Une photo d'une plage des Philippines. © Fotolia, Christopher Howey

Sciences

Philippines : des Hommes naviguaient peut-être déjà il y a 700.000 ans

ActualitéClassé sous :homme préhistorique , Île de Luzon , Kalinga

Une datation d'os de rhinocéros aux Philippines, portant des traces de découpe associées à des outils devant appartenir à des représentants inconnus pour le moment du genre Homo, étonne les paléoanthropologues. Elle suggère que l'Homme se lançait déjà dans la navigation il y a 700.000 à 800.000 ans.

Les membres du genre Homo sont d'infatigables voyageurs et explorateurs. Bien avant l'apparition d'Homo sapiens, on trouve ainsi des représentants du genre Homo jusqu'en Chine et même en Indonésie. Il s'agissait d'Homo erectus dont les premiers fossiles de cet homininé ont été trouvés par Eugène Dubois. Jeune anatomiste hollandais, il a fait cette découverte en 1891, en menant des fouilles dans une couche de gravier fossilifère, proche de la rivière Solo à Java. Les premières datations au siècle dernier leur donnaient un âge d'environ 700.000 ans mais depuis quelques années, d'autres estimations donnent un âge d'environ 500.000 ans. Reste que la présence d'Homo erectus en Asie est attestée il y a au moins un million d'années. C'est en découvrant un fémur de type moderne parmi les restes dégagés, que Dubois a décidé de donner « erectus » comme nom d'espèce au nouveau venu dans le monde de la paléoanthropologie. Les principes de l'anatomie comparée, chers à Cuvier et ses successeurs, permettaient en effet d'en conclure que l'Homme de Java, comme on l'appelle parfois, devait se tenir debout.

Les recherches ne se sont bien sûr pas arrêtées avec Dubois et elles se poursuivent de nos jours, notamment avec le réseau européen et asiatique HOPsea (Human Origins Patrimony in Southeast Asia). Il en est qui sont menées dans les Philippines, en particulier depuis quelques années sur l'île de Luzon, avec le site de Kalinga, fouillé depuis 2014, grâce à des financements en provenance du Ministère de l'Europe et des affaires étrangères ainsi que du National Geographic, du LabEx BCDiv et de la Société des Amis du Musée de l'Homme.

Une présentation, hélas pas en français, de la découverte des stégodons à Kalinga. © ABS-CBN News

Ces fouilles avaient déjà attiré l'attention depuis quelque temps avec les restes de stégodons, un cousin de l'éléphant et des mammouths, disparu depuis 4.000 ans dans la région, mais surtout parce que des outils bifaciaux, artefacts d'une technologie possédée uniquement par des représentants du genre Homo, avaient été retrouvés associés à un squelette fossilisé quasi-complet d'une espèce de rhinocéros éteinte depuis au moins 100.000 ans : Rhinoceros philippinensis.

Homo navigateur aux Philippines il y a 800.000 ans ?

Les chercheurs viennent de publier un article étonnant et potentiellement révolutionnaire à ce sujet dans le journal Nature. Impliquant le Muséum national d'histoire naturelle, le CEA, le CNRS, l'UVSQ1, en collaboration notamment avec le National museum des Philippines, le travail présenté annonce qu'il a été possible de dater les restes du rhinocéros. L'âge estimé est d'environ 709.000 ans. Pour être précis, les diverses méthodes utilisées pour l'évaluer allant des méthodes radiométriques basées sur les isotopes 40Ar/39Ar et U/Th, ainsi que paléodosimétriques (résonance de spin électronique) aux méthodes paléomagnétiques, convergent toutes dans une période comprise entre 750.000 et 700.000 ans.

Or, les os de l'animal portent incontestablement des traces de boucherie avec des découpes sur les côtes et les extrémités des membres et des points de percussion sur les os d'un membre antérieur, ce qui atteste de la présence d'Homo au moins pendant cette période aux Philippines et permet de dater aussi les bifaces retrouvés.

Comme pour la découverte d'Homo naledi, voilà de quoi remettre en question l'histoire de l'Homme, bien qu'il faille encore rester très prudent. En effet, les avancées de la paléogéographie nous ont jusqu'à présent indiqué que les Philippines formaient un chapelet d'îles isolées du continent par de profonds bras de mer depuis environ 2,5 millions d'années. Faut-il en conclure qu'Homo possédait déjà des techniques, même rudimentaires, de navigation il y a 700.000 ans environ et peut-être plus ?

Difficile à dire. On sait en effet qu'au moins dans l'hémisphère Nord, une importante glaciation s'est produite entre environ 1,3 million d'années et 800.000 ans, le prépastonien. Le niveau des océans avait peut-être baissé suffisamment pour permettre à des représentants du genre Homo de traverser à pied sec de l'Indonésie aux Philippines ou peu s'en faut. Mais cela reste à prouver car il faudrait en fait postuler l'existence de langues de terre aujourd'hui disparues, à la suite d'un tsunami ou d'évènements tectoniques inconnus.

Ce qui est sûr, c'est que cette découverte nous amène à revoir nos conceptions sur l'histoire du peuplement de l’Asie du Sud-Est insulaire. La plus ancienne présence humaine connue à ce jour aux Philippines avait été datée auparavant à 67.000 ans.

  • Homo est arrivé en Asie il y a plus d'un million d'années et on trouve des représentants d'Homo erectus voilà au moins 500.000 ans à Java.
  • Des datations concordantes d'os de rhinocéros portant des marques de boucherie et associées à des bifaces démontrent que Homo était déjà présent il y a environ 700.000 ans aux Philippines.
  • Problème, ces îles devaient déjà être isolées par des bras de mer à cette époque et probablement aussi il y a au moins 800.000 ans, alors qu'une glaciation avait fait baisser le niveau des mers.
  • Faut-il en conclure qu'Homo savait déjà naviguer, ou que des langues de terre aujourd'hui disparues, peut-être à cause d'un tsunami, existaient à ce moment là ?
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Notre espèce n'a pas 200 000 ans mais 300 000 !  Au Maroc, une équipe internationale menée par Jean-Jacques Hublin (du Collège de France et de l’Institut Max Planck) a découvert les restes fossiles de cinq individus qui appartiennent à notre espèce. Mais ils datent de 300.000 ans, alors que les plus vieux Homo sapiens connus remontaient à 195.000 ans. De plus, les premiers Hommes semblaient être apparus en Afrique de l’est. La découverte contraint à revisiter l’histoire de l’espèce humaine et, de plus, montre que, depuis ses premiers représentants, c'est la boîte crânienne, donc le cerveau ou au moins le cervelet, qui a le plus évolué.