l'échec ou vous trouvez le travail demandé trop compliqué. Ce manque de confiance en vous et cette dévalorisation peuvent être la source de votre procrastination. Vous angoissez à l'idée de devoir faire tout ce qu'on vous demande et avez donc tendance à repousser au maximum l'échéance. Mais le fait de repousser sans cesse ne fait qu'augmenter votre stress et votre anxiété au fur et à mesure que la date butoir se rapproche ;
  • vous êtes perfectionniste : le fait d'être trop exigeant avec soi-même peut vous pousser à procrastiner. En effet, une éternelle insatisfaction du travail fourni peut conduire à une certaine démotivation et engendrer de la procrastination ;
  • le manque de motivation pousse à la procrastination. Il est donc nécessaire de vous remettre en question et de vous demander pourquoi vous faites ces études, quels sont vos objectifs, de quoi vous avez envie, afin de vous remobiliser et de vous fixer des objectifs clairs et précis.
Procrastiner ne fait que retarder l'échéance et entraîne une accumulation et une surcharge de travail. © peopleimages.com, Adobe Stock
Procrastiner ne fait que retarder l'échéance et entraîne une accumulation et une surcharge de travail. © peopleimages.com, Adobe Stock

Bien s'organiser pour éviter la procrastination

La procrastination peut venir du fait que vous vous sentiez dépassé par votre travail ou qu'il vous paraisse insurmontable. Pour éviter d'en arriver à cet extrême, il est nécessaire de bien s'organiser pour bien gérer son temps. Pour cela, fixez vos objectifs principaux et décomposez-les en plusieurs petites tâches. Il est en effet plus facile de se concentrer sur un laps de temps assez court plutôt que sur une durée de travail incertaine. En décomposant ainsi votre travail, vous vous fixerez des objectifs réalisables et plus faciles à tenir. Chaque tâche a un début et une fin que vous-même aurez décidés. Se fixer une deadline à court ou moyen terme est très important pour ne pas être tenté par la procrastination.

N'hésitez pas à inclure dans votre planning du jour des temps de repos, de 10-15 minutes maximum, qui vous permettront à la fois de décompresser mais aussi de faire le point sur l'avancée des tâches. Ce temps de pause doit correspondre à une sorte de récompense que vous vous auto-attribuez suite à la réalisation de vos premiers objectifs dans le temps imparti. Utilisez si besoin un chronomètrechronomètre ou un minuteur pour ne pas être tenté de prolonger ce temps de pause, et ainsi risquer de basculer dans la procrastination.

Vous pouvez également utiliser des méthodes d'organisation spécifiques, comme la méthode Pomodoro, qui est une technique de management temporel préconisant des plages de travail de 25 minutes entrecoupées de pauses de cinq minutes. Cette technique a pour but d'améliorer l'efficacité et la productivité en travaillant sur un laps de temps très court.

Pour ne pas procrastiner, éloignez les distractions

Pour éviter toute tentation de procrastination, mettez de côté tout ce qui pourrait vous distraire. Éteignez votre téléphone le temps de la réalisation de votre tâche et concentrez-vous sur le travail que vous avez à faire. En vous focalisant sur ce que vous devez faire, vous serez bien plus productif et aurez un sentiment de satisfaction et de fierté une fois la tâche accomplie dans les temps que vous vous étiez fixés. Si vous devez travailler sur ordinateurordinateur, la tentation est grande d'ouvrir un nouvel onglet pour jeter un œilœil à vos sites favoris. Pour éviter cela, n'hésitez pas à télécharger des applications permettant de bloquer l'accès aux sites qui pourraient vous faire perdre du temps, le temps de réaliser votre travail (par exemple Stayfocusd, SelfControl). Si vraiment il est trop difficile pour vous de ne pas vous disperser, n'hésitez pas à sortir de chez vous et à aller à la bibliothèque par exemple, pour vous aider à rester focalisé sur ce que vous devez faire.

Accordez-vous des pauses et des récompenses

Il est très important de vous accorder des pauses et des récompenses. Cela vous aidera à réaliser vos objectifs et améliorera votre productivité. Faites des pauses courtes, pendant votre planning des tâches, mais accordez-vous également un temps de pause plus long dans votre semaine pour faire du sport, voir vos amis, aller au cinéma... Ces récompenses hebdomadaires vous permettront de souffler, de vous sentir heureux et de profiter de votre vie étudiante. En étant bien dans votre peau, vous serez également bien dans vos études et dans votre travail personnel.

Quelles sont les conséquences de la procrastination ?

Stress, angoisse, auto-dévaluation, culpabilisation, travail bâclé... La procrastination engendre de multiples effets négatifs d'un point de vue moral et comportemental. Au lieu de devoir tout faire à la dernière minute quitte à mal faire, prenez le temps de le faire dans un délai imparti. Cela vous apportera autant d'adrénalineadrénaline que de le faire en mode « j'ai plus le choix », mais cela sera fait correctement car dans le respect de vos objectifs. Et vous aurez le temps de revenir dessus si besoin grâce à une bonne organisation.