OVNI ou lanternes magiques ? © Photoman, Adobe Stock
Sciences

Comment expliquer les témoignages d'Ovnis ?

Question/RéponseClassé sous :Espace , OVNI , civilisations extraterrestres

[EN VIDÉO] Quel est cet ovni filmé depuis l'ISS ?  Régulièrement, les caméras de la Station spatiale internationale (ISS) filment des objets volants non identifiés, alias ovnis. Satellites, débris ou étages de lanceurs, quand ce ne sont pas de simples reflets dans les vitres : ces images font le bonheur des ufologues. Ici, on voit un objet allant dans le même sens que l’ISS, un peu plus bas et (logiquement) un peu plus rapide. Rêvons un peu. 

Des milliers de témoignages d'objets volants non identifiés affluent chaque jour. Mais, loin de constituer une preuve de l'existence d'extraterrestres, ces observations relèvent bien souvent d'une explication bien plus terre à terre.

Mystérieux objets filant dans le ciel, flashs lumineux, boules orange qui virevoltent en escadron... Chaque année, le Groupe d'études et d'informations sur les phénomènes aérospatiaux non identifiés (Geipan), rattaché au Cnes (Centre national d'études spatiales), enregistre plus de 200 témoignages d'objets volants non identifiés (Ovni). Le Mutual UFO Network (Mufon), l'un des principaux organismes d'enquête sur les ovnis aux États-Unis, a, quant à lui, enregistré 3.800 cas entre janvier et fin septembre 2020.

Nuage, avions et lanternes magiques

La plupart du temps, ces phénomènes sont pourtant parfaitement explicables. Insectes pris dans la lumière d'un lampadaire, nuage lenticulaire, aurore boréale, avion furtif, essai de missile, lanterne magique ou ballon... La plupart des cas reposent sur des témoignages uniques de personnes qui, bien que sincères, ne sont pas aptes à distinguer un avion d'une soucoupe volante. « Très peu de cas impliquent des phénomènes qui pourraient surprendre un observateur un peu averti », confirme au site Astronomy Steve Hudgeons, directeur international des enquêtes au Mutual UFO Network.
 

Cette vidéo enregistrée en 2019 montre des objets en forme de pyramides planant au-dessus d'un destroyer de la Marine. Ces images ont été confirmées comme authentiques par le Pentagone. © Jeremy Corbell, YouTube

Si les témoignages reposaient autrefois principalement sur les souvenirs des témoins, c'est-à-dire sujets à des « reconstitutions », les observations s'additionnent aujourd'hui souvent d'images prises avec un téléphone portable. Or, ces derniers peuvent eux-mêmes engendrer des confusions, car ils n'ont pas d'obturateur mécanique. « Les oiseaux deviennent des vaisseaux extraterrestres en forme de cigare et les insectes des ovnis hypersoniques parce que les gens ne se rendent pas compte qu'ils volent juste en face de l'objectif de l'appareil photo », ironise l'astronome Seth Chostak. Il y a aussi de plus de plus de satellites visibles, à l'instar de la constellation Starlink qui en compte déjà plus de 1.200.

Plus de la moitié des observations d’Ovni s’expliquent par des objets volants parfaitement identifiés, comme les avions, les ballons ou les cerfs-volants. © Geipan

2 % des observations d’Ovni restent inexpliquées

Le Geipan classifie les témoignages de A à D2 en fonction de leur étrangeté et la consistance.

  • 59 % des cas sont classés A ou B, c'est-à-dire qu'ils s'expliquent par des méprises ou des erreurs de perception ;
  • 34 % des observations sont inexploitables et classées C ;
  • Environ 7 % des observations restent inexpliquées (classées D1 ou D2).

Et encore, « sur les 10 dernières années, le taux d'inexpliqués est plus faible (2 %), car on reçoit plus de témoignages et les outils numériques permettent des enquêtes plus approfondies », explique le Geipan.

Certains témoignages s'avèrent toutefois plus crédibles, notamment quand ils proviennent de pilotes d'avion, un public a priori plus averti. En 2020, le Pentagone a ainsi déclassifié trois vidéos de l’US Navy montrant « des objets volants non identifiés réalisant des manœuvres incompatibles avec les performances de tous les engins volants connus ». Mais là encore, cela ne signifie pas qu'on a affaire à des extraterrestres. L'armée américaine n'utilise d'ailleurs pas le terme d'Ovnis, mais celui de Pan (Phénomènes aérospaciaux non-identifiés).

Abonnez-vous à la lettre d'information La question de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez, forcément. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !