Activité incessante autour de Mars ces jours-ci. Après l’insertion en orbite ce week-end de Maven (Nasa), la sonde indienne Mangalyaan est attendue ce mercredi. Les deux orbiteurs en rejoindront quatre autres, en mission depuis plusieurs années.
Cela vous intéressera aussi

En attendant l'arrivée autour de Mars de la sonde indienne Mangalyaan mercredi 24 septembre, Maven (Mars Atmosphere and Volatile Evolution) occupe le devant de la scène médiatique. Après un voyage d’environ 10 mois et quelque 711 millions de kilomètres parcourus depuis la TerreTerre, la sonde spatiale américaine (NasaNasa) a rejoint la planète rouge ce week-end.

L'entrée dans l'orbiteorbite martienne a eu lieu ce dimanche 21 septembre 2014 à 380 kilomètres au-dessus du pôle Nord, au terme d'une manœuvre d'insertion orbitaleorbitale qui s'est déroulée en deux temps. Après s'être stabilisé à l'aide de six petits propulseurspropulseurs d'appoints, l'orbiteur a allumé pendant 33 minutes ses moteurs principaux. Au nombre de six, ils ont consommé plus de la moitié du carburant disponible à bord. Une dépense d'énergieénergie nécessaire pour la ralentir suffisamment lors de son insertion en orbite.

 La mise en orbite de Maven autour de Mars. © Nasa

La mise en orbite de Maven autour de Mars. © Nasa

Lorsqu'elle sera correctement installée sur son orbite, Maven décrira une trajectoire elliptique autour de la planète d'une période de 35 heures, avec un périgéepérigée de 150 kilomètres et un apogéeapogée de 6.300 kilomètres. À cette distance, la sonde aura une vue d'ensemble de la planète rouge, notamment son atmosphèreatmosphère ténue, l'objectif de la mission.

Des objectifs scientifiques ambitieux

Avec ses huit instruments, Maven a spécifiquement été conçue pour étudier l’atmosphère martienne et ses interactions avec le vent solairevent solaire à travers quatre grands objectifs :

  • établir l'échappement atmosphérique et son rôle sur l'atmosphère de Mars au cours du temps ;
  • déterminer l'état actuel de la haute atmosphère, l'ionosphèreionosphère, et son interaction avec le vent solaire ;
  • évaluer les taux actuels d'échappement des atomesatomes et moléculesmolécules neutres et des espècesespèces ionisées ainsi que les mécanismes qui les contrôlent ;
  • identifier les rapports isotopiques des composés stables de l'atmosphère martienne.

Elle se penchera sur Mars comme aucune autre mission. « Nous sommes la première mission dédiée à l'observation de la haute atmosphère de Mars et de la façon dont elle interagit avec le SoleilSoleil et le vent solaire », a déclaré Bruce Jakosky, chercheur principal pour Maven à l'Université du Colorado à Boulder. Des données qui amélioreront la connaissance et la compréhension que nous avons de l'histoire du climatclimat martien et de l'habitabilité de la planète. Elles expliqueront également pourquoi l'eau à l'état liquideliquide a disparu de la surface.

La comète Siding Spring sera son premier sujet d’étude

À ces deux nouvelles arrivées, la Nasa et l'Esa se préparent également au passage de la comète Siding Spring à proximité de Mars. Découverte en janvier 2013, celle-ci frôlera la Planète rouge le 19 octobre 2014 vers 18 h 30 TU, à seulement 138.000 kilomètres, soit un peu plus d'un tiers de la distance moyenne entre la Terre et la LuneLune. Si tout risque de collision avec une de ces six sondes est écarté, ce que redoutent surtout leurs responsables, ce sont les particules de la coma susceptibles de perturber leur fonctionnement, voire de les endommager.

Cela dit, Maven ne pouvait pas arriver à meilleur moment. En effet, les scientifiques s'attendent à ce que la chevelure, longue d'environ 150.000 km, touche et interagisse avec la haute atmosphère martienne. La sonde spatiale sera donc aux premières loges pour observer et surtout comprendre les effets de la queue de la comètecomète sur l'atmosphère. Enfin, son interaction avec la surface des deux lunes de Mars, PhobosPhobos et Déimos, sera également étudiée.