La plus ancienne scène de chasse découverte dans une grotte de l’île de Sulawesi en Indonésie. Ici, un anoa (une espèce locale de buffle nain). © Endra

Sciences

La plus ancienne scène de chasse découverte dans une grotte en Indonésie

ActualitéClassé sous :préhistoire , peinture rupestre , art pariétal

Des archéologues ont découvert des peintures rupestres âgées de 44.000 ans, représentant des créatures mi-humaines mi-animales chassant des bêtes sauvages, sur l'île indonésienne de Sulawesi. Une véritable œuvre d'art à mi-chemin entre scène de chasse et représentation mythologique.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Des cinémas durant la préhistoire ?  Environ 41 % des œuvres pariétales parant les grottes ornées représenteraient des animaux en mouvement. Pour créer des animations, les artistes ont utilisé des techniques graphiques encore exploitées de nos jours. C'est ce qu'explique dans cette vidéo Marc Azéma, de l'université de Toulouse. 

C'est en cherchant un passage étroit vers l'entrée d'une autre grotte sur l'île indonésienne de Sulawesi qu'un archéologue a découvert une incroyable scène dessinée sur une paroi représentant des buffles, des cochons sauvages et des créatures mi-humaines mi-animales munies de cordes et de lances. Lorsque Adam Brumm, dans son bureau à l'université Griffith de Brisbane en Australie, reçoit sur son téléphone la photo de son collègue, il comprend aussitôt qu'il a affaire à une découverte exceptionnelle. « Nous avions vu des centaines de sites d'art rupestre dans cette région, mais jamais rien de tel », s'extasie l'archéologue, dont l'équipe décrit la découverte dans Nature le 11 décembre.

La scène de chasse découverte dans la grotte de Leang Bulu Sipong 4 en Indonésie couvre près de 4,5 mètres. On y voit diverses figures comme des marques de mains, des buffles nains, des cochons sauvages ou des petits hommes à bec d’oiseau. © Maxime Aubert et al. Nature, 2019

Les thérianthropes, des créatures mythiques mi-homme mi-animal

Sur cette fresque de près de 4,5 mètres de long, située dans la grotte de Leang Bulu Sipong 4, on distingue des cochons sauvages et des buffles nains appelés anoas, des espèces locales d'Indonésie. Ces animaux bien réels sont accompagnés de figures plus petites qui semblent humaines, mais affublées de traits d'animaux tels que des queues et des museaux. « Ces figures mi-animales mi-humaines, connues sous le nom de thérianthropes, suggèrent que les premiers hommes de Sulawesi avaient la capacité de concevoir des choses qui n'existent pas dans le monde réel », expliquent les chercheurs.

Les thérianthropes sont des représentations mi-humaines mi-animales, comme ici où l’on voit des hommes affublés de museau (a), de bec (b) et munis de cordes et de lances. © Maxime Aubert et al. Nature, 2019

Ce bestiaire surnaturel distingue cette fresque de tout ce qu'on peut rencontrer en Europe ou ailleurs. La plus ancienne représentation de ce type est une statuette d'ivoire de mammouth vieille de 40.000 ans (la date fait toutefois l'objet de controverses) trouvée en Allemagne, l'homme-lion de Hohlenstein-Stadel. Mais le plus vieux thérianthrope peint, un être humain à tête d'oiseau en train de chasser un bison, date de 17.000 ans et se trouve à Lascaux en France. Avec ses 44.000 ans, le tableau de chasse de la grotte de Leang Bulu Sipong 4 serait donc le plus vieil exemple d'art figuratif connu, estiment les chercheurs. On ignore la signification de ces curieuses créatures. Sont-elles issues d'un mythe ou d'une manifestation chamaniste ? Représentent-elles de véritables hommes déguisés en oiseaux pour la chasse ?

Le panneau dessiné se situe dans une annexe de la grotte principale, accessible par une échelle ou une corde depuis son plancher. © Maxime Aubert et al. Nature, 2019

Une œuvre complétée au fil du temps ?

Les chercheurs ont utilisé une méthode de datation utilisant le taux d'isotopes des minéraux contenus dans la calcite, dont la radioactivité décline avec le temps. Ils ont ainsi pu estimer la peinture d'un cochon à 43.900 ans, mais on y trouve aussi d'autres peintures plus récentes, ce qui laisse penser que le tableau a pu être complété au cours du temps. « Il est possible que les thérianthropes soient plus récents », reconnaît Adam Brumm, mais ces derniers n'ont pas pu être datés car ils ne sont pas recouverts de calcite. Néanmoins, le chercheur note des ressemblances entre les animaux sauvages et les personnages, ce qui laisse à penser qu'ils ont été dessinés à la même époque.

