Sous l’épaisse couche de glace d’Europe, la lune de Jupiter, se cache un océan qui intrigue les scientifiques. Mais, avant de pouvoir déterminer s’il est susceptible d’abriter la vie, ils doivent percer les secrets de cette calotte glaciaire. Des chercheurs ont fait un grand pas dans ce sens.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Io, Europe, Ganymède et Callisto, les 4 plus grandes lunes de Jupiter On vous présente en vidéo les satellites galiléens, les quatre plus grandes lunes de Jupiter, découvertes par Galilée début janvier 1610. Vous pouvez les observer danser autour de la géante gazeuse avec une paire de jumelles.

Europe, c'est le nom d'une drôle de lune de Jupiter. Elle fait justement à peu près la taille de notre Lune. Mais ce qui intéresse les chercheurs, c'est qu'elle est recouverte d'une couche de glace de 15 à 25 kilomètres d'épaisseur. Cette dernière cache un immense océan dont la profondeur est estimée entre 60 et 150 kilomètres environ. Un océan tout indiqué pour rechercher des formes de vie extraterrestre.

Pour savoir si cet océan peut effectivement abriter la vie, les chercheurs tentent depuis plusieurs années de déterminer sa composition et sa salinitésalinité. Des géophysiciens de l’université du Texas (États-Unis) viennent justement de faire une découverte qui pourrait faire avancer les connaissances en la matière. Selon eux, la coquille de glace qui coiffe l'océan d'Europe pourrait être, en partie, formée de neige sous-marine. Une neige plus pure que les autres types de glace.

Avoir une meilleure estimation de la salinité de la couche de glace qui recouvre Europe, la lune de Jupiter, devrait permettre aux chercheurs de mieux interpréter les données que leur renverra la mission Europa Clipper (Nasa). Son lancement est prévu en 2024 et son radar destiné à percer la glace pour explorer l’océan qui se cache dessous. © Nasa, JPL-Caltech
Avoir une meilleure estimation de la salinité de la couche de glace qui recouvre Europe, la lune de Jupiter, devrait permettre aux chercheurs de mieux interpréter les données que leur renverra la mission Europa Clipper (Nasa). Son lancement est prévu en 2024 et son radar destiné à percer la glace pour explorer l’océan qui se cache dessous. © Nasa, JPL-Caltech

Une glace plus pure

Par le passé, des travaux avaient déjà suggéré que les conditions régnant juste sous la couche de glace qui recouvre Europe sont semblables à celles que l'on trouve sous la banquise antarctique. Là, la glace se forme de deux façons différentes. Par congélation, quand elle apparait juste sous la banquisebanquise. Ou par accumulation de flocons de glace -- le frasil, comme l'appellent les géophysiciens -- qui apparaissent dans l'eau de mer surfondue et qui flottent vers le haut, se déposant sous la banquise.

Voir aussi

Europa Clipper : la Nasa donne le feu vert à la mission sur la lune glacée de Jupiter

Les chercheurs estiment aujourd'hui que le frasil pourrait être abondant sur Europe. Or cette neige sous-marine ne conserve qu'une part infime du sel contenu dans l'eau de mer. De quoi rendre la coquille de glace qui entoure la lune de Jupiter bien plus pure que les scientifiques ne le pensaient jusqu'alors. Et permettre de préciser comment la chaleurchaleur peut la pénétrer. Ou même comment une sorte de tectonique des glaces pourrait l'agiter.