Illustration de futurs combinaisons spatiales de la Nasa. © Nasa
Sciences

La Nasa va avoir de nouvelles combinaisons spatiales

ActualitéClassé sous :Nasa , combinaisons spatiales , Programme Artemis

La Nasa a annoncé le premier juin avoir choisi les compagnies Axiom Space et Collins Aerospace pour développer les futurs scaphandres des astronautes. Ils s'en serviront pour sortir dans le vide spatial dans le cadre de sorties extra-véhiculaires depuis l'ISS mais aussi pour marcher sur la Lune.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Espace : comment se passe une sortie extravéhiculaire (EVA) ?  La plus célèbre remonte en 1969, lorsque plusieurs hommes ont marché sur la Lune, mais ce n'était pas la première ! © Futura 

Les équipes d'Axiom Space et de Collins Aerospace ravitailleront la Nasa en scaphandre jusqu'en 2034. La valeur totale du contrat atteint 3,5 milliards de dollars. Si Axiom est un nouvel entrant dans le domaine, Collins est une compagnie qui s'y connaît déjà. En effet, avec l'aide d'ILC Dover, Collins fournit la Nasa en scaphandre EMU depuis des décennies et dont la technologie a été développée au sein de l'agence.

Présentation d'un scaphandre en 2019. Aujourd'hui, la Nasa choisit enfin les futurs fournisseurs de la nouvelle génération. On attend maintenant d'en avoir de jolis visuels ! © Loren Grush, The Verge

Les scaphandres commandés remplaceront dans un premier temps les actuels xEMU utilisés pour les sorties extra-véhiculaires (EVA) depuis le segment américain de l'ISS. Ils seront les bienvenus car les scaphandres de la station sont vieillissants. D'ailleurs, les sorties sont annulées depuis le mois dernier et ce, jusqu'à nouvel ordre après avoir constaté une fuite d'eau qui s'est accumulée (en petite quantité) dans le casque de l'astronaute allemand Matthias Maurer lors de l'EVA du 23 mars dernier. Pour rappel, l'astronaute italien Luca Parmitano avait failli se noyer dans son casque à la suite d'une fuite d'eau en 2013.

La commande de scaphandre concerne aussi les missions lunaires du programme Artemis. Première démonstration attendue en 2024-2025 avec Artemis II, la première mission habitée autour de la Lune, précédant le retour à la surface avec Artemis III.

Sortie extra-véhiculaire de Thomas Pesquet le 20 juin 2021. Le scaphandre xEMU qu'il porte commence à vieillir ! © ESA

Vers la privatisation du vol habité américain

Axiom Space devient un partenaire incontournable de la Nasa pour le vol habité. Déjà, la compagnie a réalisé un vol touristique en avril à bord de la Station spatiale internationale. De plus, la compagnie a pour objectif de joindre un module privé au segment américain de l'ISS en 2024. Le module est en cours de construction à Turin, en Italie, chez Thales Alenia Space. À terme, d'autres modules s'y joindront pour former une première station spatiale privée qui se détachera de l'ISS et qui accueillera astronautes, touristes et expériences scientifiques.

Cette annonce de privatisation des scaphandres suit la politique que mène la Nasa pour intégrer de plus en plus les compagnies privées dans le programme d'astronautique américain. Peu à peu, au fil des ans, la Nasa délègue aux commerciaux la maîtrise d'œuvre des outils de son programme. Après l'arrêt des navettes spatiales en 2011, la commercialisation a commencé avec les cargos (confiés à SpaceX et Northrop Grumman), les vaisseaux spatiaux (Crew Dragon de SpaceX et Starliner de Boeing), et cela continue avec les scaphandres comme dernier exemple. À l'avenir, ce sera même la station qui sera privée, c'est comme cela que la Nasa voit « l'après ISS ». Axiom et sa station sont parmi les meilleurs candidats.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !