Si les femmes sont trop peu récompensées par le prix Nobel, c'est parce que notre société entrave encore leur accès aux postes à responsabilité, en sciences comme ailleurs. © pit24, Fotolia

Sciences

Prix Nobel : les femmes trop peu récompensées

ActualitéClassé sous :Homme , nobel , femme

Aucune femme parmi les Nobel 2017, mis en lumière ce 10 décembre à Stockholm (Suède) lors de fastueuses cérémonies. Aucune non plus en 2016 et une seule pour 20 récompenses dans toute l'histoire de ce prix prestigieux. Malgré une tendance au rééquilibrage à long terme, le bilan est très masculin. Interrogés, des membres de l'Académie royale des sciences apportent leur éclairage.

Les prix Nobel pour les disciplines scientifiques (médecine, physique, chimie), la littérature et l'économie sont décernés en Suède, tandis que celui de la paix l'est en Norvège, deux pays de Cocagne féministes qui s'enorgueillissent de guider les autres sur le chemin de l'égalité. Or, si le nombre de femmes nobélisées (48 au total) ne cesse d'augmenter depuis la première édition, passant de quatre lauréates entre 1901 et 1920 à 19 entre 2001 et 2017, celles-ci ne représentent, au terme de la saison 2017, qu'un peu plus de 5 % des 896 lauréats des deux sexes.

L'économie recueille, haut la main, le bonnet d'âne, devant les prix scientifiques. La littérature est largement une affaire d'hommes ; la paix fait un peu mieux. Des prix originels (celui d'économie a été institué en 1968), la physique et la chimie sont les plus misogynes, n'ayant récompensé que deux et quatre femmes respectivement. Paradoxe, cependant : la seule femme de l'histoire à avoir jamais été couronnée deux fois, Marie Curie, l'a été dans ces deux catégories, en 1903 et 1911.

« C'est une déception, quand on prend du recul, de voir que davantage de femmes n'aient pas été primées », reconnaît le secrétaire perpétuel de l'Académie royale des sciences à Stockholm, compétente pour les prix de physique, chimie et économie. Göran Hansson l'assure : « Il n'y a pas de chauvinisme masculin substantiel dans les comités » de sélection Nobel, dont quatre (médecine, chimie, paix, littérature) sont présidés par des femmes.

La proportion de femmes parmi les nobélisés est très faible, de 5 % en moyenne. Elle est de 2 pour 206 en physique et de 1 pour 79 en économie. © Simon Malfatto, AFP

Les portes des laboratoires sont longtemps restées fermées aux femmes

Pour lui, si les lauréates sont si rares, c'est d'abord parce que les portes des laboratoires leur sont longtemps restées fermées. Un effet pyramide confirmé par la physicienne Anne L'Huillier, membre de l'Académie royale des sciences et qui siégea au comité Nobel en 2010. « C'est complètement évident, surtout pour les matières "dures", moins pour les sciences de la vie », avance-t-elle.

Le palmarès du prix de médecine, désigné par le prestigieux Institut Karolinska, n'est guère plus encourageant : 12 femmes sur 214 lauréats, soit 5,6 %, parmi lesquelles la Française Françoise Barré-Sinoussi, en 2008, pour la découverte du VIH en 1983. Le « prix de Sciences économiques en mémoire d'Alfred Nobel », financé par la Banque de Suède, est lui le cancre absolu avec une seule lauréate, l'Américaine Elinor Ostrom, en 2009. « Vous avez remarqué, c'est vrai, que nous sommes tous des hommes blancs, nous sommes aussi tous de vieux hommes blancs », a ironisé jeudi à Stockholm Richard Thaler, Nobel d'économie 2017.

Et la littérature dans tout cela ? 14 poétesses ou romancières (12,3 %) seulement ont été couronnées. La tendance leur est cependant favorable puisque 36 % des prix depuis 2007 sont allés aux femmes. « Cela va dans le bon sens et rien ne dit que les statistiques ne peuvent encore s'améliorer. Elles le peuvent et le feront », a écrit sur son blog la secrétaire perpétuelle de l'Académie suédoise. Cette dernière « ne court pas après les statistiques pour les statistiques. La seule chose dont l'Académie se préoccupe, c'est de qualité », a aussi souligné Sara Danius, empêtrée depuis des semaines dans les révélations #MeToo qui ont mis au jour les étroites relations entre l'académie et le Français Jean-Claude Arnault, marié à une académicienne et accusé d'avoir harcelé, agressé ou violé de nombreuses jeunes femmes.

Les choses changent peu à peu

Le palmarès du Nobel de la paix est celui dans lequel les femmes sont les mieux représentées : 16 lauréates sur 104 personnes (15,4 %). Mais c'est encore loin, très loin de la parité. Une réalité qui reflète « la place des femmes dans la société au XXe siècle », selon Olav Njølstad, directeur de l'Institut Nobel norvégien. Mais, comme pour les autres prix, les choses changent peu à peu, avec six lauréates ces 15 dernières années. En 2011, le comité norvégien s'était même illustré en récompensant trois femmes conjointement, la présidente libérienne Ellen Johnson Sirleaf, sa compatriote Leymah Gbowee et la Yéménite Tawakkol Karman, figure de proue du Printemps arabe.

« Dans la durée, c'est naturellement important que l'on soit passé d'un comité dominé par les hommes à un comité où l'on est à peu près à 50-50 (hommes-femmes) », relève Olav Njølstad.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Marie Curie, une femme d'exception  Découvrez le parcours de Marie Curie, scientifique exceptionnelle et seule femme à avoir été récompensée par deux prix Nobel dans deux disciplines différentes. Ses découvertes ont changé le monde.