Sciences

Mars : de nouveaux indices montrent que la vie a été possible

ActualitéClassé sous :Univers , ALH84001 , météorite martienne

Souvenez-vous, en 1996 une équipe de scientifiques menée par David MacKay, du centre spatial Johnson de la NASA, défrayait la chronique et déclarait avoir découvert à l'intérieur de la météorite martienne ALH84001 des traces laissées par des bactéries originaires de Mars, il y a quelques milliards d'années. Depuis, cette hypothèse a laissé place à la perplexité et aucune preuve concluante n'a été apportée au sujet de la vie martienne.

Ces structures découvertes dans la météorite ALH84001 rappellent fortement les bactéries terrestres, mais elles sont jusqu'à 100 fois plus petites, ce qui rend toute confirmation impossible.

Aujourd'hui, cette même équipe s'apprête à dévoiler au public une découverte similaire à l'intérieur d'une autre météorite provenant de Mars. Il s'agit de la météorite Nakhla, du nom de la ville égyptienne où elle a été ramassée en 1911 après sa chute. Son analyse révèlerait la présence de carbone, un signe fort d'une vie antérieure sur la planète Mars. L'annonce sera faite au Congrès des sciences lunaires et planétaires, à Houston le mois prochain.

Les scientifiques ont découvert des traces de carbone, enfouies dans les profondeurs de la météorite qui ressemblent au matériel trouvé dans les incrustations provoquées par des micro-organismes dans le verre volcanique des fonds océaniques terrestres.

Dans le cas de ces deux météorites, tout repose sur la contamination ou non de ces cailloux par des éléments d'origine terrestre. Problème majeur. MacKay et son équipe vont devoir démontrer aux sceptiques que tant ALH84001 que Nakhla n'ont pas été contaminées et que le carbone découvert est bien d'origine martienne. Mais, dans le cas de la météorite égyptienne, cela apparaît plus facile à démontrer.

Cette météorite a cela d'intéressant que sa croûte épaisse et carbonisée de matière qui l'entoure l'a, selon ces scientifiques, préservée de toute contamination terrestre de sorte que tout indique que le carbone enfoui à l'intérieur provient bien de Mars. Autre élément qui va dans ce sens, l'échantillon analysé a été prélevé de la météorite pour cette analyse et n'a donc pas pu être contaminé.

Même si les traces de carbone découvertes ne sont pas le produit de microbes martiens, cette découverte est un signe fort de l'existence d'une vie antérieure sur Mars. Le carbone, la brique fondamentale des molécules biologiques, et l'eau sont les deux blocs primordiaux à la base de la vie. On sait qu'il existe de l'eau sur Mars mais jusqu'à présent on avait jamais découvert de carbone ailleurs que dans l'atmosphère martienne. Pour que la vie existe, le carbone doit être fixé à de la matière organique. Evidemment, ce n'est pas de la matière vivante fossilisée qui a été découverte mais bien cette matière organique primordiale.

Moins de 15 météorites martiennes

Moins de 15 météorites provenant de Mars ont été découvertes et ramassées sur Terre. C'est seulement à partir de la fin des années 70 que les scientifiques ont été en mesure de déterminer l'origine martienne de ce petit groupe de météorites, quand les sondes américaines Viking ont révélé que l'atmosphère martienne avait la même composition que les bulles d'air emprisonnées dans ces météorites.

Cela vous intéressera aussi