Sciences

Conclusion du mythe platonicien

Dossier - L'Atlantide et Gibraltar
DossierClassé sous :histoire , Incontournables , Atlantide

Depuis 2.000 ans, l'histoire de l'Atlantide, engloutie 9.000 ans avant notre ère, a été l'objet des spéculations les plus diverses. L'Atlantide et Gibraltar, un dossier du mythe à la réalité géologique.

  
DossiersL'Atlantide et Gibraltar
 

Dans le détroit de Gibraltar, l'histoire géologique de l'île du Cap Spartel et de son archipel s'ajuste à la tradition rapportée 9.000 ans après dans le Timée : lieu, date de submersion et géographie coïncident.

Sculpture des piliers d'Hercule, Abyla and Calpe, Ceuta, Spain. © Diego Delso, Wikimedia commons, CC by-sa 4.0

La transcription par les scribes égyptiens, après 5.000 ans de transmission orale, a pu être possible dès 4236 BC (Before Christ). Cette date est celle du premier calendrier basé sur le levé héliaque de Sirius (astronomiquement daté) et celle du début de l'écriture hiéroglyphique.

Une visite à l'intérieur de la grotte de Taforalt, où les niveaux cendreux supérieurs correspondent au dépôts archéologiques « ibéromaurusiens » (25.000 BP-10.000 BP).

Une île existait bien, 9.000 ans avant notre ère

Le « mythe » de l'Atlantide pourrait renvoyer, au moins en partie à des traditions orales, seuls témoins vers 9.000 BC de l'écroulement d'un monde en pleine apogée : celui des chasseurs de la fin du Paléolithique et de leur univers glaciaire. Il est vrai que la seule certitude est que l'histoire géologique réelle du détroit de Gibraltar raconte une « histoire vraie » proche de celle rapportée par Platon. S'agit-il d'une pure coïncidence ou touchons-nous ici à l'origine du mythe qui aurait hérité du savoir, plus ancien, de la tradition orale... La question reste ouverte !

La géologie constate en tout cas que, si l'on cherche une île habitée et son archipel, submergée 9.000 ans avant notre ère devant les « Colonnes d'Hercule », cette île existe bien ! C'est l'essentiel de l'argumentation de cet article qui pose le problème d'une coïncidence assez troublante, et jusqu'ici ignorée, pour reposer la question de l'origine du mythe platonicien...