Le VSS Unity de Virgin Galactic lors du troisième vol spatial de la société de Richard Branson à près de 90 kilomètres d'altitude. © Virgin Galactic
Sciences

Virgin Galactic et Blue Origin : bataille d’égo entre deux milliardaires qui rêvent d’espace

ActualitéClassé sous :tourisme spatial , Virgin Galactic , Richard Branson

Richard Branson va-t-il griller la politesse à Jeff Bezos ? C'est ce qu'il semble se tramer du côté de Virgin Galactic qui aurait entrepris d'accélérer la préparation de son avion suborbital et l'avion porteur pour être prêt à voler le 4 juillet, deux semaines avant le vol du New Shepard de Blue Origin.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Unity, le nouveau SpaceShipTwo de Virgin Galactic  L’activité de Virgin Galactic est principalement axée sur le tourisme spatial. Suite au crash de son avion suborbital en 2014, l’entreprise a construit un nouvel exemplaire du SpaceShipTwo. Baptisé Unity, le véhicule a été dévoilé en grande pompe, comme on peut le voir au cours de cette vidéo. 

Seulement quelques heures après l'annonce de Blue Origin, précisant que Jeff Bezos et son frère Mark seront à bord du véhicule suborbital New Shepard lors de son premier vol habité le 20 juillet 2021, on apprend que Virgin Galactic préparerait un vol suborbital du SpaceShipTwo et qu'il aurait lieu le 4 juillet, jour de la fête nationale des États-Unis. À bord : le milliardaire Richard Branson qui a fondé Virgin Galactic en 2004. Bien que confirmée auprès de Parabolic Arc par une source souhaitant garder l'anonymat, cette annonce est à prendre au conditionnel.

Ce vol suborbital de Virgin Galatic aurait lieu environ deux semaines avant l'escapade de quelques minutes dans l'espace de Jeff Bezos, accompagné de son frère et du gagnant de la vente aux enchères pour l'attribution de la troisième place. Le nom de ce gagnant sera connu samedi 12 juin, à la fin des enchères. Ce sera le premier vol avec équipage de New Shepard, qui a volé 15 fois sans personne à bord.

Le vol de Virgin Galactic subordonné à l'obtention d'une licence de la FAA

Cependant, avant de pouvoir embarquer Branson, Virgin Galactic doit obtenir une licence d'opérateur d'engins spatiaux réutilisables commerciaux délivrée par la FAA, l'agence américaine qui réglemente les lancements privés. Cette licence permettrait à Virgin Galactic de faire voler le milliardaire en tant que premier participant à un vol spatial, ce que ne permet pas la licence actuelle. Virgin Galactic s'attend à obtenir ce précieux sésame début juillet. Le vol de Branson dépend également de la préparation du VSS Unity et de son avion porteur dont le dernier vol date du 22 mai. Or, le délai de préparation des deux véhicules serait de seulement 44 jours si le vol devait avoir lieu le 4 juillet. Un délai à comparer aux 72 jours nécessaires entre les premier et second vols du SpaceShipTwo en décembre 2018 et février 2019.

À quelle frontière de l’espace se vouer !?

Enfin, si Branson vole avant Bezos, il y aura probablement un débat sur la question de savoir s'il a réellement atteint l'espace. En effet, il existe au moins trois frontières de l'espace, dont deux ont été fixées arbitrairement. Celle à 80 kilomètres d'altitude, reconnue par la Nasa, la FAA, la Noaa et l'U.S. Air Force. Le franchissement de cette frontière permet d'obtenir les fameuses « ailes », un insigne américain décerné aux astronautes. La deuxième a été reconnue par la Fédération aéronautique internationale qui la fixe à 100 kilomètres d'altitude. Cette frontière est aussi appelée ligne de Kármán, du nom du physicien hongrois Theodore von Kármán.

Or, Virgin Galactic semble se contenter des 80 kilomètres et pourrait ne pas atteindre les 100 kilomètres d'altitude alors que le New Shepard de Blue Origin les a dépassés à plusieurs reprises !

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !