L’Antarctique détient le record de la température la plus froide jamais enregistrée : -90 degrés Celsius. © MemoryCatcher, Pixabay
Sciences

À qui appartient l’Antarctique ?

Question/RéponseClassé sous :Sciences , Antarctique , Traité de l’Antarctique
 

L'Antarctique correspond à une calotte glaciaire polaire, occupant un territoire de taille similaire à celle du Brésil. Elle est considérée comme la plus grande zone désertique, car elle présente les conditions les plus défavorables au maintien et à la prolifération de la vie. À qui ces terres appartiennent-elles ?

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Antarctique : découvrez le point émergé le plus profond sur Terre  Sous ses glaces éternelles, l’Antarctique cache une topologie très accidentée. Le projet BedMachine a révélé des canyons terrestres qui s’enfoncent à plusieurs kilomètres de profondeur. L’un d’entre eux, sous le glacier Denman, détient le record du point le plus profond du globe. Il descend à plus de 3,5 kilomètres sous le niveau de la mer ! 

Le continent antarctique est entièrement formé de glace et possède des caractéristiques géologiques et climatiques uniques. Cette région détient environ 10 % des terres émergées de la planète. De plus, l'obscurité de la nuit polaire y dure de 4 à 6 mois.

Le cœur de l'Antarctique est composé d'un grand plateau de glace. Celui-ci présente des montagnes aux altitudes qui varient entre 1500 et 4000 mètres au-dessus du niveau de la mer. Mais la calotte glaciaire est en grande partie immergée.

Bien que l'Antarctique nous semble un milieu aqueux, l'humidité relative de l'air est très similaire à celle des déserts de sable comme le Sahara. Cela est dû au fait que les précipitations de neige sont rares, et quand elles se produisent, elles se compriment rapidement, devenant des blocs de glace. 

À qui appartient l’Antarctique ?

En théorie, le continent n'a pas de gouvernement et pas d'habitants permanents. En pratique, sept pays revendiquent une partie du lieu.

Il n'y a pas de drapeau officiel, mais il en existe un symbolique, adopté en 2002 par l'Organisation du traité de l'Antarctique. Ce traité, signé en 1959 par 12 pays initialement, établissait que le territoire ne pouvait être utilisé qu'à des fins pacifiques et scientifiques. Le traité s'applique aux espaces situés au sud du 60e parallèle sud.

Depuis la signature de ce traité, 40 autres pays ont rejoint l'accord et peuvent également participer aux réunions annuelles, à condition qu'ils mènent des recherches en Antarctique. Les 23 pays qui ont signé le traité, mais qui n'ont aucun projet scientifique sur le continent, peuvent assister aux réunions, sans droit de vote.

L’Antarctique détient le record de la température la plus froide jamais enregistrée : -90 degrés Celsius. © MemoryCatcher, Pixabay

Les sept pays revendiquant une partie de l'Antarctique sont : la France, l'Australie, la Nouvelle-Zélande, le Chili, l'Argentine, le Royaume-Uni et la Norvège. Mais ce litige est suspendu jusqu'en 2040 par le Traité de l'Antarctique, qui établit qu'il s'agit d'un territoire neutre, axé uniquement sur la recherche scientifique, et interdit l'installation de bases militaires, l'exploitation des ressources naturelles et les essais d'armes, entre autres. 

Les tranches revendiquées par l'Argentine, le Chili et le Royaume-Uni se chevauchent en partie. En outre, en vertu du traité sur l'Antarctique, les États-Unis et la Russie ont le droit de revendiquer un territoire s'ils le souhaitent. 

Jusqu'en 2040, année de révision du traité, toute exploration visant à obtenir des ressources naturelles, comme l'extraction de minéraux et de pétrole, est interdite. Cette discussion devrait devenir plus controversée à l'avenir. En effet, en plus de disposer de pétrole sous terre, l'Antarctique possède une grande réserve d'eau douce, une ressource naturelle qui devient de plus en plus précieuse sur notre planète.

Qui séjourne en Antarctique ?

Sur le continent antarctique, on retrouve des scientifiques et des chercheurs en climatologie. Durant l'hiver austral, ils sont environ un millier, et en été leur nombre peut monter jusqu'à 5000. Une église orthodoxe a même ouvert en 2004 dans la base de recherche russe Bellinghausen. Elle est occupée par un prêtre qui reste 1 an sur le continent.

Il existe aujourd'hui environ 70 stations de recherche sur place, exploitées par 29 pays. Pour mener des études scientifiques en Antarctique, il est nécessaire de respecter non seulement le Traité sur l'Antarctique, mais aussi le Protocole de Madrid sur la protection de l'environnement, entré en vigueur en 1991. Elle interdit les confrontations violentes, les activités avec des déchets radioactifs, les combats pour le territoire et tout acte qui présente un risque pour la faune.

Abonnez-vous à la lettre d'information La question de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez, forcément. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !