Pour les 30 ans d’Hubble, redécouvrez Saturne coiffée d'une aurore

Classé sous :images du télescope Hubble , 30 ans de Hubble , saturne

Le 24 avril 2020, la Nasa et l'ESA fêteront le 30e anniversaire du lancement de Hubble. En attendant de découvrir la trentième « image iconique » qui sera dévoilée pour l'événement, nous vous invitons à replonger dans l'immense iconothèque du célèbre télescope spatial. Découvrez ou redécouvrez quelques-unes des plus belles et impressionnantes du catalogue de Hubble.

Aujourd'hui, une image spectaculaire des aurores boréales telles qu'elles se produisent du côté du pôle nord de Saturne. En 2017 en effet, le spectrographe imageur du télescope spatial Hubble a scruté ce point particulier de la planète aux anneaux sur une période de sept mois, avant et après le solstice d'été local.

Animation composite construite à partir d’observations des aurores de Saturne dans le domaine de l’ultraviolet et d’observations du reste de la planète dans le domaine du visible. © ESA/Hubble, Nasa & L. Lamy (Observatoire de Paris)

Rappelons que sur Terre, les aurores sont principalement créées par les particules qui composent le vent solaire. Lorsque ce flux de particules chargées électriquement se rapproche de notre Planète, il interagit avec son champ magnétique. Les particules ainsi piégées peuvent être excitées puis suivre les lignes de champ magnétique jusqu'aux pôles magnétiques. Là, elles interagissent avec les atomes d'oxygène et d'azote dans les couches supérieures de l'atmosphère, donnant naissance aux lumières scintillantes et colorées que nous appelons aurores polaires.

Un phénomène semblable se produit sur Saturne. Mais parce que son atmosphère est essentiellement composée d'hydrogène, les aurores y sont essentiellement visibles dans le domaine des ultraviolets (UV). Des longueurs d'onde accessibles uniquement depuis l'espace.

Les observations de Hubble ont montré une riche variété d'émissions avec des caractéristiques localisées très variables. La variabilité des aurores est influencée à la fois par le vent solaire et la rotation rapide de Saturne, qui ne dure que 11 heures environ. En plus de cela, l'aurore nordique affiche deux pics de luminosité distincts : à l'aube et juste avant minuit. Ce dernier pic, non signalé auparavant, semble spécifique à l'interaction du vent solaire avec la magnétosphère au solstice de Saturne.

Cette photo est en réalité un composite d’observations faites dans le visible début 2018 et d’observations dans le domaine des ultraviolets faites en 2017. Car les aurores boréales sur Saturne ne sont visibles que dans cette gamme de longueurs d’onde. © ESA, Hubble, NASA, A. Simon (GSFC) and the OPAL Team, J. DePasquale (STScI), L. Lamy (Observatoire de Paris)