Le statut cadre fait souvent rêver de nombreux employés. Mais que se cache-t-il derrière ce statut tant convoité ? Quels en sont ses avantages et ses inconvénients ? Qu’est-ce que cela implique pour le salarié et pour l’employeur ?

Cela vous intéressera aussi

D'après les derniers chiffres Insee publiés en septembre 2020, les cadres représentaient, en 2019, 19,3 % de la population active française. Pour la première fois en 2020, le nombre de cadres en activité a dépassé le nombre d'ouvriers d'après les chiffres Insee publiés en mars 2021. Mais qu'est-ce qui différencie vraiment les cadres des autres salariés ? Quels sont les avantages et les inconvénients inhérents à ce statut ?

Comment peut-on définir un cadre d’entreprise ?

Le statut de cadre reste une notion très floue, même aux yeuxyeux de la loi. En effet, il n'existe pas de définition officielle concernant ce statut. L'article L. 3111-2 du Code du Travail définit les cadres dirigeants comme « les cadres auxquels sont confiées des responsabilités dont l'importance implique une grande indépendance dans l'organisation de leur emploi du temps, qui sont habilités à prendre des décisions de façon largement autonome et qui perçoivent une rémunération se situant dans les niveaux les plus élevés des systèmes de rémunération pratiqués dans leur entreprise ou établissement ». Mais tous les salariés au statut cadre n'exercent pas forcément des fonctions d'encadrement. Il existe en effet de multiples types de cadre en entreprise : les cadres dirigeants, les cadres techniques, les cadres fonctionnels, les chefs de projet, les managers, les cadres commerciaux, les cadres supérieurs, les cadres experts, les assimilés cadres... Le statut est généralement défini dans les conventions collectives des entreprises mais il est très souvent assimilé à des notions de responsabilités, d'autonomieautonomie et d'encadrement.

L'Organisation internationale du travail définit quant à elle le cadre comme étant « toute personne qui a terminé un enseignement et une formation professionnelle de niveau supérieur ou qui possède une expérience reconnue équivalente dans un domaine scientifique, technique ou administratif ; et qui exerce, en qualité de salarié, des fonctions à caractère intellectuel prédominant, comportant l'application à un haut degré des facultés de jugement et d'initiative et impliquant un niveau relativement élevé de responsabilité ».

Il existe différents types de cadre en entreprise. © Sfio Cracho, Adobe Stock
Il existe différents types de cadre en entreprise. © Sfio Cracho, Adobe Stock

Comment devient-on cadre d’entreprise ?

La négociation nationale interprofessionnelle du 28 février 2020 a estimé qu'un salarié pouvait obtenir le statut cadre :

• soit par un diplôme ou une certificationcertification d'enseignement supérieur ;
• soit à travers une expérience reconnue, acquise au fil du parcours professionnel ou par la formation professionnelle.

Le salarié peut donc obtenir le statut soit directement à l’embauche, soit par son expérience et ses compétences développées au sein de son entreprise au fil des ans, soit à la suite d'une formation professionnelle.

Les avantages et les inconvénients du statut cadre en 6 points

1. Salaire et cotisations sociales

  • Avantages :

Ayant plus de responsabilités et d'expertise, un salarié au statut cadre bénéficie d'une meilleure rémunération qu'un employé. D'après l'Apec, le salaire moyen des cadres en 2021 se situe autour des 50K€ par an, mais il existe de grandes disparités de salaires selon la taille de l'entreprise, la ville dans laquelle le salarié travaille, le secteur d'activité et le poste occupé. Dans certains cas, le cadre peut avoir un salaire fixe et une part variable, et il bénéficie régulièrement de primes. Les cadres peuvent également bénéficier en fonction de l'entreprise et du secteur d'activité de divers avantages comme une voiturevoiture de fonction, un téléphone portable, des dispositifs d'épargne d'entreprise, une carte bancaire professionnelle...

  • Inconvénients :

Qui dit meilleur salaire dit aussi charges sociales plus importantes. Il est donc nécessaire de bien négocier son salaire brut pour ne pas avoir de mauvaises surprises à la réception du salaire net.

