La bière sans alcool titre moins de 1,2 % d’alcool en volume. © Subbotina Anna, Adobe Stock
Sciences

Comment est fabriquée la bière sans alcool ?

Question/RéponseClassé sous :chimie , processus de fabrication , bière sans alcool

[EN VIDÉO] Une expérience astucieuse pour savoir si votre soda est vraiment sans sucre  Comment être certain qu’un soda ne contient que peu ou pas de sucre ? Unisciel et l’université de Lille 1 nous proposent en vidéo une expérience qui pourra fournir la réponse. Petit indice : il suffit de connaître la masse volumique du contenu de la canette… 

La consommation de bière sans alcool est en nette hausse depuis plusieurs années. Pourtant, le processus de fabrication de la bière induit naturellement une fermentation alcoolique. Alors, comment obtient-on cette fameuse bière sans alcool ?

La bière classique affiche un taux d'alcool entre 4 et 12 % et, selon la règlementation, la bière sans alcool doit présenter un titre alcoométrique inférieur ou égal à 1,2 % en volume. Pour comprendre comment on peut éliminer l'alcool de la bière, revenons d'abord sur le processus de fabrication de la bière traditionnelle. Le malt germé est d'abord concassé, trempé dans de l'eau tiède, puis chauffé, ce qui réveille les enzymes qui vont alors le transformer en sucres jusqu'à obtention d'un moût sucré. Vient ensuite le brassage auquel on ajoute le houblonqui donne le goût amer, et des épices ou des plantes selon la recette. Le mélange subit alors une fermentation alcoolique : il est ensemencé avec une levure qui va transformer les sucres en alcool et en gaz carbonique. La bière est ensuite clarifiée, affinée, puis filtrée.

Fabrication de la bière sans alcool : les différents procédés

Il existe plusieurs moyens d'éliminer l'alcool de la bière lors du processus de fabrication ou après coup. Une des méthodes consiste à ralentir la fermentation afin de limiter la transformation des sucres en alcool. Deux procédés existent :

  • la fermentation basse. La bière est brassée lentement à faible température afin de ne pas extraire trop de sucres. On peut également recourir à des levures moins actives, comme Saccharomices ludwigii.
  • la fermentation rapide. La fermentation est brutalement stoppée après un début classique. Inconvénient : on obtient une bière peu pétillante et il faut donc rajouter du gaz carbonique pour pallier le manque de bulles.
En raccourcissant la période de fermentation, on limite la transformation des sucres en alcool. © Hamik, Adobe Stock

Une autre possibilité est d'utiliser moins de malt au départ, ce qui réduit la quantité de sucres fermentescibles. Mais comme c'est justement le malt qui donne son goût à la bière, il faut utiliser des malts spéciaux pour garder une saveur suffisante.

Il est également possible d'éliminer l'alcool après coup.

  • Par filtration : la bière est mise sous pression, puis passée à travers une membrane organique qui retient les molécules d'alcool. Cette méthode est la plus efficace pour éliminer l'alcool et c'est celle qui préserve le mieux le goût de la bière ; mais c'est aussi la plus coûteuse.
  • Par évaporation : la bière est chauffée pendant 30 minutes à 80 °C, ce qui fait évaporer l'éthanol.
  • Par distillation sous vide : la bière est chauffée à une température de 35 °C sous vide pendant plusieurs heures, ce qui permet de faire descendre le titre alcoolique tout en préservant les arômes.

Toutes ces méthodes n'arrivent généralement pas à éliminer 100 % de l'alcool, d'où le taux d'alcool de 1,2 % toléré. La bière sans alcool est souvent plus fade et avec moins de caractère que la bière traditionnelle. Par conséquent, les fabricants rajoutent parfois des arômes de fruits (citron, framboise, etc.). En revanche, la bière sans alcool est moins calorique : 20 à 30 calories pour 100 ml contre 40 à 50 calories pour une bière à 5° d'alcool.

Abonnez-vous à la lettre d'information La question de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez, forcément. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !