Sciences

Le CEA ouvre ses installations à la communauté scientifique

ActualitéClassé sous :physique , essais nucléaires , simulation

Depuis l'arrêt définitif des essais nucléaires en 1996, la capacité de dissuasion nucléaire française repose sur le programme Simulation. Chargé de la mise en place de ce programme, le CEA se dote d'installations exceptionnelles qu'il se propose aujourd'hui, en liaison avec le ministère de la Défense, d'ouvrir à la communauté scientifique.

Le supercalculateur Tera Crédit : http://www.cea.fr

Eléments clés du programme Simulation, les moyens numériques Tera (supercalculateur le plus puissant d'Europe) et les moyens expérimentaux comme le laser mégajoule (LMJ) et son prototype, la ligne d'intégration laser (LIL) constituent des réalisations exceptionnelles à la fois par leurs caractéristiques techniques et par leurs performances. Ces performances seront mises à la disposition de la communauté scientifique européenne conformément à la politique d'ouverture approuvée fin 2001 par le ministère de la Défense.

Il est ainsi prévu de favoriser le développement autour du centre DAM/Ile-de-France, situé à Bruyères-le-Chatel et qui abrite le supercalculteur Tera, d'un pôle de compétences sur le calcul hautes performances rassemblant scientifiques et industriels dans le cadre du projet Ter@tec.

De même, en Aquitaine, le CEA cherche à favoriser l'établissement de liens cohérents entre les installations laser, le milieu industriel, le monde de la formation et l'environnement scientifique dans le cadre du projet global dénommé : Route des lasers. Le comité interministériel pour l'aménagement et le développement du territoire (CIADT) a officialisé, en décembre 2002, l'engagement de l'Etat dans ce projet.

Cela vous intéressera aussi