La sonde Juice de l’Agence spatiale européenne s’apprête à partir de Toulouse, où elle a vécu une longue campagne de tests. Le décollage est prévu depuis le Centre spatial guyanais à partir du 10 avril prochain. Reportage en salle blanche.

C'est LA grande mission de cette année spatiale 2023. La Guyane grondera avec l'avant-dernier tir de la fusée Ariane 5Ariane 5, destination Jupiter, plus précisément sa lunelune Ganymède. C'est un voyage de près de huit ans qui attend la sonde qui, une fois arrivée, opérera 35 survolssurvols des lunes glacées de Jupiter.

Le voyage s'annonce riche en défis. La sonde devra affronter des environnements très froids ou très chauds, notamment au cours des survols de planètes prévus au cours de son voyage. Au programme : un premier survol de la Terre en août 2024 avec, peu avant, l'utilisation de la Lune comme assistance gravitationnelleassistance gravitationnelle, puis un survol de Vénus en août 2025, encore deux survols de la Terre en septembre 2026 et en août 2029, et enfin une arrivée dans le système jovienjovien en juillet 2031. C'est là qu'elle réalisera 35 survols des lunes Europe, Callisto et Ganymède avant de se mettre en orbiteorbite autour de cette dernière en décembre 2034.

Des ingénieurs d'Airbus Defence & Space posent une « plaque » (noire) sur laquelle sont inscrits les noms des différentes personnes participantes au programme. Derrière, à droite, on voit la cuve à vide ouverte où Juice a séjourné pendant 15 jours. Ils ont également posé une autre plaque rendant hommage à Galilée qui a découvert les quatre grandes Lunes de Jupiter. © Daniel Chrétien, Futura
Des ingénieurs d'Airbus Defence & Space posent une « plaque » (noire) sur laquelle sont inscrits les noms des différentes personnes participantes au programme. Derrière, à droite, on voit la cuve à vide ouverte où Juice a séjourné pendant 15 jours. Ils ont également posé une autre plaque rendant hommage à Galilée qui a découvert les quatre grandes Lunes de Jupiter. © Daniel Chrétien, Futura

Quinze jours en cuve à vide pour des derniers tests thermiques

Les essais thermiques avaient d'abord commencé début 2021 au centre Estec de l'ESAESA aux Pays-Bas mais, comme plusieurs instruments scientifiques n'étaient pas encore disponibles, les essais ont été refaits depuis le début à Toulouse fin 2022. « L'environnement spatial pour JuiceJuice, c'est très compliqué car on va très près du SoleilSoleil lors des phases d'accélération planétaire en début de mission (...) et à Jupiter, on est très loin du Soleil », précise Frédéric Faye, ingénieur en chef Juice à Airbus Defence & Space. Le survol de Vénus forcera Juice à survivre à des fortes températures tandis que la longue distance en Jupiter et le Soleil (cinq fois plus loin que la Terre) soumettra la sonde à un environnement très froid.

Les trois senseurs stellaires de Juice, orientés dans trois directions différentes. Il n'y a pas de GPS entre la Terre et Jupiter ! Juice se repérera à l'aide des étoiles. Un seul senseur est nécessaire, un deuxième rend le repérage plus précis, le troisième sert de redondance. © Daniel Chrétien, Futura
Les trois senseurs stellaires de Juice, orientés dans trois directions différentes. Il n'y a pas de GPS entre la Terre et Jupiter ! Juice se repérera à l'aide des étoiles. Un seul senseur est nécessaire, un deuxième rend le repérage plus précis, le troisième sert de redondance. © Daniel Chrétien, Futura

Les tests thermiques clôturent la campagne d’essais effectuée par la sonde depuis août 2021 à Toulouse. Ils étaient de différentes natures : thermique, électrique, magnétique, mécanique, acoustique (vibrationsvibrations et communication). À chaque fois, avant et après un test environnemental, Juice a subi des tests fonctionnels pour voir si elle n'avait pas été impactée par l'essai. Au chapitre des essais mécaniques et électriques, les équipes avaient testé le déploiement de gigantesques panneaux solaires, ainsi que la puissance électrique qu'ils fournissent.

La sonde Juice dans la salle anéchoïque Mistral, lors des tests de communication. © Daniel Chrétien, Futura
La sonde Juice dans la salle anéchoïque Mistral, lors des tests de communication. © Daniel Chrétien, Futura

Dernier voyage terrestre imminent

Que reste-t-il à faire maintenant que Juice est prête au départ ? Tout d'abord, les équipes joindront à nouveau les panneaux solaires qui avaient été détachés pour les tests thermiques. Ensuite, Juice sera rangée dans un conteneur spécialisé et sera transportée des locaux d'Airbus jusqu'à l'aéroport de Blagnac. C'est là qu'un avion Antonov l'attend pour le transport jusqu'à Kourou. Juice ne part pas seule, de multiples « baies » de tests partiront avec elle pour la Guyane, c'est toute une logistique !

Elles restent protégées ! Deux des nombreuses tuyères des moteurs d'appoints de Juice qui l'aident à se positionner. Les protections seront retirées avant le décollage. © Daniel Chrétien, Futura
Elles restent protégées ! Deux des nombreuses tuyères des moteurs d'appoints de Juice qui l'aident à se positionner. Les protections seront retirées avant le décollage. © Daniel Chrétien, Futura

Une fois à Kourou, Juice sera installée et testée dans un bâtiment de préparation de charge utile au CSG. Les équipes feront notamment plusieurs tests pour voir si la sonde n'a subi aucun dégât au cours de son voyage depuis Toulouse. Le plein de carburant est prévu à la mi-mars. Près de 3 500 kilos d'ergolsergols rempliront les réservoirs. Des essais combinés (sonde + lanceurlanceur) sont également prévus. Enfin, Juice sera installée sous la coiffe d'Ariane 5 pour un décollage prévu entre le 10 et le 30 avril. Si jamais surgissent des impondérables faisant manquer cette fenêtrefenêtre de tir, une autre est prévue en août.

Vu depuis la piste cyclable le long du canal du Midi, le conteneur de Juice attend son départ imminent. Le transport à Kourou se fera par un avion Antonov. © Daniel Chrétien, Futura
Vu depuis la piste cyclable le long du canal du Midi, le conteneur de Juice attend son départ imminent. Le transport à Kourou se fera par un avion Antonov. © Daniel Chrétien, Futura

Le long voyage vers Jupiter

Juice ne restera pas inactive au cours de son voyage. Plusieurs manœuvres sont prévues, notamment lors des survols des planètes et de la Lune, qui seront utilisées comme assistances gravitationnelles pour catapulter la sonde et lui faire prendre plus de vitesse sans trop dépenser de carburant. Au cours des survols, les instruments scientifiques seront fonctionnels et testés, mais ce n'est pas tout. Giuseppe Sarri, chef de projet Juice à l'ESA, nous le rappelle : « Chaque année, on va prendre deux semaines pour allumer tous les instruments afin de vérifier qu'ils marchent toujours, et on fait des petits essais de calibration (...) Il faut garder la sonde vivante pendant sa route. »

La sonde Juice dans la salle SIMLES dédiée aux tests thermiques à Airbus Defence & Space. © Daniel Chrétien, Futura
La sonde Juice dans la salle SIMLES dédiée aux tests thermiques à Airbus Defence & Space. © Daniel Chrétien, Futura