Sciences

Les gardiens de Toutânkhamon

Diaporama - Le trésor de Toutânkhamon, un témoignage pharaonique de l’Égypte ancienne
PhotoClassé sous :histoire , égyptologie , archéologie
Les gardiens de Toutânkhamon
Abonnez-vous à la lettre d'information Photos : chaque semaine, deux sujets traités à travers des photos remarquables.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Située dans la chambre funéraire, la « maison d'éternité du pharaon » se compose de quatre coffres-chapelles. Sur les faces externes des murs latéraux de la troisième sont figurées les représentations des dieux protecteurs. Ici, Douamoutef, à tête de chacal. Cette divinité fait partie des quatre génies funéraires, appelés les « fils d'Horus ». Douamoutef, le chacal, protège l'estomac et assure que les ennemis seront vaincus ; Amset, l'homme, protège le foie ; Hâpi, le babouin, défend les poumons ; et Kébehsénouf, le faucon, protège l'intestin. Pour que leurs missions soient accomplies, ils sont chacun associés à un point cardinal et à une déesse, pleureuse divine. Elles sont représentées sur le coffre en albâtre qui contient les vases canopes renfermant les viscères.

Les vignettes et inscriptions découvertes sur les chapelles, notamment sur les deuxième et troisième chapelles, sont extraites des textes sacrés d'Égypte, dont l'Amdouat représentant « ce qu'il y a dans le monde inférieur ». Ce texte du « Voyage du soleil durant les douze heures de la nuit » prépare le pharaon à effectuer cette même traversée pour renaître à l'immortalité. 

© Claude Valette, CC by-nc 2.0