A l'occasion de l'année mondiale de la physiquephysique, le CALTECH, en association avec le MIT (ce sont les 2 plus gros instituts scientifiques américains à la pointe de la technologie), a imaginé un projet pour aider à identifier les ondes gravitationnellesondes gravitationnelles : [email protected]

L'idée est, pour analyser les immenses quantités de données collectées par les deux observatoires d'ondes gravitationnelles LIGOLIGO et GEO600, d'utiliser des ordinateursordinateurs individuels à l'instar du projet [email protected] qui recherche une intelligence artificielleintelligence artificielle à partir du radiotélescoperadiotélescope d'Arecibo.

Le principe est simple : diviser le travail à effectuer en petits morceaux et le faire analyser par des milliers de volontaires, comme vous et moi, afin d'obtenir une formidable puissance informatique.

Il y a quelques années, les astrophysiciensastrophysiciens américains Taylor et Hulse ont eu le prix Nobel de Physique pour leur longue et précise observation du système binairesystème binaire PSR 1913+16. Son évolution a en effet permis de tester la théorie de la relativité généralerelativité générale avec une très grande précision et ainsi de démontrer l'existence des ondes gravitationnelles. Dans les mois et années qui viennent, les données analysées dans le projet [email protected], qui elles proviennent de l'observation directe d'ondes gravitationnelles, vont permettre d'améliorer les tests de la relativité générale, tout en utilisant l'information véhiculée par ces ondes comme un nouvel outil pour l'astrophysiqueastrophysique des objets compacts.

Le projet [email protected] vous permet donc de partir à la recherche de ces ondes gravitationnelles prédites par EinsteinEinstein depuis chez vous. Pour cela il suffit de télécharger le logiciellogiciel de calcul partagé appelé BOINC sur lequel fonctionne le projet [email protected] Le logiciel ne ralentit pas votre ordinateur en se contentant d'utiliser les ressources non utilisées.

<br />Pulsar du Crabe, vu dans le domaine des rayons X par le satellite americain Chandra

Pulsar du Crabe, vu dans le domaine des rayons X par le satellite americain Chandra

Bruce Allen, le coordinateur du projet livre une interview très intéressante.

Explication audio.