Pour coloniser l’espace, nous aurons besoin de ressources minières afin de construire des bâtiments, fabriquer du carburant ou des objets 3D, cultiver des plantes ou même, extraire de l’oxygène. Le problème, c'est qu'amener une pelleteuse sur Mars n'est pas exactement très pratique ni faisable en termes de poids.

C'est pourquoi des chercheurs de l'université d'Édimbourg en Écosse ont imaginé une autre piste : extraire les matériaux grâce aux bactériesbactéries. Certains microbesmicrobes ont en effet la capacité d'accélérer les transformations chimiques entraînant la dissolution des métauxmétaux et permettant leur récupération. La biolixiviation est déjà utilisée sur TerreTerre pour la production d'or, de cuivrecuivre, de nickelnickel, zinczinc, ou encore certaines terres raresterres rares.

16 bioréacteurs vont être envoyés en orbite pour vérifier comment les bactéries se comportent dans l’espace. © Rosa Santomartino, <em>UK Centre for Astrobiology, University of Edinburgh</em>
16 bioréacteurs vont être envoyés en orbite pour vérifier comment les bactéries se comportent dans l’espace. © Rosa Santomartino, UK Centre for Astrobiology, University of Edinburgh

Dans leur laboratoire, les chercheurs écossais ont développé des bioréacteurs miniers de la taille d'une boîte à chaussures. Seize de ces kits seront prochainement envoyés à bord d'une fusée SpaceXSpaceX vers la Station spatiale internationaleStation spatiale internationale afin d'effectuer des tests grandeur nature sur du basalte (une roche abondante à la surface de la LuneLune et de Mars). « Nous voulons vérifier si l'absence de gravitégravité affecte la capacité des bactéries à se développer et à extraire les matériaux », explique Rosa Santomartino, l'un des scientifiques en charge du projet. Les morceaux de roches seront examinés à leur retour sur Terre au bout de trois semaines pour déterminer comment ils ont été colonisés par les bactéries.