Sciences

Comportements des Néandertaliens : les similitudes avec l'Homme moderne

Dossier - Qui était Néandertal ?
DossierClassé sous :préhistoire , Sapiens , néanderthal

À la découverte de Néandertal : anatomie, modes de vie, comportements, alimentation et hypothèses sur les causes de la disparition des Néandertaliens.

  
DossiersQui était Néandertal ?
 

Les Néandertaliens maîtrisaient les techniques du travail de l'os, mais ce n'est que très tardivement qu'ils ont développé une véritable industrie osseuse, peut-être à cause de leurs relations complexes avec l'animal. Les similitudes de comportements de subsistance entre les Néandertaliens et les Hommes modernes sont ainsi plus importantes que les différences.

Reconstitution de la sépulture du Néandertalien de La Chapelle-aux-Saints. Musée de La Chapelle-aux-Saints. © 120, V. Mourre, Wikimedia commons, CC by-sa 3.0

De même, les Néandertaliens n'ont que, tardivement, confectionné des objets de parure, sûrement pas par un manque de savoir-faire technologique, ils maîtrisaient en effet la plupart des techniques nécessaires et ont même utilisé des techniques différentes de celles couramment employées par les Hommes modernes.

Homo neanderthalensis. Crâne découvert en 1908 à La Chapelle-aux-Saints (France). © Luna04, licence Creative Commons Paternité, partage des conditions initiales à l’identique 3.0 Unported

Parures et croyances des Néandertaliens

Les Néandertaliens n'ont donc pas copié mais innové. S'ils ont confectionné peu d'éléments de parure, on ne peut en déduire qu'ils n'ornaient pas leur corps. Ils ont peut-être exprimé leur identité à travers des ornementations qui ne sont pas parvenues jusqu'à nous, comme les peintures corporelles ou les objets sur matières périssables (peau, écorce). Face à la nature, notamment aux animaux, et au cycle de la vie, il est plus que probable que les Néandertaliens aient eu des comportements symboliques. Leur relation à l'animal dépassait celle qui existe entre un prédateur et sa proie. Dans la plupart des croyances anciennes (totémisme, chamanisme ou animisme), l'animal tient une place prépondérante. Aucune preuve archéologique ne permet de conclure à l'existence de ces croyances chez les Néandertaliens, ni à contrario de les exclure.

Néandertal : langage et rites funéraires

Contrairement aux comportements techniques qui peuvent être appris par imitation, la transmission de la signification de ses symboles nécessite un langage. Les Néandertaliens parlaient, leur langage était peut-être moins riche en vocabulaire que le nôtre et dépourvu de syntaxe. Comme l'atteste la diversité des rites funéraires pratiqués par eux, la mort suscitait chez eux émotion et réflexion. Ils ont enterré leurs morts et pratiqué différents rites funéraires probablement parce qu'ils ont vécu durant une longue période, mais aussi parce que de nombreux groupes culturellement différents se sont succédé.

Enterrement de l'homme de la Chapelle-aux-Saints (Corrèze). Les Néandertaliens effectuaient des rites funéraires. © Atelier E. Daynes, DR

Les Néandertaliens ont parfois déposé des offrandes auprès du corps de leurs morts, apparemment sans discrimination sexuelle ou d'âge, et allumé des feux lors de l'enterrement de l'un des leurs. Ce qui démontre qu'ils avaient des aspirations spirituelles. Dans certains cas, les Néandertaliens prélevaient le crâne de leurs morts, en cela, on peut considérer qu'ils pratiquaient le culte des ancêtres et que, peut-être, ils en sont les initiateurs ! Ils ont aussi pratiqué l'inhumation en deux temps. Parfois, ils ont également été cannibales ; pratiquant un cannibalisme rituel (plutôt endocannibalisme) et alimentaire. La pratique de l'anthropophagie, comme de l'inhumation, implique que les Néandertaliens avaient conscience de la vie et de la mort, de la leur, mais aussi de celle des autres.

Les capacités cognitives des Néandertaliens

Les aptitudes physiques et mentales des Néandertaliens façonnèrent leurs comportements sociaux. Comme le démontre la diversité de leurs comportements de subsistance et sociaux, ils possédaient de nombreuses capacités cognitives : capacités liées à la perception du temps et de l'espace (intelligence spatiale), capacité d'abstraction, indispensable à la formation des concepts, à l'analyse, à la synthèse, à la généralisation et à l'invention (intelligence verbale) et l'habileté manuelle (intelligence pratique). Les Néandertaliens possédaient donc la plupart des capacités cognitives typiquement humaines. Le partage des tâches et de la nourriture était pratiqué dans les sociétés néandertaliennes.

Il existait des réseaux relationnels intergroupes pour entretenir des rapports sur le plan génétique et culturel. En outre, les conflits, intra ou intergroupes, ne sont pas attestés. Pour des raisons en partie liées à leurs traditions culturelles, ils n'ont pas accompli toutes les activités qui seront effectuées plus tard par les Hommes modernes. Ils ont en effet laissé très peu de traces symboliques, excepté les sépultures, peut-être parce qu'étant nomades, à quoi bon des inscriptions permanentes dans des lieux fixes, surtout si l'on se croit seul. Peut-être que les Néandertaliens n'éprouvaient pas le besoin de s'approprier un lieu, de dominer la nature ou de marquer leur passage.