Elon Musk a annoncé lundi soir dans un tweet qu'il renommait le BFR, son énorme fuséefusée réutilisable encore dans les cartons, en StarshipStarship. Il met ainsi fin à l'éternel dispute quant à la signification du sigle, les uns adoptant le plus poli « Big Falcon Rocket », les autres préférant parler de « Big Fucking Rocket ».

Le nom change mais le concept reste le même : c'est un lanceur à deux étages, constitué d'un boosterbooster et d'un vaisseau capable de transporter une centaine de passagers à destination de Mars... ou d'horizons encore plus lointains. En effet, « Starship » se réfère techniquement à un vaisseau interstellaire, ce qu'un internaute n'a pas manqué de faire remarquer au patron de SpaceXSpaceX. Celui-ci a répondu sans hésiter que les « les futures versions » du Starship en seront capables.

Voir aussi

SpaceX veut transformer un Falcon 9 en BFR miniature

Elon Musk précise dans un autre tweet que « Starship » désignerait le véhicule de transport spatial et l'étage supérieur du lanceurlanceur. L'étage principal de la fusée, c'est-à-dire le booster nécessaire pour échapper à l'attraction terrestre, s'appelera « Super Heavy ». Il semblerait toutefois que le milliardaire ait dû mal à se décider sur le nom de sa fusée, car ce n'est pas la première fois qu'il le modifie. Le concept initial a été présenté sous le nom de Mars Colonial Transporter, puis de Interplanetary Transport System (ITS) en 2016, avant de devenir BFR l'année suivante.