Une nouvelle technique mise au point par des chercheurs européens promet de doper la puissance des télescopes. © Vadim Sadovski, Shutterstock

Sciences

La puissance des télescopes dopée au-delà des limites de la théorie ?

ActualitéClassé sous :physique , résolution d'image , critère de Rayleigh

La résolution d'un instrument optique, télescope ou microscope, par exemple, a une limite, fixée par les phénomènes de diffraction. Elle peut être dépassée, affirme une équipe européenne de chercheurs. Les instruments traditionnels, expliquent-ils, n'exploitent que l'intensité de la lumière alors qu'il est possible d'extraire des informations supplémentaires de la phase de l'onde.

Un télescope idéal donnerait d'un point une image parfaitement définie. Mais dans la réalité, les phénomènes de diffraction ont la fâcheuse tendance à en faire une tache floue. Deux objets angulairement proches l'un de l'autre ne peuvent ainsi être distingués par un télescope que si leurs taches de diffraction sont distinctes. Un phénomène connu par les spécialistes sous le terme de critère de Rayleigh.

En théorie, le critère de Rayleigh limite à 0,1 micromètre le pouvoir de résolution d'un instrument optique en lumière visible. Mais des chercheurs européens (notamment de l'Universidad Complutense de Madrid, en Espagne, et de l'université Palacky, en République tchèque) annoncent aujourd'hui avoir atteint des résolutions 17 fois plus fines. Le critère de Rayleigh doit-il pour autant être jeté aux oubliettes ?

Selon l'équipe en question, cette limite de résolution serait plus le résultat d'un mauvais choix stratégique que d'une limite physique intrinsèque. Aujourd'hui en effet, les télescopes exploitent uniquement l'intensité de la lumière qu'ils captent. La technique développée par les chercheurs européens mise sur la collecte d'autres informations contenues dans la lumière, et notamment la phase de l'onde. Exposée dans une publication de la revue Optica, elle repose sur l'exploitation de l'holographie numérique« Il y a beaucoup plus d'informations disponibles sur la séparation [de deux sources, NDLR] dans la phase que dans l'intensité seule » expliquent les auteurs dans cet article. De quoi espérer doper prochainement la puissance de nos télescopes.

Cela vous intéressera aussi

Interview : comment fonctionne l'optique adaptative ?  Lorsque l’on scrute le ciel avec un télescope optique, la turbulence atmosphérique déforme les images qui nous parviennent. Pour contrer le problème, l’une des solutions est d’envoyer le télescope dans l’espace. L’autre, plus simple, est d’utiliser l'optique adaptative. Dans le cadre de sa série de vidéos Questions d’experts, sur la physique et l’astrophysique, l’éditeur De Boeck a interrogé Olivier Pujol, maître de conférence à l’université de Lille, sur cette optique surprenante.