Sciences

FDLS 2004 - Les enjeux modernes de la biologie et de la génétique

ActualitéClassé sous :recherche , virus , grippe

-

La Fête de la Science est l'occasion pour les scientifiques de mieux faire connaître leur travail au grand public. Ce public qui a manifesté un si grand soutien aux chercheurs de notre pays l'année dernière, durant le conflit qui les a opposés au gouvernement, est désireux de mieux comprendre les enjeux et les objectifs qui se présentent aux chercheurs d'aujourd'hui. Dans ce contexte, la biologie - et particulièrement la génétique - est au cœur de nombreuses préoccupations.

FDLS 2004 - Les enjeux modernes de la biologie et de la génétique

La génétique fascine et inquiète en raison des multiples possibilités qu'elle offre aux chercheurs. Le clonage humain est à ce titre tout à fait représentatif de ce phénomène. En effet, le clonage reproductif fait planer de nombreuses craintes alors que tellement d'espoirs sont mis dans le clonage thérapeutique. Les techniques ont fait de nombreux progrès ces dernières années, ce qui a conduit certains pays, comme la France, à interdire toute tentative de clonage humain.

Les plantes OGM (comprendre organismes génétiquement modifiés) sont aussi régulièrement au cœur de l'actualité. Malheureusement, l'amalgame fréquemment fait dans les médias et la désinformation menée par de petits groupes de personnes conduisent inévitablement l'opinion publique à rejeter en bloc toute tentative de recherche dans ce domaine. Pourtant, seule une recherche objective et sans passion permettra de conclure objectivement sur les effets supposés négatifs de ces plantes ou au contraire sur leurs bienfaits. Espérons que la raison finira par l'emporter et que les chercheurs pourront travailler indépendamment de toute pression afin de pouvoir répondre à cette question importante pour notre société.


Découvrez les autres actualités publiées pour la fête de la Science 2004

Une autre source d'espoir pour de nombreux malades est l'utilisation de cellules souches embryonnaires permettant d'obtenir à partir d'une cellule, tous les types de tissus constitutifs de l'organisme. A ce sujet, la France vient tout juste d'autoriser l'importation de ces cellules afin de permettre aux chercheurs de travailler dessus. Même si l'espoir de reconstituer un organe in vitro est encore un rêve inaccessible, cette perspective est tellement prometteuse qu'elle mérite qu'on s'y intéresse de près.

A côté de ces axes de recherche extrêmement prometteurs pour la santé humaine, il existe de nombreuses sources d'inquiétudes. Au premier rang, on retrouve inévitablement l'épidémie de VIH qui progresse sans cesse malgré les progrès de la science, et contre laquelle nous sommes toujours aussi démunis. Rarement nous avons aussi bien connu les mécanismes moléculaires de fonctionnement d'un virus; pourtant jusqu'à présent, aucun traitement curatif n'a pu être mis au point.

Depuis plusieurs mois, le virus de la grippe aviaire fait beaucoup parler de lui. En effet, ce virus fait planer sur la planète le spectre d'une épidémie de grippe telle que celle de la grippe espagnole qui fit environ 50 millions de morts en 1918. Les chercheurs craignent en effet que ce virus étonnamment pathogène pour certains animaux, puisse se mélanger au virus humain et donner naissance à un nouveau virus contre lequel l'organisme humain serait totalement démuni. Le récent cas probable de transmission de ce virus inter-humain est à ce sujet extrêmement préoccupant, car cela pourrait être le signe que le virus est en train de s'adapter aux mammifères et devient capable de se transmettre entre eux directement, ce qu'il n'était pas capable de faire jusqu'à présent. Ceci est d'autant plus inquiétant que le virus montre déjà les signes d'une adaptation rapide aux organismes mammifères. En effet, les chercheurs ont mis en évidence que le virus était maintenant capable de se répliquer (multiplier) beaucoup plus efficacement chez les mammifères qu'il ne l'était auparavant. Cependant, il est encore prématuré de prévoir si ce nouveau virus apparaîtra ou non et quand cela se produira. Il est aussi tout à fait possible que ce virus reste endémique dans les pays asiatiques sans jamais se transmettre d'hommes à hommes efficacement.

On comprend tous les enjeux auxquels les chercheurs doivent faire face, c'est notamment pour cela qu'ils ont besoin plus que jamais du soutien du plus grand nombre afin d'obtenir les conditions adéquates de travail, aussi bien en matériel qu'en personnel.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi