La tradition chrétienne considère Néron comme le premier empereur ayant pratiqué des persécutions. L'étude des premiers âges du christianisme montre que, sous Caligula et Claude, les Romains avaient déjà posé certaines restrictions aux pratiquants de la nouvelle religion, essentiellement parce que leur culte rejetait l'autorité de l'Empereur. Toutefois, Néron serait le premier à avoir réagi avec violence.

<em>La mort de Dircé </em>(1897), par Henryk Siemiradzki, est une reconstitution de l'épisode mythologique de la mort de Dircé avec une martyre chrétienne. © Cyfrowe.mnw.art.pl, DP

La mort de Dircé (1897), par Henryk Siemiradzki, est une reconstitution de l'épisode mythologique de la mort de Dircé avec une martyre chrétienne. © Cyfrowe.mnw.art.pl, DP

L'incendie de Rome offrit un prétexte à Néron pour s'en prendre aux chrétiens. Ceux-ci auraient allumé l'incendie par acte de pure rébellion ou parce qu'ils effectuaient des rituels dans des lieux cachés et insalubres. Sur cette base, Néron condamna des chrétiens au bûcher et aux lionslions. Il aurait également utilisé des condamnés pour servir de torches vivantes lors d'une fête nocturnenocturne dans les jardins de son palais...

Le règne de l'empereur Néron est marqué par la persécution des chrétiens. Ici, le tableau <em>Les torches de Néron</em> (1876), par Henryk Siemiradzki. © DP

Le règne de l'empereur Néron est marqué par la persécution des chrétiens. Ici, le tableau Les torches de Néron (1876), par Henryk Siemiradzki. © DP

Exécution de saint Pierre et saint Paul : Néron vu comme l'Antéchrist

C'est également sous le règne de Néron que deux figures importantes du christianisme furent exécutées : saint Pierre et saint Paul. Dans plusieurs sources bibliques, Néron est cité comme l'Antéchrist. Le célèbre « nombre de la Bête » (666) serait un code secret signifiant « Néron ». Cela lui donne une dimension mystique très importante dans le christianisme : l'Antéchrist est un personnage dont le retour est attendu par les chrétiens.

Ainsi, Néron a dépassé le cadre purement historique pour devenir une figure mythique et surnaturelle. Aujourd'hui encore, un mélange de textes écrits par ses détracteurs et de tradition chrétienne laissent de Néron l'image d'un monstre sanguinaire, et c'est ainsi qu'il est perçu dans la culture populaire.