La Station spatiale internationale photographiée en juillet 2011 depuis la navette spatiale lors de sa dernière mission (STS-135). © Nasa
Sciences

ISS : mais d'où vient cette fuite d’air détectée à bord de la Station spatiale ?

ActualitéClassé sous :station spatiale internationale , fuite d'air dans l'ISS , Zvezda

En septembre 2019, une fuite d'air a été mesurée à l'intérieur de la Station spatiale sans que les différents équipages qui s'y sont depuis succédé soient parvenus à identifier son origine. Le taux de déperdition est néanmoins bien trop faible pour les mettre en danger ! Le week-end dernier, les astronautes ont été confinés une deuxième fois dans un module pour essayer de la localiser. Presque trouvée !

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Visitez la Station spatiale comme si vous y étiez  Embarquez à bord de la Station spatiale internationale (ISS) pour une visite complète en vue subjective. La caméra « fish-eye » nous fait entrer dans tous les modules, offrant des vues inédites. Bien sûr, la balade passe par Cupola, la baie vitrée sur l'espace... et la Terre. 

Depuis plus d'un an, une fuite d'air à bord de la Station spatiale internationale inquiète les contrôleurs au sol qui, malgré l'aide des astronautes à bord, ne sont toujours pas parvenus à localiser sa source ! Cette fuite d'air, qui fait l'objet d'une enquête depuis plusieurs semaines, ne présente aucun danger immédiat pour l'équipage. Le taux de perte d'air n'étant pas suffisamment élevé pour inquiéter la Nasa et ne présente aucun danger pour la santé des astronautes à bord du complexe orbital.

En septembre 2020, la vitesse de la fuite d'air a augmenté de 2,5 fois jusqu'à 1,4 kilogramme en 24 h ! Une situation inédite depuis septembre 2019 contraignant les responsables au sol de la Nasa et de Roscosmos a confiné une nouvelle fois l'équipage dans le module russe Zvezda pour rechercher l'endroit d'où viendrait la fuite, tout comme en août 2020. À cette fin, les sas de passage entre tous les modules du complexe orbital ont été fermés afin que les contrôleurs de mission puissent à nouveau surveiller la pression atmosphérique dans chaque module.

Le module russe Zvezda photographié en juillet 2011 depuis la navette spatiale lors de sa dernière mission (STS-135). En haut à gauche, se trouve le module Pirs, port d'amarrage sur lequel peuvent s'amarrer les véhicules russes Soyuz et Progress, et qui peut servir de sas de sortie dans l’espace. En bas, se trouve le module Poisk (Mini-Research Module-2), où des expériences scientifiques russes sont menées, et qui peut aussi servir de sas de sortie et de port d’amarrage pour les véhicules russes. © Nasa

L’endroit de la fuite a-t-il été localisé dans le module Zvezda ?

Lundi soir, la Nasa a réveillé l'équipage pour localiser précisément la fuite d'air. Depuis le sol, l'analyse des données des modules testés pendant la nuit a isolé l'emplacement de la fuite dans la zone de travail principale du module de service Zvezda. Comme la Nasa l'explique, l'équipage a fermé une par une les écoutilles entre les sections arrière et avant de Zvezda et les passages de Zvezda vers les modules Pirs et Poisk, tout en utilisant un détecteur de fuites à ultrasons.

Tout au long de la nuit, des mesures de pression ont été prises pour tenter d'isoler la source de cette déperdition. Peine perdue, la taille de la fuite identifiée pendant la nuit a depuis été attribuée à un changement temporaire de température à bord de la station, le taux global de fuite restant inchangé.

Des études sont donc en cours pour essayer de localiser précisément la source de la fuite. Cette difficulté à trouver une fuite d'air aussi minime pourrait s'expliquer par le vieillissement de la station et un défaut d'étanchéité qui se serait formé au fil des ans. Zarya, le premier module de l'ISS a été lancé en novembre 1998 par un lanceur Proton !

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !