La Station spatiale internationale vue par l'équipage Crew 2 à bord d'une capsule Crew Dragon en vol pour retourner sur Terre. © Nasa, SpaceX
Sciences

La Nasa cherche une solution en urgence pour piloter la Station spatiale sans la Russie

ActualitéClassé sous :Station saptiale internationale , Nasa , SpaceX

Les cargos de SpaceX et de Northrop Grumman, qui ravitaillent la Station spatiale internationale, pourraient-ils être utilisés pour piloter le complexe orbital ? Jusqu'à présent, la Nasa ne s'était jamais préoccupée de trouver une solution de remplacement au cas où les Russes, les seuls capables de la piloter, décidaient d'abandonner la Station à son sort. Bien que les relations spatiales russo-américaines ont toujours résisté aux tempêtes géopolitiques passées, avec le conflit en Ukraine, elles n'ont jamais été aussi proches de se rompre. Il y a donc une certaine urgence pour la Nasa à répondre à cette question par l'affirmative et de voir comment.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] ISS : jusqu’en 2030, et après ?  La Station spatiale internationale continuera d’accueillir des astronautes du monde entier pour des missions scientifiques jusqu’en 2030. Et de venir en appui des missions de conquête spatiale qui doivent emmener les humains jusqu’à la Lune et même vers Mars. (en anglais) © Nasa 

La Nasa se veut prévoyante. Dans le cas où les relations russo-américaines atteindraient un point de non-retour, la Russie « pourrait se retirer de la Station spatiale internationale », comme l'a habilement déclaré Dmitri Rogozine, le chef de l'Agence spatiale russe Roscosmos.

Dmitri Rogozine n'a évidemment pas dit qu'il projetterait la Station spatiale sur les États-Unis, mais sous-entendu qu'il pourrait laisser à l'abandon le segment russe.

Or, si le côté américain fournit l'électricité et le support vie à l'ensemble du complexe orbital, les Russes sont responsables de la propulsion du maintien de l'ISS à une altitude d'environ 400 kilomètres et du contrôle d'attitude et des corrections de trajectoire.

Sans Progress pour la piloter, l’orbite de la Station s’abaisserait inexorablement, semaine après semaine

Pour cela, ils utilisent les cargos Progress dont un est en permanence amarré au module Zvezda. Sans Progress pour la piloter, l'orbite de la Station s'abaisserait inexorablement, semaine après semaine. Elle serait aussi dans l'incapacité de corriger sa trajectoire pour éviter des débris par exemple.

C'est dans ce contexte très incertain, et bien que la Russie coopère toujours avec la Nasa à la bonne marche de la Station spatiale, que la Nasa a décidé d'étudier des solutions de secours pour la piloter. Au cas où les Russes décideraient de l'abandonner à son sort du jour au lendemain.

Ces deux images montrent pourquoi il ne sera pas simple pour la Nasa d'utiliser les cargos Cygnus ou Dragon pour piloter la Station. Les ports d'amarrages américains ne sont pas installés dans le même sens que celui des Progress et donc un sens de la poussée très différents. Les flèches rouges montrent un cargo Progress et les bleues un Cygnus reconnaissable avec ces deux panneaux solaires ronds. © Nasa

Les cargos américains à la manœuvre pour piloter la station ?

Northrop Grumman, qui ravitaille la station avec le cargo Cygnus (dont le module est construit par Thales Alenia Space) et SpaceX qui fait de même avec son cargo Dragon, ont proposé à la Nasa de « faire le job ». Toutefois, si les cargos des deux industriels pourront être convertis et adaptés à une mission de « reboost » de l'ISS pour rehausser son orbite, il faut savoir que les ports d'amarrage des cargos américains sont vraiment très mal situés pour réaliser cette tâche !

Ils s'amarrent via les ports PMA des modules Unity et Harmony (Pressurised Mating Adapters) équipés d'un système CBM actif pour attraper le cargo. C'est d'ailleurs pour cela que l'ATV de l’Agence spatiale européenne s'amarrait au même endroit que les cargos Progress russes pour remonter l'orbite de la Station.

Il sera intéressant de voir les solutions proposées par Northrop Grumman et surtout celles de SpaceX quand on sait qu'Elon Musk a toujours des idées très originales et audacieuses !

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !