Dans l’espace, le télescope spatial James Webb (JWST) — ici en vue d’artiste — est exposé aux impacts de micrométéorites. © Adriana Manrique Gutierrez, Nasa GSFC, CIL, Flickr, CC by-2.0
Sciences

La Nasa s’inquiète des micrométéorites qui frappent le télescope James-Webb

ActualitéClassé sous :télescope spatial James Webb , Nasa , micrométéorites

L'une des principales menaces qui planent sur les engins spatiaux en dehors de l'orbite terrestre basse, ce sont les micrométéorites. Et le télescope spatial James Webb n'y échappe pas. Les scientifiques estiment qu'il devrait être heurté pas moins d'une fois par mois. Reste à savoir si ces impacts pourraient causer des dommages importants.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Comprendre la mission du télescope spatial James Webb en une minute  Le James Webb Space Telescope, nouveau fleuron de l'observation spatiale, sera lancé le 18 décembre depuis Kourou, en Guyane. Après un voyage de 29 jours, il atteindra le point de Lagrange L2, dans la direction opposée au Soleil. Avec son miroir plus large que celui d'Hubble, dont il est considéré comme le successeur, le JWST pourra observer galaxies, planètes, nébuleuses et étoiles pour en apprendre plus sur l'histoire de l'Univers. 

Nous sommes désormais à une poignée d'heures seulement de la publication des premières images prises par le télescope spatial James Webb (JWST). Mais les ingénieurs qui suivent le projet nous signalent aujourd'hui qu'il y a une autre raison de retenir notre souffle : les micrométéorites. Ou plus exactement d'un point de vue sémantique, les micrométéoroïdes - les premières correspondant à des objets qui traversent l'atmosphère terrestre, les secondes à des objets qui voguent dans l'espace. En mai dernier, déjà, le télescope spatial avait été frappé. Sans toutefois qu'il y ait à déplorer de dégâts importants.

L'instrument a été conçu et construit justement pour résister à ce genre de mésaventure. Qui lui est déjà arrivé à cinq reprises depuis son lancement. Mais l'impact du mois de mai a suscité des questions. Il était plus important que les scientifiques l'avaient imaginé. Alors, était-ce une sorte d'anomalie ou le télescope spatial James Webb doit-il s'attendre à de telles attaques plus régulièrement que prévu ?

Vers des bulletins de météo météoritique

La difficulté, c'est que le miroir du JWST est bien plus soumis aux impacts de micrométéorites que celui du télescope spatial Hubble, par exemple. Il est plus grand et plus exposé à l'environnement spatial. Mais les ingénieurs de la mission avaient estimé que même avec un impact par mois, seulement 0,1 % de la surface du miroir primaire serait affectée en dix années d'opération.

Les micrométéorites ne dépassent généralement pas les dizaines de micromètres de diamètre. La taille d’un grain de sable. Mais même de minuscules particules peuvent causer des dommages physiques aux engins spatiaux. Car elles se déplacent à très grande vitesse. © ImageBank4U, Adobe Stock

L'impact du mois de mai dernier a été « réparé » en ajustant la position du segment de miroir touché. Et si la dégradation de l'image n'a pas pu être totalement effacée, la Nasa affirme toujours que le télescope spatial James-Webb fonctionne « au-delà des attentes ». Et les ingénieurs estiment que l'incident tient plus de la malchance que d'une erreur dans l'estimation des risques. Mais désormais, les scientifiques proposent aux équipes qui opèrent le JWST des sortes de prévisions personnalisées des averses de météorites afin, au besoin, de réorienter l'instrument pour limiter les dégâts. Cela pourrait arriver en mai 2023 et 2024, lorsque le télescope spatial traversera les débris de la comète de Halley.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !