Expert Sciences

Stefan Diller

Photographe scientifique

Classé sous :Sciences , photographes , électronique
La communauté scientifique et, avec elle, chaque chercheur devraient s'engager à partager l'esthétique du micro-monde avec le plus grand nombre de personnes possible. Cette sensibilisation des non-scientifiques est essentielle pour aider à communiquer au public l'importance de la recherche fondamentale et appliquée. Je suis persuadé que la publication de FUTURA aide à transmettre ce point de vue.
Stefan Diller, Photographe scientifique

Biographie

Né en 1959, Stefan Diller s'est intéressé dès son plus jeune âge à la science et à la photographie. Il a décidé de choisir la photographie comme profession et s'est finalement spécialisé dans la photographie d'œuvres dans les églises et les musées, en faisant des livres d'histoire de l'art.

Il y a 35 ans, il travaille sur la microscopie électronique et la photographie scientifique. L'utilisation de la microscopie électronique pour photographier des objets provenant à la fois des sciences de la vie et de la science des matériaux. En ajoutant de la couleur aux photos en noir et blanc, elles ont trouvé leur chemin dans divers médias du monde entier. Depuis 2017, il peut enfin travailler dans son laboratoire avec un MEB à émission de champ moderne, un TESCAN MIRA3, qui est de premier ordre pour les publications et sa technique unique nanoflight®.

Stefan Diller est l'un des rares photographes scientifiques au monde à posséder son propre laboratoire haut de gamme. Sa réputation lui a valu une invitation à participer au Science FOO Camp 2014 au Googleplex à Mountainview, en Californie.

Il a développé le « nanoflight.creator » une solution matérielle et logiciel intégrée qui permet de créer des vidéos comme si vous voliez autour de l'échantillon dans la chambre à vide.

La fabrication des nanoflights prend beaucoup de temps. Stefan a besoin de 1500 images MEB pour une minute de vidéo 2D (60 secondes à 25 images/seconde), et chaque image MEB haute définition prend environ 50 secondes de temps de faisceau. Cela représente donc environ 24 heures (1 500 x 50) pour créer une minute de vidéo seulement. Son dernier développement de nanoflights 3D doublera ces temps de balayage.

Malgré l'amélioration constante de la technologie du MEB, il trouve encore quelques limites à son travail, bien que le développement de nouveaux détecteurs plus rapides réduise le temps passé au télescope. Cependant, il faut encore de nombreuses heures, et plus l'exposition est longue, plus le faisceau d'électrons risque d'endommager l'échantillon ou d'en modifier l'apparence en raison de la contamination.

Dans l'avenir, il a l'intention de développer la microscopie « immersive 3D » avec le MEB. 

Une composition de nanofeux 3D est disponible pour le téléchargement avec vos lunettes VR ici :

Métier

En l'an 2000, j'étais dans le pavillon de l'Islande à l'Exposition universelle de Hanovre, en train de regarder un film d'hélicoptère Cineflex sur le magnifique paysage nordique. J'ai commencé à me demander à quoi pourrait ressembler un mouvement de caméra multi-axes similaire autour d'un échantillon microscopique. Cela semblait une idée qui méritait d'être poursuivie et j'ai décidé d'en faire un projet à partir de 2010.

Pourquoi des images SEM colorées ?

L'utilisation de couleurs pour améliorer la perception de l'échantillon et des structures sur l'échantillon est un outil puissant lorsqu'il est utilisé pour communiquer l'imagerie d'une source scientifique au grand public. Un scientifique ou un photographe professionnel doit d'abord rechercher et acquérir des images scientifiquement correctes mais aussi esthétiquement attrayantes. Ces deux règles aident à rendre une image accessible à un spectateur non expert étendant l'impact de l'imagerie scientifique et de l'esthétique du micromonde au grand public.

Pourquoi des «nanoflights»?

Dans un monde de plus en plus numérique, il est utile d'introduire des mouvements, des couleurs et des effets d'éclairage dans le micromonde. Pour y parvenir, j'ai développé en collaboration avec des fabricants d'instruments clés un logiciel modulaire appelé «nanoflight.creator» pour contrôler le SEM, permettant l'acquisition séquentielle des mouvements des échantillons, des valeurs des détecteurs, de la mise au point, d'autres paramètres SEM importants et des «couleurs» de chaque canal de détecteur pour générer une série d'images RVB à balayage lent. Ces images peuvent ensuite être combinées sous forme de film, donnant une impression comme voler autour de la microstructure.

Comment est-il fait ?

Matériel nécessaire pour faire des «nanoflights»:

1. Un microscope électronique à balayage à grande chambre
2. Capacité à distance de la plupart des fonctions SEMs
3. Un système d'acquisition d'image à quatre canaux à jour spécialement modifié pour être déporté par le langage de script
4. Un platine piézo à huit axes avec une très bonne précision et répétabilité des coordonnées
5. Beaucoup de détecteurs au microscope électronique: sept rétrodiffusés, un courant de spécimen et un détecteur d'électrons secondaire pour pouvoir choisir la caractéristique de "l'éclairage" et de la "coloration" l'échantillon
6. Le logiciel nano flight.creator et des «extensions» spécialement adaptées pour lire / écrire des valeurs depuis / vers tout le matériel connecté

A découvrir d'autres informations 

Nanoflight® SEM Movies , une vue synoptique sur la microstructure.