Sciences

Des accélérateurs de particules pour détecter les faux millésimes

ActualitéClassé sous :physique , faisceau de protons , vin

Utilisés pour sonder les mystères du Big Bang et pour traiter des cancers, les accélérateurs de particules peuvent aussi servir à lutter contre la contrefaçon des grands vins. Des physiciens nucléaires du Centre d'Etudes Nucléaires de Bordeaux Gradigan viennent même de décrocher un contrat avec la société londonienne The Antique Wine Company.

Détails du dispositif servant à soumettre une bouteille à des faisceaux de protons de 3 MeV. Crédit : Arcane-CENBG

Bien sûr, on ne peut pas comparer cette application des faisceaux de protons produits par l'accélérateur de particules de la plateforme Aifira (Applications Interdisciplinaires de Faisceaux d'Ions en Région Aquitaine) avec les expériences qui seront menées au LHC. Mais cette utilisation inattendue d'un accélérateur de particules illustre bien le caractère imprévisible des applications des recherches en sciences pures. Le laboratoire du Centre d'Etudes Nucléaires de Bordeaux Gradigan (CENBG) effectue en effet un ensemble de recherches qui vont des noyaux exotiques, loin de la vallée de stabilité bêta, aux excitations nucléaires induites par laser, en passant par la physique des neutrinos, la double décroissance bêta et l'astronomie des rayonnements gamma de grande énergie.

Difficile d'imaginer que des faisceaux de protons à 3 MeV, plus de quatre millions de fois moins énergétiques que ceux qui circuleront au LHC, pourraient un jour servir à identifier des millésimes de vins rares dans des bouteilles fabriquées depuis les années 1859 à nos jours. Et pourtant...

La technique employée par Hervé Guégan et ses collègues du CENBG est simple. Les années passant, les techniques de fabrication des verres des bouteilles de vins diffèrent selon les fabricants et selon les progrès de la technologie. Il existe alors de subtiles variations dans la composition des verres concernant une quinzaine d'éléments, sodium, fer, magnésium et silicium notamment.

Un vin authentiquement ancien se reconnaît... à ses résidus nucléaires

Sous l'action des chocs de protons, les noyaux se mettent à émettre un spectre de rayons X spécifiques, en liaison aussi avec leurs abondances dans les verres, permettant ainsi d'identifier une bouteille de vin. Il suffit pour cela d'étalonner la technique, comme les chercheurs l'ont fait, avec 80 bouteilles provenant de collections privées et de musées de la région de Bordeaux.

La technique est pour le moment précise à 15 années près mais la résolution atteinte devrait rapidement augmenter au fur et à mesure que d'autres bouteilles de références seront analysées et c'est d'ailleurs ce qui va se faire grâce au contrat passé entre Arcane (Atelier Régional de Caractérisation par Analyse Nucléaire Elémentaire), la cellule de transfert technologique adossée au CENBG et une société londonienne spécialisée dans la commercialisation des grands crus, The Antique Wine Company. En plus de financer les recherches, cette entreprise va fournir 160 bouteilles supplémentaires et, en échange, elle disposera d'un outil efficace pour lutter contre la contrefaçon.

On peut bien sûr essayer de tromper un acheteur potentiel avec de vraies bouteilles anciennes emplies d'un vin plus récent, mais là aussi les chercheurs proposent une parade. Il suffit, au moins pour les vins mis en bouteille avant les essais nucléaires atmosphériques, de rechercher un isotope du césium, Cs137, dans le vin lui-même. Imparable, la méthode impose néanmoins l'ouverture de la bouteille. En jargon technique, on appelle cela un contrôle destructif. Reste que l'ensemble de ces deux techniques rendra beaucoup plus difficile l'œuvre des faussaires.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi