Vladimir Poutine s'exprimait depuis le cosmodrome de Vostotchny, le 12 avril 2022, rappelant que la Russie est toujours un acteur majeur de la course spatiale. © Reuters
Sciences

Retour de la Russie sur la Lune : les détails de la mission qui se posera en 2022

ActualitéClassé sous :exploration lunaire , Exploration robotique , missions Luna

[EN VIDÉO] Luna-Resource, un atterrisseur autonome pour se poser avec précision sur la Lune  L’Agence spatiale européenne va aider l'atterrisseur russe Luna-Ressource à se poser avec précision sur la Lune. Comment ? En fournissant le système d’alunissage Pilot qui, sans intervention des contrôleurs au sol, choisira lui-même sa zone d’atterrissage. 

Lors d'une visite en Biélorussie, Vladimir Poutine exposait les volontés de la Russie concernant l'exploration spatiale. Le président russe annonçait un retour sur la Lune dès 2022 avec la mission robotisée Luna 25, de laquelle s'est désengagée l'ESA il y a quelques jours.

L'exploration spatiale reprend des allures de guerre froide. Le 12 avril, Vladimir Poutine effectuait sa première sortie hors de Moscou depuis le début de la guerre en Ukraine, le 24 février 2022. Il rendait ainsi visite à son homologue biélorusse, Alexandre Loukashenko, les deux chefs d'État réalisant une intervention télévisée depuis le cosmodrome de Vostotchny, à l'est de la Russie.

Lors de cette date hautement symbolique, marquant les 61 ans du premier vol spatial habité par Youri Gagarine, Vladimir Poutine souhaitait rappeler l'importance de la Russie dans le domaine de la conquête spatiale et annonçait le retour de missions lunaires dès 2022. L'agence spatiale Roscosmos devrait coordonner la mission Luna 25, mission scientifique robotisée d'étude de la Lune. Elle sera la première sonde russe à se poser sur notre satellite naturel depuis 1976 et la mission Luna 24.

Maquette 3D de la sonde Luna 25 qui signerait le retour de la Russie sur la Lune. © Roscosmos

Retour vers le futur

L'agence de presse russe RIA Novosti dévoilait le 8 avril que Roscosmos prévoyait de lancer la sonde Luna 25 le 22 août 2022. Si la mission a déjà connu des retards, Vladimir Poutine aurait demandé au directeur général de l'agence spatiale, Dmitri Rogozin, que la sonde soit prête avant septembre selon l'agence de presse Tass. Luna 25 pourrait effectivement signifier un retour de la Russie dans le domaine de l'aérospatial, le secteur ayant subi une profonde crise économique induite par l'effondrement du bloc soviétique en 1991. 

La Soyuz 2.1b permettra d'envoyer la sonde Luna 25 vers la Lune. © Roscosmos, A. Morgunov

Les premières ébauches pour Luna 25 émergent en 1997. Le projet, alors appelé « Luna Glob », est officialisé en 2005 et la sonde doit décoller pour la Lune en 2012. Mais alors que les retards s'enchaînent, l'échec de la mission martienne Fobos-Grunt entraîne un report de Luna 25 à 2016. Luna 25 sera lancée depuis le cosmodrome de Vostotchny avec une Soyuz 2.1b et se posera à proximité du pôle sud après cinq jours de voyage.

Une fois sur la Lune, Luna 25 s'adonnera à diverses expérimentations sur le sol lunaire. Les principaux objectifs concernent l'analyse du régolithe, recouvrant l'intégralité de la surface de la Lune d'une couche de poussière blanche. La sonde sera aussi en capacité d'observer les variations thermiques du régolithe dans la région, ce qui pourrait fournir des indices aux chercheurs sur la potentielle présence d'eau dans les couches intérieures de la Lune. 

La Russie fait cavalier seul 

La mission Luna 25 devait se dérouler en collaboration avec l'Agence spatiale européenne (ESA), mais la guerre déclenchée par la Russie aura eu raison des collaborations scientifiques entre ce pays et les institutions spatiales occidentales. Le 13 avril, l'ESA a déclaré se retirer des missions Luna 25, 26 et 27. Un nouveau revers, alors que la mission ExoMars a aussi subi les foudres des tensions géopolitiques avec la Russie et ne partira sûrement pas en 2022.

Dès 2026, la Chine devrait entamer la construction d'une base lunaire permanente, en collaboration avec la Russie. © Chinese National Space Administration (CNSA)

Difficile de prédire si Roscosmos tiendra ses délais et réussira à lancer Luna 25 en août. La majorité des spécialistes s'accordent à dire qu'un atterrissage sur la Lune est une tâche périlleuse. Mais la mission Luna 25 est d'une importance majeure pour la Russie, et pourrait être un premier jalon en vue de la coopération avec la Chine concernant la construction de la base lunaire permanente, l'International Lunar Research Station (ILRS), qui devrait débuter en 2026. 


Soutenez une rédaction engagée pour la vulgarisation scientifique sur Patreon ! 

Notre mission ? Rendre le savoir accessible au plus grand monde
Nous produisons chaque jour nos propres articles, enquêtes et reportages, le tout à taille humaine. Soutenez-nous dans cette démarche et cette ambition. 
Abonnez-vous à Futura sur Patreon ! 

Deux formules d'abonnement vous sont proposées avec les avantages suivants : 

  •  « Futura sans publicité » : bénéficiez d'un accès garanti sans publicité sur tout le site pour 3,29 €/mois (+TVA). 
  • « Je participe à la vie de Futura » : en plus de l'accès sans publicité, participez à la vie de notre média indépendant (votes, contenu inédit, sondages, etc.) pour 6,29 €/mois (+TVA).
Rejoignez-nous sur Patreon !
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !