Sciences

Maximum de l'essaim des météores des Géminides

ÉphémérideClassé sous :Univers

Maximum de l'essaim des météores des Géminides
Abonnez-vous à la lettre d'information Les éphémérides : tout ce qui va se passer dans le ciel au cours du mois à venir : que regarder, où regarder ?

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

L'essaim météoritique des Géminides actif du 7 au 17 décembre, tire son nom du fait que les étoiles filantes semblent provenir d'un même endroit du ciel, appelé radiant, situé dans la constellation des Gémeaux.

C'est en 1862 que l'essaim des Géminides a été observé pour la première fois. Les astronomes ont cherché pendant des années la comète à l'origine de l'essaim, en vain. C'est en 1983 que grâce à un satellite, ils découvrirent que cet essaim provenait non pas d'une comète, mais d'un astéroïde ! Mais les astronomes se demandent s'il s'agit bien d'un astéroïde, car ces derniers ne laissent pas de débris sur leur passage. Il se pourrait en fait que ce soit bien une comète qui usée par ses passages répétés auprès du Soleil ne réagisse plus au vent solaire qui la rend brillante. C'est un grand mystère pour les astronomes.

Le maximum est prévu cette année aux environs de 10H40 TU à plus ou moins 2H20 de différence. Malheureusement il fera jour ! Il faudra observer peu avant les premières lueurs de l'aube. Il est conseillé d'observer la veille et le lendemain du maximum où il risque d'y avoir de superbes météores. La Lune en phase décroissante sera malheureusement présente. Cela aura pour effet d'empêcher l'observation des météores de faible intensité. Pour profiter d'une nuit sans Lune observez en première partie de nuit. Les observateurs seront tout de même gâtés, car il en est prévu 120 par heure. Il est possible que vous observiez aussi des chi-Orionides et des sigma-Hydrides dont la période d'activité va jusqu'au 15, et des Monocérotides dont la période d'activité va jusqu'au 17.

Vers 5H00 TU repérez la constellation des Gémeaux au-dessus de l'horizon Ouest, car c'est de là que proviendront la plupart des météores.

Visibilité

À l’œil nu