Sciences

Akari nous offre ses premières images du cosmos dans l'infrarouge

ActualitéClassé sous :Univers , akari , ASTRO-F

Le nouveau satellite d'astronomie haute performance dans l'infrarouge ASTRO-F, ou Akari, est en orbite polaire autour de la Terre depuis le mois de mars 2006. Fruit d'une collaboration entre l'ESA et l'agence spatiale japonaise, Akari a délivré sa « première lumière » le 13 avril dernier. Depuis hier, quelques une de ces images sont disponibles sur le site de l'ESA.

La nébuleuse IC4954 vue par AKARI A gauche: image fournie par le FIS (Far-Infrared Surveyor) A droite image fournie par l'IRC (near- and mid-Infrared Camera) Crédits : JAXA
Images de la galaxie M81 obtenue par l'IRC (near- and mid-Infrared Camera) d'AKARI (Crédits : JAXA)

Le satellite ASTRO-F a décollé du Japon le 21 Février 2006, pour se placer deux semaines plus tard sur une orbite polaire, à environ 700 kilomètres d'altitude. Le 13 avril, ses deux instruments FIS (Far Infrared Surveyor) et IRC (near-mid-infrared camera) sont entrés pour la première fois en action et ont délivré leur premières images du cosmos. Pour l'occasion, ils se sont tournés vers la nébuleuse IC4954, une région de l'espace située à 6.000 années lumière de la Terre et s'étendant sur plus de 10 années lumière. Cette nébuleuse voit naître de nombreuses étoiles invisibles dans le champ visible, car nimbées de gaz et de poussières. Mais, grâce à ses « yeux infrarouges », Astro-F (rebaptisé Akari après sa mise en orbite) a pu les observer avec une grande acuité.

L'instrument FIS a également observé M81, une galaxie spirale flottant à 12 millions d'années lumière. Les longueurs d'ondes 3 et 4 microns permettent d'observer la distribution des étoiles dans les différentes régions de la galaxie tandis que, à 7 et 11 microns, apparaissent les radiations des matières organiques qui peuplent le gaz interstellaire. Les images à 15 et 24 microns, quant à elles, révèlent la distribution des poussières échauffées par les jeunes étoiles.

Maintenant que l'ensemble du système a été vérifié, Akari va pouvoir débuter sa vraie mission : cartographier le ciel pendant six mois, avec une sensibilité, une résolution spatiale, et dans une gamme de longueurs d'ondes inégalées.

Au terme de cette étude, ASTRO-F se focalisera sur des régions de l'espace plus précises, et permettra sûrement aux astronomes de mieux comprendre les processus de formation et d'évolution au sein de l'Univers...

Cela vous intéressera aussi