Sciences

Une région singulière

Dossier - Archéologie : Il y a 4000 ans dans les Andes
DossierClassé sous :archéologie , andes , fouilles

-

Au Pérou sur un site archéologique, nous pouvons découvrir des caractères géographiques de développements historiques, singuliers, qui en font un exemple pertinent du concept de frontière, et l'étude des relations entre systèmes environnementaux.

  
DossiersArchéologie : Il y a 4000 ans dans les Andes
 

Les recherches menées sur plus de 25 ans, de part et d'autre de la frontière entre Equateur et Pérou ont concerné 3 zones mitoyennes (voir carte Fig.1 ci-dessous), aux caractéristiques environnementales singulières, et ont permis la mise au jour de vestiges caractéristiques de traditions culturelles jusqu'alors inconnues.  Les découvertes les plus importantes ont concerné la période dite Formative (3500-300 BC = av. notre ère), qui voit l'apparition des premières grandes civilisations andines. Ces données conduisent à remettre en question les modalités et processus d'apparition des systèmes sociaux et idéologiques complexes, dans l'aire andine.

Elles permettent également la critique d'un certain déterminisme géographique, qui faisait de cette zone intermédiaire, une frontière difficilement franchissable, inapte au développement des sociétés agraires hiérarchisées, alors que, tout au contraire, des phénomènes sociaux anciens et complexes y ont été mis en évidence.

Fig. 1- Emplacement des différentes zones de recherche et principaux sites fouillés. © J. Guffroy IRD

Cette zone de basses Andes, comprise entre les quatrième et sixième degrés de latitude sud, présente un ensemble de caractères géographiques et de développements historiques, singuliers, qui en font un exemple pertinent pour l'analyse du concept de frontière, et l'étude, plus générale, des relations entre systèmes environnementaux, aires culturelles et structures sociopolitiques. Elle correspond, en premier lieu, à un point d'inflexion majeur de la Cordillère, ayant pour principales conséquences : un net abaissement des sommets, un élargissement de la chaîne andine et une fragmentation des vallées et des paysages. Elle occupe également une position intermédiaire entre les climats équatoriaux, du nord, et ceux des Andes et de la côte péruviennes, avec une diversification très marquée des écosystèmes (côte à mangrove, au nord/côte désertique, au sud ; Andes de Paramo/Andes de Puna, Ceja de montaña très humide à sèche).

Ces travaux ont, en particulier, mis en évidence l'existence d'un important essor culturel durant la période dite Formative (localement : 3000-300 BC), durant laquelle la position intermédiaire de la région paraît être un facteur clé du développement ; et des évolutions postérieures diverses, marquées à plusieurs moments par des mouvements, apparemment importants, de population. Cette reconstitution montre également la complexité de cette problématique, qui est marquée par le poids des héritages, des situations géopolitiques et des interprétations savantes, et dont les paramètres sont distribués entre dynamiques et stratégies de développement, structures territoriales, limites linguistiques et identités culturelles.