Sciences

Tops 2012 : l’astronomie moissonne les exoplanètes

ActualitéClassé sous :Vie du site , trou noir , trou noir supermassif

On retiendra surtout l'extraordinaire récolte 2012 de planètes extrasolaires, dont certaines semblent possiblement habitables, et une vedette : celle installée autour d'Alpha du Centaure, étoile la plus proche de nous. Mais les trous noirs ont aussi fait parler d'eux.

On a observé l'agonie d'une étoile dévorée par un trou noir supermassif. Un extrait de la simulation de la destruction de la géante rouge par les forces de marée du trou noir supermassif. Le trou noir est le point noir en haut à gauche entouré de gaz tourbillonnant. © Nasa, S. Gezari (The Johns Hopkins University), et J. Guillochon (University of California, Santa Cruz)

Ce n'est pas la première fois que l'on voit une étoile dévorée par un trou noir supermassif, mais c'est probablement l'une des observations les plus détaillées. Non seulement on a identifié la victime mais le crime a été vu du début jusqu'à la fin, aussi bien dans le visible que dans le domaine des ultraviolets.

 

Récemment, une équipe internationale d'astronomes présentait une estimation du nombre de superterres habitables dans la Voie lactée. Selon eux, il y en aurait des milliards autour des naines rouges de notre Galaxie. Futura-Sciences revient sur cette découverte avec une interview en deux parties de l'un des membres de cette équipe, l'astrophysicien Xavier Delfosse, de l'institut de Planétologie et d'astrophysique de Grenoble.

 

Après avoir fait un peu connaissance avec la théorie Mond, proposée en 1983 par Mordehai Milgrom pour expliquer les observations au niveau des galaxies sans faire intervenir de la matière noire, nous continuons notre entretien à son sujet en compagnie de l'astrophysicien Benoît Famaey. Quelles sont les contraintes observationnelles sur cette théorie et ses variantes qui ont été proposées au cours des années ? Peut-on vraiment se passer de la matière noire avec Mond ?

 

Le radiotélescope russe en orbite RadioAstron a permis de battre un nouveau record de taille pour un instrument de ce type. En combinant ses observations avec celles du radiotélescope d'Effelsberg, les astronomes ont obtenu un instrument équivalent à un télescope de 350.000 km de diamètre permettant d'observer un noyau actif de galaxie avec une résolution record. Ce n'est encore qu'un début.

 

Elle est à peine plus grande que la Terre et elle gravite autour d'une des étoiles d'Alpha du Centaure, c'est-à-dire le système stellaire le plus proche de nous, à seulement 4,3 années-lumière. Cette exoplanète découverte par l'instrument Harps, de l'ESO, est notre voisine à l'échelle astronomique !

 

En avril 2012, des astronomes de l'ESO avaient remis en cause la présence de la matière noire autour du Soleil, ébranlant les fondements de la cosmologie. La théorie alternative à celle de la matière noire, Mond, n'en sortait pas renforcée non plus. Il s'agissait en fait d'une erreur. Après avoir fait le point sur la théorie Mond, Futura-Sciences a demandé à Richard Taillet, physicien au LAPTH, où en est la chasse aux particules de matière noire. Voici ses réponses en deux parties.

 

Cela vous intéressera aussi