Sciences

Jumelles et télescopes : les optiques pour observer les comètes

Dossier - Devenez chasseur de comètes !
DossierClassé sous :Astronomie , comète , chasseur de comète

-

L'astronome Michel Festou nous expose une technique de recherche des comètes et nous donne des conseils pour l'observation du ciel.

  
DossiersDevenez chasseur de comètes !
 

Lunette, télescope... Quel instrument faut-il pour observer et « chasser » les comètes ? L'important est-il vraiment l'optique ? Réponse.

John Bortle de Sky & Telescope est aussi un expert en observations cométaires. Il utilise de préférence, ou des jumelles 20 x 120 ou un télescope de 320 mm. Et bien qu'il n'ait jamais découvert de comètes, sa contribution aux mesures de magnitudes est inestimable.

Le premier facteur qu'il considère est la qualité du ciel : un site idéal devrait permettre de voir M33 à l'œil nu lors d'une nuit sans Lune, lorsque la Galaxie est haute sur l'horizon. De même la lumière zodiacale devrait être aisément aperçue au printemps et en automne.

Quel instrument pour chasser les comètes ?

Le type d'instrument lui paraît peu important du moment qu'il est utilisé comme collecteur de lumière (faible grossissement) et un champ important (rapport f/D court). Au cours du XIXe siècle, les « chasseurs » fameux utilisaient surtout des lunettes de 120 à 150 mm d'ouverture à environ f/10 parce que c'était les seuls instruments disponibles sur le marché. Mais lorsque les télescopes sont devenus plus courants, la taille des instruments a augmenté : Brooks avait un télescope de 230 mm f/10 et un autre de 260 mm f/10 ; Kohler utilisait un Schmidt-Cassegrain de 200 mm f/5 ; Machholtz un 200 et un 250 mm f/8 ; Denning un 250 mm f/8 ; Ikeya un 200 mm f/5 et comme a l'a vu Meier utilise un 400 mm f/5.

L'avantage des jumelles de 80 à 120 mm d'ouverture réside dans leur commodité d'emploi (une monture azimutale suffit) et dans le peu de fatigue oculaire qui résulte de la vision binoculaire. On peut donc observer longtemps. L'anglais Alkock, les Tchèques Mrkos, Padujsakova et Kresak ont eu beaucoup de succès dans les années 1950 avec ce type de jumelles. En 1986 Don Machholtz utilisa un binoculaire de 29x130mm pour découvrir Machholtz 1 qui était alors de 11e magnitude et sans queue apparente.

Lunette ou télescope : ouverture et grossissement

L'ouverture de l'instrument ne joue aucun rôle à grossissement donné : une comète à la même brillance dans un f/10 ou un f/14. Mais la taille de l'image sera différente selon la focale du télescope et cela se ressentira au moment d'identifier le type d'objet observé, et est-il besoin de le préciser l'ouverture sera un facteur essentiel en photographie.

Le grossissement doit donner une pupille de sortie de 5 à 7 mm : il vaut donc 1,5 à 2 fois le diamètre de l'objectif exprimé en centimètres. Si l'instrument à moins de 80 mm, Bortle conseille un grossissement de 20 pour tous les instruments (oculaire de 20-25 mm de focale). Mais il ne dit pas pourquoi : serait-ce pour réduire l'aspect stellaire de la comète ?