Au pôle Sud de la Lune – ici photographié par Lunar Reconnaissance Orbiter (LRO), de la glace d’eau recouvre le fond des cratères. Elle pourrait s’y être déposée à différentes périodes de l’histoire de notre satellite naturel. © Nasa, Scientific Visualization Studio

Sciences

D’où vient la glace d’eau sur la Lune ? Depuis quand est-elle là ?

ActualitéClassé sous :lune , glace d'eau , pôle Sud

L'année dernière, Chandrayaan-1 apportait la première preuve directe de présence sur la Lune de glace d'eau, mais laissant toujours planer le doute sur son origine. Aujourd'hui, des chercheurs s'appuient sur de nouvelles données pour avancer une théorie. La majorité des gisements aurait des milliards d'années, mais d'autres seraient plus récents.

En 2012, la sonde Lunar Reconnaissance Orbiter (LRO) révélait que le fond du cratère Shackleton cache de faibles quantités de glace d'eau. L'année dernière, des chercheurs américains avaient confirmé la présence de glace sur la Lune, plus précisément dans plusieurs cratères situés aux pôles de notre satellite naturel. Et les données fournies en parallèle par la sonde indienne Chandrayaan-1 en avaient fourni plusieurs preuves directes.

Les astronomes se demandaient cependant toujours quand et comment cette glace avait pu arriver là. Mais une nouvelle étude apporte aujourd'hui un début de réponse. Des chercheurs de l'université Brown (États-Unis) et de la Nasa sont en effet parvenus à poser des limites sur l'âge de ces dépôts de glace.

Comment ? En comptant le nombre de petits cratères présents dans les plus gros cratères portant les dépôts de glace. Car les chercheurs ont une idée assez précise du rythme des impacts sur la Lune dans le temps. Résultat : la majorité des gisements de glace se trouve dans des cratères formés il y a environ 3,1 milliards d'années.

En apprendre plus sur l’âge de la glace présente sur la Lune et sur la manière dont sa distribution évolue avec le temps est également important lorsqu’il s’agit d’envisager une exploitation de ces ressources par de futurs colons. © chagpg, Abode Stock

Des glaces d’origines différentes

Pour affiner encore leur chiffre, les chercheurs se sont appuyés sur le fait qu'au fond des cratères, la glace semble assez inégalement répartie. De quoi suggérer qu'elle a pu être endommagée par des impacts de micrométéorites sur une longue période. Et donc confirmer l'hypothèse d'une glace ancienne.

C’est une surprise !

Mais les astronomes ont aussi trouvé des traces de glace dans des cratères plus petits, aux bords plus nets et mieux définis, qui laissent à penser qu'il d'agit de cratères relativement jeunes« C'est une première et une surprise », commente Ariel Deutsch, chercheur à l'université Brown.

Ainsi, si les glaces lunaires présentent des âges différents, elles pourraient provenir aussi de sources différentes. Peut-être de comètes ou d'astéroïdes ou encore d'une activité volcanique, pour les plus anciennes. Et de bombardement de micrométéorites ou des vents solaires pour les gisements les plus récents. Selon les chercheurs, il ne reste plus désormais qu'à envoyer une sonde sur place afin de recueillir des échantillons lunaires qui seuls permettront de conclure définitivement.

  • Les cratères du pôle Sud de la Lune contiennent de la glace d’eau.
  • Des chercheurs viennent d’établir que celle-ci pourrait avoir des origines différentes d’un cratère à l’autre.
  • Pour confirmer cette hypothèse, il faudra recueillir des échantillons sur place.
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

La Lune comme vous ne l'avez jamais vue !  Découvrez la Lune en 4K à travers les yeux de la sonde LRO. Cette dernière, qui vient de fêter ses 10 ans, nous livre des images très détaillées de plusieurs régions de notre satellite. Ici, le cratère Tycho et les pentes de sa montagne centrale surmontée d’un rocher solitaire ; là, le vaste réseau de cratères au pôle sud, à l’intérieur du plus ancien bassin d’impact de la Lune. Un régal pour les yeux. Une balade à savourer en plein écran.