Sciences

Guerre du Gofle II : le GPS contre Galiléo ?

ActualitéClassé sous :recherche

Le système de navigation par satellite, financé et contrôlé par le Departement of Defense américain fournit un signal codé qui permet à un simple récepteur de calculer sa position, sa vitesse et de connaître l'heure exacte. Bien qu'il y ait des millions d'utilisateurs civils dans le monde, ce système est opéré par l'armée américaine.

Le GPS, sous la responsabilité du Pentagone, fournit grâce à un réseau de 24 satellites des données pour le grand public et l'armée américaine. Forte de son succès, l'administration Clinton avait en l'an 2000 autorisé la baisse du niveau de brouillage pour les civils, permettant ainsi d'augmenter la précision du positionnement de 100 mètres à 20 mètres.

L'Automobile Club Allemand craint donc que durant le guerre en Iraq, l'armée décide de réduire la précision du GPS à plus de 100 mètres. 2 millions de voitures allemandes sont équipés de récepteurs GPS. Les conducteurs sont invités à se munir de cartes en papier comme au bon vieux temps. Le Pentagone a cependant affirmé qu'il n'envisageait une neutralisation mondiale du GPS car d'une part cela engendrerait le chaos et d'autre part cela pousserait l'Europe à s'entendre sur le programme Galileo.

Pendant ce temps, Space Imaging, société américaine d'imagerie commerciale par satellite, a été sélectionnée par le Departement of State américain pour aider à la reconstruction de l'Iraq. Son système d'information géographique (GIS) va servir à planifier les réparations des infrastructures, le développement économique et les études environnementales. Le système GIS regroupe des informations sur les usines, pipelines, ponts, routes et autres, incorporées à des images provenant du satellite Ikonos (1 mètre de résolution). Le produit GIS est facile à utiliser car il se présente sous la forme d'un logiciel opérant sous l'environnement Windows, américain lui aussi.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi