La Punk Mona de l'artiste néo pop français Jisbar flottant à plus de 30 kilomètres d'altitude. © Jisbar
Sciences

La Joconde de l’artiste Jisbar a frôlé l'espace

ActualitéClassé sous :utilisation de la stratosphère , ballon atmosphérique , ballon stratosphérique

Le 11 décembre, l'artiste néo pop français Jisbar a rendu hommage au génie de Léonard de Vinci en célébrant à sa manière le 500e anniversaire du décès (2 mai 1519) de l'éternel artiste-voyageur qu'il était. Jisbar a lancé à destination de l'espace La Punk Mona, une version inédite de sa Joconde peinte il y a 10 ans.

Parmi les objets insolites lancés à destination de l'espace, on compte aujourd'hui une peinture de Jisbar. Cet artiste néo pop français et mondialement connu a lancé à destination de l'espace, le 11 décembre, une version inédite de sa Joconde, peinte il y a 10 ans et devenue depuis son œuvre emblématique. La toile, baptisée La Punk Mona, avait décollé à bord d'une nacelle carbone, créée sur mesure, avec une caméra full HD embarquée et un ballon biodégradable rempli d'hélium avec zéro émission et aucun combustible.

À proprement parler, ce tableau n'a évidemment pas atteint l'espace, dont la frontière a été arbitrairement fixée à 100 kilomètres d'altitude. Mais, il a tout de même volé dans la stratosphère à plus de 33 kilomètres d'altitude avant de retomber sur la terre ferme, au nord de l'Angleterre, après un séjour stratosphérique de une heure trente minutes.

La Punk Mona de l'artiste néo pop français Jisbar a fait un séjour dans la stratosphère d'une heure et trente minutes. © YouTube

La Punk Mona a ainsi été exposée plusieurs dizaines de minutes dans la stratosphère, un des promontoires terrestres les plus beaux qui permet de voir la rotondité de la Terre, son atmosphère et le noir de l'espace. Un des plus beaux, mais aussi le plus inaccessible pour tout un chacun, ce qui ne manquera pas de renchérir le coût de ce tableau unique en son genre et qui sera exposé en France en janvier 2020.

Une peinture adaptée à l’espace

En prévision de son séjour dans un environnement très inhabituel pour une peinture, le tableau avait été peint et préparé en vue de ce séjour à quelques encablures de l'espace de façon à faire face aux conditions météorologiques extrêmes lors de sa projection, si haut au-dessus de la Terre. Cela explique pourquoi l'artiste n'a pas envoyé la toile originale qui aurait été dégradée de façon irrémédiable. Jisbar a dû recréer sa Mona et changer ses techniques habituelles en utilisant de la peinture acrylique, de l'huile et des bombes d'aérosol. Pour cela, il a collaboré avec son ami artiste Kostar et toute une équipe technique de façon à associer art, ingénierie, mathématiques, physique et protection de l'environnement à la réalisation de ce projet inédit.

Cela vous intéressera aussi
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !