Sciences

Le CNRS ouvre, pour la première fois, un bureau en Amérique latine

ActualitéClassé sous :physique

-

Geneviève Berger, directrice générale du CNRS, Alain Le Gourriérec, ambassadeur de France au Chili et Eric Golès, président de la Conicyt (Comision nacional de investigacion cientifica y tecnologica, Chili), ont inauguré le 25 octobre 2002 le bureau régional du CNRS à Santiago du Chili.

Il s'agit de la première implantation de l'organisme en Amérique du Sud. Cette nouvelle structure couvrira le Cône Sud (Chili, Argentine, Uruguay, Paraguay) ainsi que le Brésil. C'est le 10e bureau du CNRS mis en place à l'étranger. Il sera dirigé par Roger Frety.

A l'occasion de sa visite en Amérique latine, Geneviève Berger a rencontré Ricardo Lagos, président de la république du Chili. Ils ont exprimé leurs souhaits mutuels d'un renforcement de la coopération scientifique franco-chilienne, notamment par le biais de la création d'unités mixtes internationales qui permettront aux équipes chiliennes de s'insérer dans les programmes européens.

L'implantation d'une représentation du CNRS en Amérique du Sud est essentielle pour développer et consolider de véritables réseaux de collaboration scientifique entre les laboratoires du CNRS et ceux des pays de la région Cône Sud et Brésil. Cette création répond également aux souhaits des pays sud-américains concernés de s'intégrer aux réseaux d'excellence européens.

Le CNRS entretient depuis longtemps des relations privilégiées avec la communauté scientifique chilienne. C'est ainsi qu'un accord a été signé en 1991 avec la Conicyt permettant de développer des programmes de recherche communs dans les domaines suivants : matériaux, mathématiques, géologie, hydrologie, génétique, physique, informatique et astronomie (le Chili dispose de 10% du temps d'observation au Very Large Telescope européen, construit sur le Mont Paranal). La Conicyt et le CNRS ont créé en 2000 une unité mixte internationale (UMI), le Centre de modélisation mathématique. Ses travaux sont destinés à résoudre les problèmes complexes posés par ses partenaires industriels, en particulier ceux de l'industrie minière, pilier de l'économie chilienne. Les recherches concernent également les transports, le climat et la génomique. Le président de la Conicyt, Eric Golès, a été chercheur au CNRS pendant 6 ans.

La création d'une UMI est en cours de discussion dans le domaine de la biologie marine et de ses applications en agrochimie et en pharmacologie, entre la Station biologique de Roscoff (CNRS-Université Paris 6) et le Center for Advanced Studies in Biology and Biodiversity (CASEB) de l'Université catholique de Santiago (PUC).

Cela vous intéressera aussi