Le 30 juin 1908 à 7 h du matin, une effroyable explosion ravage la Tounguska, lointaine vallée pratiquement inhabitée qui étend ses forêts de conifères entre la ville d'Omsk et le lac Baïkal, en Sibérie occidentale.

Ceinture d'astéroïdes. © NASA/JPL-Caltech CCO

Ceinture d'astéroïdes. © NASA/JPL-Caltech CCO

Accompagné d'une lueur aveuglante, le souffle couche au sol tous les arbresarbres dans un cercle de 100 km, décime des milliers de rennesrennes, se propage, atteint les villages, brise des vitresvitres, ébranle des immeubles. La déflagration est entendue à 1.500 km à la ronde, jusqu'au cercle arctiquearctique. Enregistrée par les sismographes du monde entier, l'énergieénergie libérée est estimée à 15 millions de tonnes de TNTTNT. C'est mille fois la bombe atomique qui détruira 37 ans plus tard Hiroshima.

Une des photos réalisées en 1927 montrant les arbres couchés à la suite de l'événement de la Tunguska. © DP

Une des photos réalisées en 1927 montrant les arbres couchés à la suite de l'événement de la Tunguska. © DP

L'énigme résolue de l'explosion de la Tounguska

Du fait des événements qui secouent le début du siècle (purge politique en Russie, première guerre mondiale), les savants soviétiques ne commencent à explorer le site de la Tounguska qu'en 1927. Les arbres sont encore brûlés, couchés radialement autour du centre de l'explosion. Aucun gros cratère ne marque un point d'impact.

En 1983, des particules microscopiques contenant une forte concentration d'iridiumiridium sont toutefois collectées par une expédition soviétique. Or l'iridium, métalmétal rare dans la croûte terrestrecroûte terrestre, est un constituant ordinaire des météoritesmétéorites. En 2010, une nouvelle expédition découvre des fragments en tous points semblables à ceux d'une comètecomète.

Le mystère de la Tounguska est résolu, comme titre le journal russe La Pravda du 25 octobre 2010 : une météorite pierreuse, fragment de comète d'une cinquantaine de mètres de diamètre, a percé l'atmosphèreatmosphère à la vitessevitesse de 80.000 km/h, s'est désintégrée à 8.000 m d'altitude et a créé cette onde de choc qui a détruit la taïgataïga sur 2.000 km2.