Dans le vocabulaire de la cryptographie, chiffrer revient à brouiller. Peu importe que l’on ait affaire à des chiffres arabes ou non. Mais, bien entendu, il n’est pas interdit d’utiliser les chiffres de 0 à 9 en les groupant ou non pour former des nombres. 

Le chiffre le plus simple qui soit est sans doute celui qui consiste à numéroter les lettres de 01 à 26, dans l'ordre. « Bonjour » s'écrit alors 02 15 14 10 15 21 18. C'est tellement simpliste qu'on a intérêt à brouiller un peu les pistes, par exemple en groupant les chiffres autrement que par deux.

Saurez-vous trouver son sens ?

En les groupant par quatre, on obtient 0215 1410 1521 1831 en ajoutant 31, qui ne veut rien dire, pour n'avoir que des groupes de 4 chiffres, ce qui est encore un peu simple.

On peut compliquer encore un peu en groupant les chiffres autrement. On intercepte le texte sibyllin :

21141 30520 19190 10705 19050 31805 05315

Un chiffre simple mais brouillé... Saurez-vous trouver son sens ? © Géralt, Pixabay, DP
Un chiffre simple mais brouillé... Saurez-vous trouver son sens ? © Géralt, Pixabay, DP

Solution : un mets sage se crée

Si l'on groupe les chiffres deux par deux, on obtient :

21 14 13 05 20 19 19 01 07 05 19 05 03 18 05 05 31 5

Mis à part les deux derniers groupes, tous les nombres utilisés sont inférieurs à 26 et le texte a un sens si les lettres ont été chiffrées dans l'ordre. C'est encore beaucoup trop facile à décrypter, on a tout de même intérêt à brouiller un peu plus, au moins en permutant les chiffres !

Il est alors nécessaire de disposer d'un texte chiffré beaucoup plus long pour le décrypter, même si le code de la lettre « e » est en général très facile à repérer car elle est la plus fréquente dans un texte écrit en français normal. Nous excluons bien entendu tout extrait du roman « La disparition » écrit sans cette lettre par Georges Perec. Ce qui ne signifie pas qu'une phrase chiffrée de ce roman soit indécryptable !