Certains chercheurs s’inspirent de la nature. D’autres essaient de dépasser les superpouvoirs des personnages de Comics. Et dans cette course, des physiciens américains annoncent aujourd’hui avoir conçu un alliage presque aussi résistant que le bouclier de Captain America.
Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] D'où vient la force de Superman ? Pourquoi Superman est-il si fort ? Les explications de la force de Superman par ses auteurs sont-elles plausibles ? Elles sont astucieuses, mais assez exagérées, nous démontre l'astrophysicien Roland Lehoucq. © Thinkovery

À en croire les chercheurs de l'université du Texas Nord (UNT), l'alliage qu'ils viennent de mettre au point est incroyablement résistant. Presque autant que le légendaire vibranium du costume de Black Panther ou le non moins légendaire proto-adamantium du bouclier de Captain America.

Rappelons que l'histoire raconte que seul un puissant coup de marteau asséné par Thor en personne serait capable d'ébrécher le matériaumatériau dont est fait le bouclier de Captain America. Pour le détruire, pas d'autre solution que de recourir à un réarrangeur moléculaire. C'est dire à quel point ce matériau - et l'alliagealliage des chercheurs de l'UNT - est résistant.

Les chercheurs de l’université du Texas Nord ont eu recours à une technique de friction-malaxage pour créer un alliage extrêmement résistant. © University of North Texas

Les chercheurs de l’université du Texas Nord ont eu recours à une technique de friction-malaxage pour créer un alliage extrêmement résistant. © University of North Texas

Trop cher pour être commercialisé

Le secret de ce nouvel alliage ? Faire d'abord couler simultanément du chromechrome, du cobaltcobalt, du ferfer, du manganèsemanganèse et du siliciumsilicium dans les proportions suivantes : Fe42Mn28Co10Cr15Si5. Mais le gros du travail est accompli à l'aide d'un outil de friction-malaxage qui génère une chaleurchaleur de frictionfriction avant de malaxer le mélange. La méthode conduit à un alliage dit à haute entropieentropie multiphases présentant notamment une résistante élevée.

L'ennui, c'est que cet alliage coûte cher. Entre autres, parce qu'il contient une quantité non négligeable de cobalt dont le coût à la tonne est estimé à près de 70.000 euros. Alors que la tonne de fer en coûte moins de 60 euros. Les chercheurs étudient déjà d'autres possibilités qui pourraient permettre une utilisation commerciale de leur matériau.