Scènes de chasse : de Lascaux à l’Indonésie

Quoi qu'il en soit, cette découverte fait encore reculer la naissance de l’art pariétal. La peinture d'animal la plus ancienne retrouvée en Europe, un rhinocéros de la grotte Chauvet en France, aurait entre 35.300 et 38.800 ans. En 2018, l'équipe de Maxime Aubert, principal auteur de l'étude de Nature, avait déjà fait sensation en dévoilant une peinture de gros bovidé non identifié âgée de 40.000 ans, présentée alors comme « la plus ancienne œuvre figurative connue » (voir ci-dessous). Quel que soit le pionnier en la matière, cela prouve que l'art rupestre n'a pas été inventé en Europe, mais concomitamment des deux côtés du globe.

Les découvertes sont loin d'être finies. Maxime Aubert et son équipe bénéficient de permis de prospection quasi exclusifs dans ces grottes indonésiennes. Et si les sites sont relativement accessibles sur l'île de Sulawesi, d'autres se trouvent enfouis dans la jungle et n'ont sans doute pas encore été explorées.

  • Une scène de chasse exceptionnelle âgée de 44.000 ans a été découverte dans une grotte indonésienne.
  • Elle représente des animaux sauvages et des créatures mythiques mi-homme mi-animal, soit la plus ancienne scène figurative connue à ce jour.
  • Cela montre que l’art rupestre s’est développé parallèlement en Europe et en Asie.
Pour en savoir plus

Les plus anciennes peintures figuratives du monde ont plus de 40.000 ans

Article de Nathalie Mayer publié le 08/11/2018

Depuis les années 1990, les chercheurs savent qu'il se cache, dans les montagnes reculées et accidentées de Bornéo, des grottes contenant des peintures datant de la Préhistoire. Aujourd'hui, ils révèlent qu'il s'agit probablement des plus anciennes représentations figurées au monde. Elles dateraient de plus de 40.000 ans.

L'art rupestre figuratif constitue l'une des principales innovations liées à la culture humaine. Et contrairement à ce qu'imaginaient les chercheurs, il n'a peut-être pas vu le jour en Europe. Mais plutôt en Asie du sud-est comme semblent le suggérer des peintures datant d'au moins 40.000 ans. Elles recouvrent les parois calcaires d'une grotte de Bornéo (Indonésie) et elles représentent un animal étrange, ressemblant vaguement à un bœuf sauvage.

Des évolutions technologiques à l'origine de la découverte.

Ces peintures avaient déjà été décrites au milieu des années 1990. Il manquait pourtant une estimation de leur âge. C'est aujourd'hui chose faite grâce notamment à des chercheurs de l'université de Griffith (Australie). Ils se sont appuyés sur une méthode de datation par l’uranium-thorium. Une technique déjà connue depuis plusieurs décennies. « Mais avec les évolutions technologiques, nous pouvons aujourd'hui travailler sur de plus petits échantillons », précise Maxime Aubert, l'un des chercheurs impliqués dans l'étude.

Comment ça marche ? Il faut d'abord savoir que l'uranium est soluble dans l'eau. Et qu'il se désintègre lentement. Sa demi-vie est de l'ordre de 4,5 milliards d'années. En bout de chaîne, il reste du thorium. En mesurant le rapport isotopique de thorium par rapport à l'uranium, il est possible de dater un échantillon.

En bas à gauche de cette photo, le dessin d’un bœuf sauvage datant de plus de 40.000 ans. © Luc-Henro Fage

Les premiers artistes originaires d’Asie

Ainsi, les chercheurs ont ici prélevé, autour des dessins rupestres, des échantillons de carbonate de calcium pour lesquels ils ont pu déterminer ce rapport uranium/thorium. Conclusion : la représentation de cet animal sauvage date d'au moins 40.000 ans. Jusqu'alors, la palme du plus vieux dessin du monde revenait à celui d'un babiroussa de 35.400 ans également découvert en Indonésie.

Ces résultats permettent aux chercheurs de découper désormais l'histoire de l'art rupestre ancien à Bornéo en trois grandes périodes. La première s'étend entre -52.000 et -40.000 ans et comprend des pochoirs à main ainsi que de premiers animaux. Le tout dans des couleurs ocres rouge orangé. À partir de -20.000 ans, les œuvres se tournent vers le monde humain. De couleur plutôt violette, les personnages sont représentés dansant ou chassant. Et les premiers signes abstraits apparaissent. La dernière phase ne semble pas débuter avant -4.000 ans. Elle offre des motifs géométriques et des bateaux en plus des personnages humains et fait la part belle aux pigments noirs. Ces différentes phases marquent-elles le travail de deux groupes humains distincts ou simplement une évolution culturelle ? Les chercheurs se posent toujours la question.

Quoi qu'il en soit, cette nouvelle datation semble en accord avec les informations récentes découvertes sur les premiers HommesHomo sapiens a quitté l'Afrique il y a environ 70.000 à 60.000 ans. Une fois dispersé en Eurasie, il se serait donc mis à l'art figuratif il y a plus de 40.000 ans. Ce qui positionne l'Asie comme le berceau de cet art puisque les plus anciennes peintures européennes semblent dater de quelque 35.000 ans et les plus vieux dessins rupestres africains d'environ 30.000 ans seulement.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !