Sciences

Al khwârizmî

an 780 - an 850

mathématicien et astronome

Classé sous :algèbre , mathématicien , astronome

Biographie

Al-Khwarizmi, considéré comme le père de l'algèbre, était un mathématicien et un astronome qui a vécu au 9e siècle. Il a apporté à l'Occident les chiffres et le système décimal. 

Émigré de Perse orientale, il a mené une vie entourée de livres et s'est fait connaître pour sa façon audacieuse de penser. Il a également apporté ses connaissances mathématiques à la cour du calife al-Mam'un à Bagdad.

Origines d’Al-Khwarizmi

Mohamed ibn Musa al-Khwarizmi est né vers l'an 780 d'après les écrits retrouvés. Les historiens pensent que lui ou ses ancêtres venaient de Khwarezm, une région d'Asie centrale qui fait aujourd'hui partie du Turkménistan et de l'Ouzbékistan.

Dans sa vie adulte, Al-Khwarizmi a vécu à Bagdad, située dans l'actuel Irak, où il a travaillé à la Maison de la Sagesse, un centre de recherche scientifique. Il y a longuement étudié les œuvres de sages arabes, grecs et indiens.

C'est ainsi qu'Al-Khwarizmi a créé de nouvelles façons de résoudre les problèmes mathématiques. L'un des livres qu'il a écrits explique le système de solutions de problème mathématique, que l'on appelle aujourd'hui l'algèbre. Ce mot est issu de l'expression arabe « al-jabr », qui figure d'ailleurs dans le titre du livre. Du 12e au 16e siècle, ce livre a été très utilisé pour enseigner les mathématiques dans les universités d'Orient et d'Occident.

Les chiffres de 0 à 9

Le travail d'Al-Khwarizmi aborde un aspect crucial de la vie de tout être humain à l'époque : faire des comptes basés sur des chiffres romains est extrêmement laborieux. Imaginez devoir calculer CXXIII par XI. 

En se basant sur le calcul hindou, le mathématicien a relancé l'idée révolutionnaire de représenter n'importe quel nombre avec seulement 10 symboles simples. L'idée serait de les utiliser de 1 à 9, en plus du symbole 0 pour représenter tous les chiffres de 1 à l'infini, selon ce qui avait déjà été développé par les mathématiciens hindous, vers le 6e siècle. Ces 10 chiffres, 0, 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8 et 9, sont encore utilisés par la plupart des peuples du monde d'aujourd'hui.

Ses ouvrages

Considéré comme le père de l'algèbre, ses travaux se sont propagés rapidement, grâce à Leonardo Fibonacci, mathématicien italien qui a orienté et encouragé les Européens dans l'adoption des chiffres indo-arabes. Le nom d'Al-Khwarizmi apparaît d'ailleurs dans le livre « Liber Abaci » (« Livre du calcul »), de Fibonacci, publié en 1202. Dans cet ouvrage, il est fait mention du texte « Modum algebre et almuchabale », qui cite Al-Khwarizmi. 

Dans cette publication, l'auteur indique qu'il a découvert que les gens ont besoin de trois types de chiffres : 

  • les unités
  • les racines
  • les carrés

De plus, il montre comment résoudre des équations en utilisant des méthodes algébriques. Pour lui, la solution n'était pas dans les chiffres à découvrir, mais dans un processus à appliquer.  

Bien que son principal intérêt soit les mathématiques, Al-Khwarizmi a également écrit des ouvrages importants sur l'astronomie et la géographie. Al-Khwarizmi est mort aux alentours de l'année 850.