Sciences

Les passages de Vénus au XVIIIe siècle

Dossier - Le passage de Vénus : une aubaine pour les enseignants
DossierClassé sous :Astronomie , transit , Vénus

-

Le passage de Vénus devant le Soleil est un événement exceptionnel qui survient deux fois en huit ans, puis disparaît pendant plus d'un siècle. Son observation est un privilège réservé à moins d'un homme sur trois.

  
DossiersLe passage de Vénus : une aubaine pour les enseignants
 

Le développement de l'astronomie devient crucial au XVIIe siècle pour le commerce maritime des puissances coloniales européennes : l'impossibilité de « faire le point » correctement en mer provoque de nombreux naufrages. C'est entre autres pour aider les bateaux à trouver leur longitude que sont créés les observatoires de Paris et de Greenwich. En 1714, le Parlement anglais surenchérit en offrant une récompense si importante pour la solution de ce problème que les primes des autres nations semblent désormais dérisoires.

Dans ce contexte, Halley, l'homme de la comète, invite en 1716 les « curieux » à mesurer la distance Terre-Soleil avec le passage de Vénus : âgé de soixante ans, il se doute qu'il n'assistera pas à ce phénomène attendu en 1761. Dans son appel passionné, il propose qu'un astronome dans l'hémisphère Nord observe l'événement de concert avec un autre dans l'hémisphère Sud. Comme indiqué sur le schéma ci-dessous, chacun voit Vénus parcourir une trajectoire apparente différente sur le disque solaire (aa' pour A et bb' pour B) : l'écartement « e » entre elles est proportionnel à leur l'éloignement (AB) sur la Terre. Pour Halley, on obtient « e » en chronométrant les durées de ces mouvements apparents (environ six heures), ce qui permet ensuite d'avoir la distance Terre-Soleil : il promet même un résultat avec l'excellente précision de 1/500.

Passage de Vénus © A. Simaan

Non seulement ce procédé suppose des expéditions lointaines et périlleuses, mais, pour éviter que cet instant unique ne soit gâché par un nuage malencontreux, il faut multiplier les stations d'observation. De plus, en 1756, éclate un conflit « mondial » pour le contrôle des colonies (la guerre de Sept Ans) qui complique les missions de 1761 déjà menacées par la piraterie, par la disparition en mer et par le scorbut.

Mais les savants ne se laissent pas intimider : il franchissent courageusement les lignes des belligérants et imposent aux monarchies ennemies le droit de se concerter. Le bateau des Anglais Mason et Dixon par exemple subit une violente canonnade qui fait des dizaines de victimes ; des corsaires anglais abandonnent le Français Pingré sans ressources dans l'île Rodrigues, alors que Le Gentil de la Galaisière erre plusieurs années dans l'Océan Indien avant de revenir frustré à Paris. Lors du deuxième passage (1769), le sort s'acharne sur les savants : le Français Chappe d'Auteroche perd la vie en Californie et Charles Green, astronome de l'expédition de James Cook, décède en mer : ce célèbre explorateur anglais était aussi chargé d'observer Vénus lors de son premier voyage.

Au XIXe siècle, les passages de Vénus donnent également lieu à une « première » scientifique : la fondation d'un observatoire féminin. Profitant de la présence de quelques astronomes renommés dans leur campus, des jeunes filles d'une école d'Afrique du Sud montent en 1882 le premier observatoire jamais créé par des femmes et pour des femmes : elles font ainsi une remarquable incursion dans un domaine jusqu'alors presque exclusivement masculin.

Gageons que le passage de Vénus en 2004 permettra une autre « première » : l'entrée du grand public dans les mesures scientifiques. En effet, ces transits présentent l'insigne avantage d'être faciles à observer et à photographier, avec un équipement peu onéreux et simple à manier. De plus, il est intégralement visible dans notre région, contrairement à celui de 2012. (Personne n'aura la « patience » d'attendre le prochain en ... 2117 !)