2. Temps de travail

  • Avantages :

Généralement, les salariés au statut cadre ne travaillent plus 35 heures par semaine mais sont soumis au forfait jour. Ils n'ont donc pas d'horaires fixes de travail et peuvent organiser leur emploi du temps avec plus de souplesse sans avoir à se justifier. Ils peuvent ainsi cumuler plus facilement vie professionnelle et vie personnelle grâce à un emploi du temps plus flexible.

  • Inconvénients :

Bien souvent, le fait de ne pas avoir d'horaires de travail fixes engendre des journées de travail à rallonge. Un cadre ne compte pas ses heures et ses heures supplémentaires ne sont généralement pas payées.

Être cadre engendre de nombreuses responsabilités et du stress au travail. Pour limiter les risques de burn-out, la loi a désormais intégré un droit à la déconnexion, visant principalement les salariés au statut cadre. © Krakenimages.com, Adobe Stock 
Être cadre engendre de nombreuses responsabilités et du stress au travail. Pour limiter les risques de burn-out, la loi a désormais intégré un droit à la déconnexion, visant principalement les salariés au statut cadre. © Krakenimages.com, Adobe Stock 

3. Congés payés et RTT

  • Avantages :

Certaines entreprises, via leur convention collective, accordent des jours de congés supplémentaires à leurs cadres ou des jours de repos.

  • Inconvénients :

Du fait de leurs responsabilités et de leur charge de travail, beaucoup de cadres n'utilisent pas tous leurs congés ou leurs RTT. Certaines entreprises proposent alors un compte épargne-temps permettant aux salariés de placer sur un compte leurs congés non utilisés. Il arrive parfois également que certains cadres disposent de moins de jours de RTT que d'autres salariés du fait de leur annualisation.

4. Préavis et indemnités de départ

  • Avantages :

En cas de démission, la période de préavis dure trois mois pour un cadre contre un mois pour un employé. Cela permet de bien gérer son départ et de clôturer correctement les dossiers en cours. Si vous êtes licencié, vous serez donc indemnisé plus longtemps. La période d'essai est quant à elle de quatre mois, ce qui laisse plus de temps pour se faire une idée précise du poste occupé et de l'équipe avec laquelle le cadre doit travailler.

  • Inconvénients :

Quatre mois de préavis peuvent parfois être longs quand on a décidé de démissionner pour un autre poste. Il faut être sûr que l'entreprise qui vous recrute soit disposée à attendre ce délai. Par ailleurs, quatre mois de période d'essai, généralement renouvelable une fois, cela peut parfois aussi sembler long.

5. Chômage

  • Avantages :

Les cadres cotisent, à partir d'une certaine rémunération, auprès de l'Apec (Association pour l'emploi des cadres). Cette cotisation leur permet de bénéficier d'un accompagnement personnalisé en cas de chômage et d'être suivi via l'organisation d'ateliers, des préparations à l’entretien, atelier réseaux sociauxréseaux sociaux.

  • Inconvénients :

Il existe très peu d'agences Apec en France. Cependant, de plus en plus d'ateliers sont désormais accessibles à distance.

6. Retraite et prévoyance

  • Avantages :

Les salariés au statut cadre bénéficient d'un régime de prévoyance qui leur est propre, leur offrant une meilleure couverture en cas de décès. Exclusivement à la charge de l'employeur, cette cotisation est égale à 1,5 % de la tranche de rémunération inférieure au plafond de la tranche A de la Sécurité sociale.

  • Inconvénients :

Depuis la fusion Agirc-Arrco de 2019, les cadres et les non-cadres cotisent de la même façon. Les cadres perdent donc le bénéfice de leur statut au moment du calcul du montant des cotisations payées au titre de la retraite complémentaire. Avant la fusion, le cadre, à salaire égal brut, touchait un salaire net inférieur à un non-cadre mais cotisait plus pour bénéficier d'une pension de retraite plus élevée. Aujourd'hui, seul le montant du salaire est pris en compte dans le calcul des droits à la retraite.