Une image du Grand Nuage de Magellan prise par les sept modules du télescope spatial eRosita entre le 18 et le 19 octobre 2019. © F.Haberl, M. Freyberg and C. Maitra, Max Planck Institute for Extraterrestrial Physics (MPE)/IKI

Sciences

Le télescope spatial eRosita révèle les beautés cachées de notre univers

ActualitéClassé sous :télescope spatial , eROSITA , rayons X

Le télescope spatial eRosita avait été lancé en juillet dernier. Aujourd'hui, ses toutes premières images ont été rendues publiques. Des images d'une netteté incroyable qui laissent espérer de nombreuses découvertes à venir.

Grand moment le 22 octobre dernier du côté de l'Institut Max Planck de Garching (Allemagne). Les chercheurs y ont dévoilé les premières images capturées dans le domaine des rayons X par le télescope spatial eRosita. L'occasion de poser un regard nouveau notamment sur notre galaxie voisine, le Grand Nuage de Magellan, ainsi que sur le système en interaction d'amas de galaxies A3391/3395.

Les résolutions spatiale et temporelle des sept instruments qui constituent le télescope sont parfaites. La netteté également. Le tout grâce à des capteurs vingt fois plus sensibles que ceux utilisés jusqu'alors. « Le potentiel de nouvelles découvertes est immense », assure Peter Predehl, le chef de l'équipe eRosita.

Dans le Grand Nuage de Magellan, eRosita montre d'ores et déjà la distribution du gaz chaud diffus entre les étoiles. Mais aussi quelques détails étonnants. Ainsi, des structures nébuleuses compactes correspondant à des restes de supernovae comme ceux de SN1987A. De quoi confirmer que l'onde de choc de cette dernière s'estompe enfin. Le télescope éclaire également la présence d'objets chauds dans notre galaxie voisine. Et celle d'étoiles de notre Voie lactée tout comme quelques noyaux galactiques actifs distants.

Cette image du système en interaction d’amas de galaxies A3391/3395 est le résultat d’une combinaison d’images prises par les sept modules du télescope spatial eRosita entre le 17 et le 18 octobre 2019. Dans l'image de gauche, les couleurs rouge, verte et bleue font référence aux trois bandes d'énergie différentes d'eRosita. On voit clairement les deux groupes comme des structures nébuleuses, qui brillent fortement dans les rayons X en raison de la présence de gaz extrêmement chaud – des dizaines de millions de degrés – dans l’espace entre les galaxies. L'image de droite met en évidence un « pont » entre les deux groupes, confirmant le soupçon que ces deux grandes structures interagissent de manière dynamique. © T. Reiprich (Univ. Bonn), M. Ramos-Ceja (MPE), F. Pacaud (Univ. Bonn), D. Eckert (Univ. Geneva), J. Sanders (MPE), N. Ota (Univ. Bonn), E. Bulbul (MPE), V. Ghirardini (MPE), MPE/IKI

Des amas de galaxies à la matière noire

« Les rayons X nous donnent un aperçu unique des beautés cachées de notre univers », explique Kirpal Nandra, astrophysicien. Là où les télescopes qui visent le spectre du visible ne voient que des étoiles, eRosita perçoit en effet l'activité des trous noirs supermassifs qui se développent au centre des galaxies, par exemple. Ou les énormes réservoirs de gaz qui remplissent l'espace entre des galaxies formant un amas. Un aperçu de la structure de la matière noire qui inonde notre univers.

Les images produites d'amas de galaxies en interaction donnent ainsi une idée des processus dynamiques qui conduisent à la formation dans notre univers de ces structures gigantesques. Les amas présentés ici - qui apparaissent comme d'immenses nébuleuses elliptiques - s'étendent sur des dizaines de millions d'années-lumière. Ils contiennent chacun des milliers de galaxies.

Une profondeur et une précision sans précédent

Grâce à la précision des données que les astronomes espèrent acquérir à l'aide de eRosita, ils devraient pouvoir mesurer avec exactitude quelques paramètres cosmologiques. Leur objectif : mieux comprendre la matière ainsi que l'énergie noire qui dominent notre univers. « Nous savons désormais que nous pourrons établir, à l'aide de eRosita, une carte du ciel d'une profondeur et d'une précision sans précédent », s'enthousiasme Andrea Merloni, le responsable du projet eRosita.

  • Le télescope spatial eRosita a été lancé en juillet dernier.
  • Il nous offre aujourd'hui ses premières images du Grand Nuage de Magellan et d'un système en interaction d’amas de galaxies.
  • Des images d'une incroyable netteté.
  • De quoi laisser espérer aux astronomes de nombreuses découvertes à venir.
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Le télescope spatial James-Webb s'assemble en time-lapse  Destiné à succéder en 2018 à Hubble, le télescope James-Webb est actuellement en phase de construction dans les locaux de la Nasa. Découvrez durant ce time-lapse une partie importante de son assemblage : la pose d'une portion de son miroir.