Sciences

ITER : absence d'accord au terme des pourparlers

ActualitéClassé sous :physique , Iter , fusion

Dernière d'une série de réunions visant à atteindre un compromis sur le choix du site qui accueillera le réacteur expérimental thermonucléaire international (ITER), la réunion du 9 novembre s'est clôturée sans qu'un accord ait pu être atteint.

ITER

Le réacteur à fusion sera le deuxième plus grand projet de recherche international après la station spatiale internationale. La construction du réacteur a été retardée d'environ un an, une division entre les six partenaires participant au projet quant au choix du pays hôte du réacteur - le Japon ou la France - amenant ceux-ci à se retrouver dans une impasse.

Selon un "message commun" communiqué à l'issue de la réunion de Vienne, "les deux hôtes possibles du réacteur, l'Union européenne et le Japon, ont présenté les résultats de récentes discussions bilatérales intensives sur l'équilibre des rôles et des responsabilités de la partie hôte et de la partie non hôte dans la réalisation commune de l'ITER dans le cadre d'une coopération internationale à six. Ces discussions se poursuivront dans un avenir proche afin que les deux parties adoptent une même ligne de conduite."

La déclaration précisait aussi que la réunion s'était déroulée dans une atmosphère positive, et que toutes les parties estiment à présent que les discussions entamées "vont bientôt mener à une conclusion fructueuse pour les six parties".

D'aucuns pensent que l'UE pourrait se détacher des partenaires hostiles à sa proposition d'accueillir le réacteur sur son territoire, et faire cavalier seul avec l'aide d'autres pays intéressés par cette perspective. Néanmoins, aucune déclaration officielle n'a été faite en ce sens. La question sera sans doute abordée les 25 et 26 novembre prochains lors du Conseil Compétitivité de l'UE.

La mission de l'ITER consisterait à prouver la viabilité scientifique et technologique de l'utilisation de l'énergie de fusion à des fins pacifiques. Pour ce faire, l'ITER ferait la preuve d'une multiplication énergétique modérée, démontrerait qu'il fait appel à des technologies essentielles utilisant l'énergie de fusion dans un système intégrant la physique et la technologie appropriées, et testerait les éléments clés qui permettent d'utiliser la fusion comme source d'énergie pratique.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi