Le Starhopper de SpaceX sur son pas de tir de Boca Chica. © SpaceX

Sciences

SpaceX : le Starhopper réussit un dernier vol d'essai spectaculaire

ActualitéClassé sous :vols habités , SpaceX , Elon Musk

À Boca Chica, au Texas, le Starhopper de SpaceX a réalisé avec succès son deuxième vol de test. Cette fois-ci, le pseudo-véhicule et son moteur Raptor ont atteint 150 mètres de haut. Ce deuxième vol était très probablement le dernier. Le Starhopper laisse la place à deux nouveaux prototypes bien plus représentatifs du Starship. 

Après une première tentative de vol dans la nuit du lundi 26 au mardi 27 août - qui a été annulée au dernier moment -, la deuxième tentative réalisée cette nuit (22 h GMT, 17 h 00 heure locale au Texas) aura été la bonne. SpaceX a fait décoller pour la seconde fois son Starhopper. Cette fois-ci, le prototype très sommaire du futur Starship s'est élevé plus haut que la vingtaine de mètres atteints lors du tout premier « vol d'essai statique » réalisé le 26 juillet.

Lors de ce second vol, Starhopper est monté jusqu'à environ 150 mètres à l'aide de son moteur Raptor. Après avoir décollé, Starhopper s'est déplacé latéralement pour atteindre son site d'atterrissage, situé non loin de son point de départ.

Dans la nuit de mardi à mercredi (à 22 h GMT), le Sharhopper a décollé avec succès de la base Boca Chica au Texas et s'est élevé à 150 mètres environ. © SpaceX

Un temps de vol très court (57 secondes) mais qui va permettre aux ingénieurs de SpaceX de se faire une idée plus précise sur le fonctionnement de ce moteur. Ce moteur, qui équipera le Starship et son lanceur est très ambitieux dans sa conception et bien plus compliqué pour SpaceX à mettre au point que le Merlin, qu'utilisent avec succès les lanceurs Falcon 9 et Falcon Heavy. Il faut savoir que le Merlin est un moteur pré-développé par la Nasa et dérivé du X-43. Pour répondre à ses besoins, SpaceX l'a fait évoluer très progressivement avec une dizaine de versions différentes. À la différence du Merlin, qui fonctionne avec un mélange de kérosène et d'oxygène liquides, le Raptor utilise de l'oxygène et du méthane liquides, un mélange d'ergols dont la combustion n'est pas complètement maîtrisée.

D'autres prototypes en développement pour voler plus vite et plus haut

Initialement, SpaceX souhaitait réaliser un vol d'essai jusqu'à 200 mètres de hauteur. Mais des contraintes administratives l'ont empêché d'obtenir les autorisations nécessaires dans les délais auprès de l'administration fédérale de l'aviation américaine (FAA), qui gère également la réglementation en matière de lancements spatiaux commerciaux.

Normalement, il ne devrait plus y avoir de vol de test du Starhopper, a indiqué Elon Musk. Les prochains vols seront réalisés par les prototypes orbitaux Mk1 et Mk2 que construit SpaceX dans ses installations texanes à Boca Chica pour le MK1, et à Cocoa en Floride pour le MK2.

 

Ces deux prototypes seront bien plus représentatifs du Starship que ne l'est le Starhopper. Ils seront dotés de trois moteurs Raptor, ce qui va leur permettre d'atteindre des vitesses bien plus élevées et de voler à la frontière de l'espace et de s'aventurer en orbite basse.

  • Le premier vol d'essai du Starhopper avait été annulé au dernier moment.
  • SpaceX a réalisé dans la nuit de mardi à mercredi (27 août) son second vol d'essai.

