Ligo (Laser Interferometer Gravitational-Wave Observatory) a permis de détecter l'onde gravitationnelle produite par la collision puis la fusion de deux trous noirs d'environ 30 masses solaires chacun. À quoi aurait ressemblé visuellement l'évènement pour des observateurs installés à quelques milliers de kilomètres ? Des simulations numériques permettent de le découvrir ; cette image, qui illustre des effets de lentille gravitationnelle, est extraite de l'une d'elles. © SXS (Simulating eXtreme Spacetimes project)

Sciences

Ondes gravitationnelles : Ligo repart à la chasse

ActualitéClassé sous :ondes gravitationnelles , LIGO , trou noir

Cent ans après les premières réflexions d'Einstein sur les ondes gravitationnelles et un an après leur première détection directe sur Terre, les membres de Ligo repartent à la chasse. Leurs détecteurs d'ondes gravitationnelles sont désormais plus sensibles et d'autres fusions d'astres relativistes, étoiles à neutrons ou trous noirs, devraient être observées.

Interview : comment mesurer les ondes gravitationnelles ?  Les ondes gravitationnelles sont des déformations de l’espace-temps prédites par Einstein. Il serait possible de les mesurer avec des outils appropriés. L’éditeur littéraire Dunod a interviewé Pierre Binétruy, professeur au laboratoire Astroparticule et Cosmologie de l'université Paris Diderot, afin d’en savoir plus sur ces mystérieuses ondes et sur la façon dont on pourrait les détecter. 

L'année 2016 se termine. Elle a vu l'annonce par les membres de la collaboration Ligo de la première détection directe sur Terre des ondes gravitationnelles prédites par Einstein il y a un siècle (juste après les dernières touches faites à son chef-d'œuvre, la théorie de la relativité générale). En 1917, Einstein allait, dans la foulée, poser les fondements de la cosmologie relativiste et de l'effet laser, introduisant même, pour la première fois, dans la toute jeune théorie quantique, le calcul des probabilités pour décrire les transitions atomiques.

La collaboration Ligo vient de faire savoir qu'après avoir encore amélioré la sensibilité de ses deux détecteurs, elle était repartie à la chasse aux ondes gravitationnelles le 30 novembre 2016. La campagne d'observation va durer six mois. Puis, il y aura une nouvelle pause des machines pour les améliorer : les chercheurs pensent multiplier par deux leur sensibilité au cours des années qui viennent. Il serait possible de mettre en évidence une fusion de trous noirs par jour, en se basant sur les fusions déjà détectées.

Pour se rafraîchir la mémoire et en savoir plus sur les ondes gravitationnelles (comment elles sont détectées et ce qu'elles peuvent nous apprendre sur le cosmos), vous pouvez lire, ou relire, les articles suivant sur Futura-Sciences :