    Le Starhopper s'est élevé à une hauteur de 150 mètres. Ce devrait être le dernier vol d'essai.
Pour en savoir plus

SpaceX : un prototype Starship a pris feu avant le test

Article de Rémy Decourt, publié le 18/07/2019

Le Starhopper, un prototype vraiment très grossier du Starship, qui sert de plateforme de développement à ce lancement, a connu une nuit mouvementée. Alors qu'il se préparait à son premier vol d'essai, le tir statique de son moteur d'avant-essai ne s'est pas déroulé comme prévu. Une explosion s'est produite, suivie d'un incendie a priori sans conséquence pour le Starhopper. 

Grosse frayeur pour le Starhopper de SpaceX. Installé sur son pas de tir de la base de lancement de Boca Chica, l'étage et son moteur Raptor se préparaient au premier vol d’essai qui aurait consisté à un vol stationnaire d'une vingtaine de mètres d'altitude, suivi de déplacements latéraux et d'un retour sur le pas de tir.

Avant cet essai, il était prévu de tester le moteur Raptor lors d'un tir statique de quelques secondes. Une procédure courante chez SpaceX tout à fait maîtrisée quel que soit le lanceur. Lors de ce tir statique, le moteur devait fonctionner pendant cinq secondes sans que le Starhopper s'élève du sol.

Le Starhopper de SpaceX prend feu sur son pas de tir.

Mais dès l'allumage du moteur, une spectaculaire explosion s'est produite, suivie d'un court incendie. Cependant, comme le montre les images, bien que le Starhopper se soit brièvement enflammé, il ne semble pas avoir subi de dommage conséquent. Seul le revêtement extérieur aurait brûlé à certains endroits sans endommager la carcasse de l'engin. Quant au moteur, il semble aussi ne pas avoir été endommagé !

Du méthane dans l’air se serait enflammé

A priori le moteur ne serait pas en cause. Pour expliquer cet incident et en attendant les explications officielles de SpaceX, on suppose qu'un échappement de méthane, flottant dans l'air, se serait enflammé dès la mise à feu du moteur. À la différence du moteur Merlin, qui fonctionne avec de l'oxygène liquide et une variante du kérosène, le moteur Raptor utilise un mélange de méthane et d'oxygène liquides. Ce qui explique la présence de méthane.

L'essai de l'étage a été reporté à une date qui n'a pas encore été communiquée. Les équipes de SpaceX ont vérifié l'état général du Starhopper et décideront s'il y a lieu de procéder à des réparations ou si l'essai prévu peut être réalisé ces prochains jours.


SpaceX : le prototype du Starship va faire ses premiers essais en vol

Article de Rémy Decourt, publié le 17/07/2019

SpaceX souhaite profiter des 50 ans d'Apollo pour réaliser un premier vol d'essai du Starhopper, un prototype vraiment très grossier du Starship, conçu pour atteindre Mars. Une tentative était prévue cette nuit depuis la future base de lancement de SpaceX située à Boca Chica (Texas) mais celle-ci a été reportée.

Après avoir réalisé un premier essai statique et décollé de quelques centimètres seulement, retenu par des sangles, le prototype de Starship, baptisé Starhopper, s'apprête à voler à une vingtaine de mètres du sol. 

Au cours de ce vol stationnaire, l'engin devrait se déplacer sur les côtés, puis revenir sur son pas de tir. Ce véhicule n'a pas été conçu pour voler dans l'espace, ni réaliser des vols suborbitaux. Il se limitera à des vols de basse altitude, à plus ou moins cinq kilomètres avant de revenir se poser.

Le Starhopper sur son banc de test de Boca Chica d'où il s'apprête à réaliser un premier vol stationnaire à seulement vingt mètres du sol. © BocaChicaMaria

Objectif Lune en 2023

Ce test servira aussi à tester le nouveau moteur Raptor qui succèdera aux Merlin utilisés sur les actuels lanceurs Falcon 9 et Falcon Heavy. SpaceX, qui souhaite envoyer autour de la Lune, en 2023, le Japonais Y. Maezawa et sa bande d’amis à bord du Starship, et réaliser ses premières missions habitées à destination de Mars dès le milieu de la décennie prochaine, doit accélérer le développement de son lanceur s'il souhaite tenir ses engagements commerciaux.

Pour cela, il construit en ce moment même un autre prototype de Starship bien plus représentatif que ne l'est le Starhopper. Baptisé Mark 1 (Mk1), ce véhicule de lancement est conçu pour voler à la frontière de l'espace. Un premier vol d'essai est planifié ces prochains mois. Il devrait s'élever à environ 20 kilomètres d'altitude.


SpaceX : Elon Musk annonce le début des essais en vol d'un prototype du Starship

Article de Rémy Decourt, publié le 23/03/2019

Le prototype du Starship s'apprête à réaliser des essais statiques et de petits vols à faibles hauteurs. Ce prototype, qui avait été dévoilé en décembre, n'est évidemment pas conçu pour voler dans l'espace. Au mieux, il pourra réaliser des vols jusqu'à des altitudes suborbitales. Avec ces premiers essais qui ne seront guère impressionnants, les rêves lunaires et martiens d'Elon Musk, de moins en moins utopiques, commencent aussi à se matérialiser. 

SpaceX, qui souhaite envoyer autour de la Lune, en 2023, le Japonais Y. Maezawa et sa bande d’amis à bord du Starship, et réaliser ses premières missions habitées à destination de Mars dès le milieu de la décennie prochaine, s'apprête à réaliser le premier test d'un prototype de ce futur véhicule spatial. Anciennement appelé « Big Falcon Rocket », Starship est le futur système de transport spatial à tout faire de SpaceX. Dès sa mise en service, il remplacera, dans des délais très courts, l'ensemble de la gamme actuelle de lanceurs et de système de transport de fret et habité de SpaceX.

Le prototype du Starship que SpaceX s'apprête à tester au sol. © Maria Pointer

Ce premier test Hopper sera réalisé depuis le site de lancement de Boca Chica au Texas, près de la frontière entre les États-Unis et le Mexique (SpaceX South Texas Launch Site). Ce test s'inscrit dans une série d'essais de petits décollages et atterrissages verticaux de plus en plus hauts. Pour l'heure, il s'agit seulement d'au moins un tir statique, suivi de vols à très faibles altitudes de quelques mètres. Cependant, SpaceX a une autorisation pour tester son engin jusqu'à moins de 4,5 kilomètres. Le porte-parole de SpaceX, James Gleeson, a confirmé dans un communiqué que SpaceX « procédera à des vérifications des systèmes au sol nouvellement installés et effectuera un court essai de tir statique dans les prochains jours. Bien que le prototype soit conçu pour effectuer des vols suborbitaux ou des sauts, l'étage sera attaché au sol lors des tests initiaux et les sauts ne seront pas visibles depuis l'extérieur du site de Boca Chica ».

À nouveau lanceur, nouveau moteur

Cette première série d'essais a, notamment, pour but de tester en l'air le nouveau moteur Raptor. Exit donc le moteur Merlin qui a fait les beaux jours du Falcon 9. Comme le Merlin, Raptor sera réutilisable mais fonctionnera avec un mélange d'ergols différent. Il utilisera de l'oxygène et du méthane liquide alors que Merlin utilise du kérosène et de l'oxygène liquide. Le Raptor sera aussi beaucoup plus puissant, générant une poussée de 1.900 kN contre 934 kN pour le Merlin.

Si, dans sa version opérationnelle Starship utilisera 7 moteurs Raptors et 31 pour l'étage principal, Super Heavy, le prototype fonctionnera avec seulement un moteur pour ses petits sauts et trois lors des vols suborbitaux. Ce prototype est également destiné à tester en vol un certain nombre de sous-systèmes du Starship. Il servira aussi à élargir le domaine de vol et à faire évoluer le design du Starship si nécessaire.

 

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi