Pas de chances, le lancement d’Artemis I est de nouveau reporté. Cette fois, ce n’est pas à cause d’une fuite dans la méga-fusée SLS, mais de la météo et l’ouragan Ian qui arrive sur la Floride.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Teaser du live Futura pour le lancement du programme Artemis 1 Découvrez avec Futura le lancement du SLS, l'une des fusées les plus puissantes jamais construites, qui part pour la Lune !

Avec l'arrivée menaçante de l'ouragan Ian en Floride (il frappe actuellement l'ouest de Cuba), la NasaNasa n'a pas eu vraiment d'autres options que de rentrer, ce lundi 26 septembre, son méga-lanceur SLS (Space Launch System) au hangar. Une tâche qui n'est pas aussi simple que cela en a l'airair puisqu'il faut une nouvelle fois déplacer en toute délicatesse avec le crawler l'immense structure de 98 mètres de haut sur 6,4 kilomètres, depuis le pas de tir 39B jusqu'au bâtiment d'assemblage appelé VAB (Vehicle Assembly Building), sans provoquer de stressstress qui pourrait l'endommager. Cela prend environ 11 heures.

Le SLS avec le vaisseau Orion au cours de son transfert jusqu'au VAB, le 26 septembre 2022. © Nassa, Joel Kowsky
Le SLS avec le vaisseau Orion au cours de son transfert jusqu'au VAB, le 26 septembre 2022. © Nassa, Joel Kowsky

La Nasa tablait sur un lancement d’Artemis I le 27 septembre, mais…

Ce week-end, pourtant, la Nasa avait annoncé que tout était au vert, suite aux dernières vérifications après les réparations qui avaient contraint de reporter le lancement d’Artemis I -- initialement prévu, rappelons-le, le 29 août --, et laisser espérer un vol inaugural pour ce mardi 27 septembre. L'ouraganouragan Ian était alors jugé peu menaçant dans la région du Centre spatial Kennedy, sur la côte Atlantique de la Floride. Mais les dernières prévisions météorologiquesprévisions météorologiques de la NOAANOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration), de l'Armée américaine et du National Hurricane Center, qui font référence, sont moins optimistes et en ont décidé autrement. Et comme l'Agence spatiale ne veut pas prendre le risque d'endommager son puissant lanceur, il a donc été décidé de le mettre rapidement à l'abri.

Voir aussi

Artemis I : faut-il voir l’annulation du décollage comme un échec ?

Les ingénieurs vont profiter de ce séjour dans le VAB pour réaliser des opérations de maintenance et, notamment, changer les batteries, d'une duréedurée de vie de 20 jours, du FTS (Flight Termination System), le dispositif d'auto-destruction du lanceur en cas de problèmes durant le vol. La nouvelle date du lancement d’Artemis I n'est pas encore fixée, mais elle se déroulera au plus tôt, fin octobre.


Artemis I : après un test réussi, incertitudes sur la date de lancement

Article de Rémy DecourtRémy Decourt publié le 23 septembre 2022

Après deux reports de lancement, dont le premier a été jugé trop précautionneux, la Nasa a testé, apparemment avec succès, les réparations effectuées après les deux reports. Malgré cela, Charlie Blackwell-Thompson, la directrice du lancement de la mission, et la Nasa n'ont pas souhaité indiquer une date de lancement. Un décollage le 27 septembre est aujourd'hui très incertain.

« Tous les objectifs que nous avions fixés ont été remplis », a déclaré Charlie Blackwell-Thompson, la directrice de lancement de la mission Artemis I, malgré quelques fuites d'hydrogène liquideliquide qui ont été jugées sans gravitégravité pour l'intégritéintégrité du lanceur.

Cet essai de remplissage partiel des réservoirs d'hydrogène et d'oxygène du SLS, réalisé le 21 septembre, avait pour but de s'assurer du bon fonctionnement du joint défectueux permettant le remplissage de l'hydrogène à l'origine du deuxième report et le joint qui permet le refroidissement des quatre moteurs RS-25, à l'origine de l'annulation du lancement du 29 août, dont certains experts ont qualifié la décision de reporter le tir trop précautionneuse.

Voir aussi

Artemis I : faut-il voir l’annulation du décollage comme un échec ?

Malgré la réussite apparente de l'essai, la Nasa et la patronne du lancement de la mission Artemis I n'ont pas souhaité déclarer être prêtes à procéder au lancement à la prochaine occasion, soit le 27 septembre.

Si Charlie Blackwell-Thompson a déclaré « penser que le test s'est très bien passé », elle a toutefois précisé qu'il « était prématuré de déclarer le lanceur SLS prêt pour une nouvelle tentative de lancement » et qu'il était nécessaire de « bien analyser les données et voir ce qu'elles nous disent ». Elle a ajouté « ne pas aimer prendre de l'avance sur les données et donc de les examiner pour voir s'il y a des changements à apporter à notre procédure de chargement, à nos délais, ou si nous sommes bons tel quel ».

Charlie Blackwell-Thompson, la directrice de lancement de la mission Artemis I, lors de l'essai de remplissage du SLS. © Nasa, Kim Shiflett
Charlie Blackwell-Thompson, la directrice de lancement de la mission Artemis I, lors de l'essai de remplissage du SLS. © Nasa, Kim Shiflett

Stress structurel, météorologie, système FTS sont autant d'incertitudes qui influent sur la date de lancement

Ce test de remplissage n'est pas le seul facteur influençant la décision de lancement. La Nasa travaille toujours avec le Space Launch Delta 45, l'unité militaire chargée de veiller aux conditions de sécurité pour les décollages depuis la côte est des États-Unis, afin d'obtenir une dérogation pour le système FTS d'autodestruction du lanceur, dont la date de certificationcertification a expiré à la fin de la période de lancement précédente, soit début septembre. Ce Flight Termination System permet de détruire le lanceur en vol en cas de changement de trajectoire ou de perte de contrôle pour éviter que le SLS ne retombe sur des zones habitées. Or, il fonctionne sur batteries certifiées. Problème, pour les remplacer, il est nécessaire de ramener le lanceur dans le VAB (Vehicle Assembly Building), ce que la Nasa ne veut absolument pas faire afin d'éviter un « stress structurel » inutile au lanceur ! Et repousserait de facto le calendrier de lancement de plusieurs semaines.

Mais, la météorologiemétéorologie pourrait contraindre la Nasa à ramener le SLS dans le VAB. Un système actuellement appelé Invest 98L se forme dans les Caraïbes et devrait devenir une tempête tropicaletempête tropicale dans les prochains jours. D'après les modèles météorologiques, elle pourrait se diriger vers la Floride, ce qui plongerait la Nasa dans une période d'incertitude : on le rentre ou on le laisse sur le pas de tir !


Artemis I : nouvelles dates pour le lancement de la méga-fusée SLS

Article de Rémy Decourt publié le 13/09/2022

La Nasa veut lancer Artemis I au plus vite. Les problèmes techniques à l'origine des deux reports de lancement sont réparables sur le pas de tir, ce qui évite au lanceur de retourner dans le bâtiment d'assemblage, le VAB. Cependant, pour lancer la mission ces prochains jours, la Nasa a besoin de l'accord du Space Launch Delta 45, en charge des conditions de sécurité pour les décollages depuis la côte est des États-Unis.

Après deux tentatives de lancement annulées à la suite de problèmes techniques, la première le 29 août et la seconde le 3 septembre, la Nasa a indiqué qu'elle pourrait lancer Artemis I « au plus tôt » le 23 ou le 27 septembre. Cependant, pour pouvoir lancer à ces dates, elle a besoin du feufeu vert du Space Launch Delta 45, l'unité militaire chargée de veiller aux conditions de sécurité pour les décollages depuis la côte est des États-Unis. Cette unité de la force spatiale des États-Unis est la seule autorité qui peut certifier le bon fonctionnement du système d'autodestruction du lanceur. Ce FTS, Flight Termination System, permet de détruire le lanceur en vol en cas de changement de trajectoire ou de perte de contrôle pour éviter que le SLS ne retombe sur des zones habitées.

Le SLS sur le pas de tir 39B le 8 septembre 2022. Des ingénieurs s'occupent à réparer la fuite d'hydrogène détectée avant le lancement initial prévu le 3 septembre. © Nasa, Chad Siwik
Le SLS sur le pas de tir 39B le 8 septembre 2022. Des ingénieurs s'occupent à réparer la fuite d'hydrogène détectée avant le lancement initial prévu le 3 septembre. © Nasa, Chad Siwik

Éviter de ramener la fusée au VAB

Or, ce système fonctionne sur des batteries autonomes dont la fiabilité est garantie jusqu'à 25 jours. En pratique, ces batteries ne sont donc plus certifiées depuis le 5 septembre. Problème : pour les remplacer, il est nécessaire de ramener le lanceur dans le VAB (Vehicle Assembly Building), ce qui repousserait le calendrier de lancement de plusieurs semaines.

La Nasa a donc demandé une extension en vue d'un lancement le 23 septembre ou le 27 septembre.

En attendant, sur le pas de tir, les équipes au sol procèdent aux réparations des joints défectueux à l'origine des deux reports. Pour s'assurer de l'étanchéitéétanchéité de ces joints, ces deux réparations seront testées le 17 septembre avec un remplissage à minima du réservoir d'hydrogène liquide à -253 °C. Cela devrait permette de s'assurer du bon fonctionnement du joint défectueux permettant le remplissage de l'hydrogène à l'origine du deuxième report et le deuxième joint qui permet le refroidissement des quatre moteurs RS-25, à l'origine de l'annulation du lancement du 29 août.


Artemis I : le grand départ pour la Lune est reporté

Article de Rémy Decourt publié le 04/09/2022

Programmé initialement le 29 août, reporté au 3 septembre, le décollage du grand lanceur SLS de la Nasa a été encore annulé. La mission Artemis I restent pour l'instant clouée au sol, le temps nécessaire que les problèmes soient réglés.

(Mise à jour 3 septembre) La Nasa a été contrainte de reporter le lancement d'Artemis I en raison d'une fuite de carburant détectée pendant le remplissage des réservoirs du lanceur. Selon sa gravité, il est possible de la réparer sur le pas de tir et donc d'éviter de ramener le lanceur dans le Bâtiment d'assemblage (le VAB), ce qui reporterait de plusieurs semaines les prochaines tentatives de lancement. Mais, les batteries qui font fonctionner le système de destruction en vol du lanceur sont aussi un sujet de préoccupation qui pourrait la contraindre à ramener le lanceur dans le VAB.

---------------------------------------

Feu vert pour le lancement d'Artemis I, première mission du programme visant à retourner sur la LuneLune et y rester cette fois-ci. Un retour sur la Lune qui, par ailleurs, ne pourra pas se faire sans l'ESAESA. Rendez-vous ce samedi 3 septembre, à partir de 19 h 40 (heure de Paris) sur Futura pour suivre ce moment historique.

Lundi 22 août, la Nasa a réalisé une dernière revue d'aptitude au vol du SLS et d'OrionOrion qui s'est bien déroulée. Ce système de lancement qui doit ramener les Américains sur la Lune a été déclaré apte au vol. Le lancement d'Artemis I a donc été confirmé pour le 29 août. Le décollage du SLS est prévu dès que possible à l'intérieur d'une fenêtrefenêtre de tir de deux heures qui s'ouvrira à 14 h 33, heure de Paris (08 h 33, heure locale). [MÀJ : la Nasa a reporté le vol au 3 septembre, à 20 h 17, heure de Paris].

Ce premier vol d'Artemis est un vol de test sans équipage qui va servir à qualifier le lanceur SLS et le véhicule Orion. Ce vol a donc pour but de pousser dans ses retranchements le module de service d'Orion (ESM), fourni par l'Agence spatiale européenne et sous maîtrise d'œuvre d'Airbus Défense et Espace, afin de voir s'il est capable de réaliser toutes les manœuvres prévues.

Que sera capable de faire Orion avec son module de service ?

À proprement parler, le but de ce vol, ce n'est évidemment pas de pousser le véhicule à sa limite structurelle mais de le « tester à l'intérieur de son enveloppe de vol et voir dans quelles conditions et comment il peut fonctionner dans des configurations de vol très variées », nous explique Didier Schmitt, responsable de la Stratégie sur l'exploration humaine et robotiquerobotique à l'ESA. L'objectif de cette mission de 42 jours est de tester Orion et son module de service au-delà de ce qu'il va devoir faire pour les missions suivantes. Il faut savoir qu'Orion n'est pas un véhicule à usage unique, son module d'équipage est réutilisable et conçu pour une multitude de missions différentes.

Réunion de tous les responsables d'Artemis I lors de la revue d'aptitude au vol. Cette dernière a consisté à passer en revue l'ensemble des systèmes du lanceur SLS et du véhicule Orion et son module ESM, et s'est bien déroulée. À son issue, la Nasa a donné son feu vert au lancement d'Artemis I. © Nasa, Kim Shiflett
Réunion de tous les responsables d'Artemis I lors de la revue d'aptitude au vol. Cette dernière a consisté à passer en revue l'ensemble des systèmes du lanceur SLS et du véhicule Orion et son module ESM, et s'est bien déroulée. À son issue, la Nasa a donné son feu vert au lancement d'Artemis I. © Nasa, Kim Shiflett

Pour comprendre la nécessité de tester le module de service d'Orion, il faut savoir que ce « module a été défini il y a 10 ans, à une époque ou Orion était destiné à des missions vers des astéroïdesastéroïdes », rappelle Didier Schmitt. Il n'était alors pas question de GatewayGateway et encore moins de missions lunaires. Aujourd'hui, nous avons une « idée plus claire des missions d'Orion de sorte qu'il est nécessaire de vérifier en orbiteorbite que notre module sera en capacité de les réaliser ». Comme le précise Philippe Deloo, chargé du projet ESM à l'ESA, c'est la « première fois que le système sera testé dans l'espace ». Certes, le module ESM a déjà « été testé au sol mais la représentativité des tests au sol n'est jamais de 100 %. Là, on va pouvoir affiner nos modèles. On va apprendre énormément avec ce vol », indique-t-il.

Le tester à l’intérieur de son enveloppe de vol et voir dans quelles conditions et comment il peut fonctionner dans des configurations de vol très variées 

Parmi les missions qui n'étaient pas prévues à l'origine de la conception d'Orion, on citera en exemple celle d'Artemis IV. Lors de cette mission, Orion va servir de remorqueur pour arrimer le module I-HAB (International-Habitat, construit par Thales Alenia Space) au Gateway. Il est donc « nécessaire d'analyser ce scénario car le module de service n'a pas été développé pour cela. C'est tout l'intérêt d'Artemis I dont le vol de 42 jours permet de vérifier et tester ce type de phase de vol et de manœuvre », souligne Antoine Alouani, Responsable technique du sous-système de propulsion chez Airbus France.

Vigilance autour du bouclier thermique de la capsule

Le système de propulsion de l'ESM sera donc au cœur des tests que la Nasa espère réaliser, et particulièrement scruté. Comme le rappelle Antoine Alouani, ce « système de propulsion ne compte pas moins de... 33 moteurs ». Dont un moteur principal, « qui est un de ceux de la Navette spatiale et qui a déjà volé, et qui fournit une poussée de 26 kilonewtons », 8 moteurs auxiliaires, « dérivés de ceux du véhicule de transfert automatique (ATV) », et 24 moteurs de contrôle d'attitude.

L'autre point fort de ce vol et principal point de vigilance de la mission concerne le bouclier thermique de la capsule. La vitesse de rentrée dans l'atmosphèreatmosphère d'une mission de retour de la Lune étant bien supérieure à une mission de retour d'orbite, onze kilomètres par seconde contre « seulement » sept kilomètres par seconde, la Nasa veut s'assurer de son bon comportement lors de la phase de rentrée atmosphérique. Ce bouclier sera l'unique protection des astronautesastronautes durant cette phase cruciale.

Voir aussi

La Nasa a dévoilé les sites candidats d’atterrissage pour le retour des astronautes sur la Lune

Les panneaux solaires sont aussi un sujet de préoccupation majeur. Ces panneaux sont orientables autour de leur axe et peuvent s'incliner vers l'avant et l'arrière pour des raisons structurelles et thermiques. Il faut savoir que la poussée du moteur principal est telle que si les panneaux restaient déployés à 90 degrés, ils n'y résisteraient pas, d'où la nécessité de les incliner. Autre point de vigilance, et non des moindres, les panneaux ont une certaine fréquencefréquence de résonancerésonance. Or, les moteurs de l'ESM sont pulsés à une certaine fréquence pour pouvoir contrôler la direction et l'attitude. Airbus souhaite « vérifier ces interférencesinterférences de fréquences afin de vérifier que les panneaux n'entrent pas en résonance, ce qui pourrait les amener à se disloquer », précise Antoine Alouani.

Sans l’Europe, pas de retour sur la Lune

Vous l'aurez compris, sans ce module de service européen, la Nasa ne peut pas retourner sur la Lune. Cela dit, sans la Nasa, l'ESA ne peut pas aller bien haut non plus !

Pour l'Agence spatiale européenne, les enjeux sont énormes. Il faut savoir que la fourniture des modules ESM à la Nasa s'est faite dans le « cadre d'un accord historique à l'intérieur duquel nous avons négocié trois vols d'astronautes de l'ESA à bord du Gateway », rappel Didier Schmitt. Or, la prochaine étape est de négocier un « astronaute européen sur la surface de la Lune » !

Voir aussi

Exploration : trois astronautes européens à bord du Gateway et un sur la surface de la Lune

Afin de convaincre la Nasa d'en amener un avec elle lors d'une mission Artemis, il « faudra autre chose qu'un module de service. Cela pourrait être l'atterrisseur lunaire polyvalent EL3 ». Cet atterrisseur lunaire polyvalent, autonome et de forte capacité pourrait « servir à la logistique des missions Artemis et donc de contrepartie proposée à la Nasa pour faire atterrir sur la Lune un de nos astronautes, et d'autres par la suite ». Encore faut-il que les États membres de l'ESA donnent leur feu vert à son développement lors du prochain conseil ministériel prévu en novembre 2022.


Artemis I : le lanceur a été transféré sur son pas de tir

Article de Rémy Decourt publié le 17/08/2022

Le lanceur SLS, avec à son bord la capsule Orion et son équipage de mannequins, a été transféré sur son pas de tir. À quelques jours du vol, tous les voyants sont au vert pour la mission Artemis I qui donne le coup d'envoi à l'ambitieux programme de retour sur la Lune des États-Unis.

« Les quatre premiers kilomètres qui nous mèneront sur la Lune ont été parcourus ». Ce sont dans ces termes que s'est exprimé Michael Bolger, responsable des systèmes terrestres d'exploration au Centre spatial Kennedy, lors d'un point de presse, pour saluer le transfert du lanceur SLS et la capsule Orion.

Voir aussi

La Nasa a débuté la production des lanceurs qui ramèneront des Américains sur la Lune

Ce transfert a eu lieu deux jours plus tôt que prévu, ce qui laisse à penser que la Nasa est en avance sur son planning de préparation de la mission Artemis I. Bien qu'il existe de nombreuses possibilités de report, tous les voyants sont au vert pour un décollage le 29 août, à suivre en direct sur Futura. La mission est prévue pour durer 42 jours.

De la Lune à Mars

Cette nuit, le lanceur SLS (Space Launch System) a quitté le bâtiment d'assemblage (Vehicle Assembly Building VAB) pour rejoindre son pas de tir du Centre spatial Kennedy, le 39B. Ce pas de tir historique a été utilisé pour les trois missions SkylabSkylab, le vol Apollo-Soyouz et les navettes spatiales jusqu'en 2007. Il est aujourd'hui utilisé pour les missions Artemis qui ramèneront les Américains sur la Lune et les enverront sur Mars.

Comme tient à le préciser Reid Wiseman, le chef des astronautes au Centre spatial Johnson de la Nasa, « quand nous pensons à Artemis, nous nous concentrons beaucoup sur la Lune. Mais je veux juste que tout le monde sache et se souvienne que nos yeuxyeux ne sont pas fixés sur la Lune. Nos yeux sont clairement tournés vers Mars ».

Trois mannequins pour préparer l’arrivée des hommes et des femmes sur la Lune

À bord du puissant lanceur construit par Boeing, le véhicule Orion et son équipage de trois mannequins dont deux « féminins », baptisés Helga et Zohar. Ces deux « cobayes » seront utilisés pour plusieurs expériences dont Mare (Matroshka AstroRad Radiation Experiment) qui doit mesurer les effets du rayonnement spatialrayonnement spatial sur les femmes astronautes afin de les préparer au mieux à vivre et travailler sur la Lune.

Fournis par l'ESA, ces mannequins féminins sont fabriqués à partir de matériaux imitant les os, les tissus mous et les organes d'une femme adulte. L'un des mannequins voyagera sans protection tandis que l'autre portera un gilet de radioprotection spécial, appelé AstroRad (gilet noir). Quant au troisième mannequin, il est américain. Livré par la Nasa, il a été baptisé Commander Moonikin Campos. Ce mannequin est bardé de capteurscapteurs de façon à enregistrer tout ce que subiront les femmes et les hommes en route vers la Lune, du décollage au retour sur la terre ferme.

Le saviez-vous ?

Artemis I consistera en un vol d'essai inhabité autour de la Lune suivant une trajectoire similaire à celle de la mission Apollo 8, en utilisant la gravité lunaire pour gagner de la vitesse et pour se propulser à près de 70.000 kilomètres au-delà de la Lune, à près d'un demi-million de kilomètres de la Terre – plus loin qu'aucun humain n'a jamais voyagé. Lors de son voyage de retour, Orion effectuera un survol de la Lune avant de retourner sur Terre. La mission se terminera par un plongeon dans l'océan Pacifique.


Save the date ! On sait quand aura lieu le premier vol vers la Lune de la mégafusée de la Nasa

Article de Léa FournassonLéa Fournasson publié le 24/07/2022

À l'occasion d'une conférence de presse ce mercredi 20 juillet 2022, la Nasa a annoncé la date du premier vol du SLS, son plus puissant lanceur et première étape du retour vers la Lune. La mission consistera en un vol inhabité de la capsule Orion autour de la Lune.

Dans une conférence de presse le 20 juillet, la Nasa a annoncé pile 53 ans après le premier atterrissage lunaire d'Apollo 11Apollo 11 la date de lancement de la mission Artemis I : le décollage se fera le 29 août ! Elle a aussi annoncé deux autres dates alternatives, le 2 et le 5 septembre. Ce tout premier vol marquera le début du grand programme Artemis, qui vise à renvoyer des humains sur la Lune dès 2025, plus de 50 ans après la dernière mission ApolloApollo en 1972. Ce premier vol consistera en un vol inhabité d'une capsule Orion qui se mettra en orbite autour de la Lune avant de revenir sur Terre.

Au total, la mission devrait durer entre 39 et 42 jours, d'après la Nasa. Le lancement aura lieu au Kennedy Space Center, en Floride, et sera le tout premier décollage du lanceur Space Launch System (SLS) de la Nasa, conçu spécialement pour le programme Artemis. Il pourrait aussi servir à envoyer des humains sur Mars, objectif à long terme de l'Agence spatiale américaine.

Deux autres fenêtres de tir

Mais la date n'est pas certaine, comme le précise la Nasa. Tout comme elle l'avait annoncé précédemment, le décollage se fera entre le 23 août et le 6 septembre, avec trois dates possibles. Parmi les objectifs d'Artemis I, le test du bouclier thermique d'Orion : c'est en effet lui qui protègera l'équipage lors des prochaines missions habitées à venir. Trois mannequins seront d'ailleurs intégrés dans la capsule, criblés de capteurs afin d'étudier les conditions physiquesphysiques réelles dans lesquelles serait un véritable équipage humain. Les systèmes de navigation seront aussi dans la ligne de mire de la Nasa, avec en particulier un test sur leur capacité à utiliser l'énergieénergie solaire et leur résiliencerésilience face aux rayonnements cosmiques. La prochaine mission, Artemis II, n'aura pas lieu avant 2024, et transportera des humains mais seulement pour effectuer une orbite autour de la Lune. L'atterrissage lunaire ne sera pas avant 2025, dans le cadre de la mission Artemis III.


La mégafusée de la Nasa est prête pour son premier vol vers la Lune : voici les dates

Article de Rémy Decourt publié le 28/06/2022

La Nasa a été convaincue par l'ensemble des essais WDR réalisés avec le SLS. Vendredi, elle a déclaré que le lanceur était prêt pour son premier vol d'essai qui pourrait avoir lieu à l'intérieur d'une fenêtre de tir qui s'ouvrira le 23 août et se fermera le 6 septembre. Cette mission, Artemis I, consistera en un vol inhabité de la capsule Orion autour de la Lune.

Les différents essais et répétitions de chronologie de lancement avec remplissage du lanceur SLS (WDR, Wet Dress Rehearsal) sont terminés. Dans un communiqué, la Nasa se satisfait de la tournure des événements et s'est dite convaincue que le lanceur géant, construit par Boeing, est fin prêt pour son vol d'essai et la mission Artemis I. Les équipes de Boeing et de la Nasa vont maintenant procéder aux préparatifs du lancement de ce vol qui donnera le coup d'envoi des missions du programme lunaire Artemis qui doit ramener les Américains sur la surface lunaire.

Cela dit, une petite fuite d'hydrogène a tout de même empêché la Nasa et Boeing de réaliser des répétitions jusqu'à l'instant T moins 9 secondes, juste avant l'allumage des quatre moteurs principaux RS-25 de l'étage principal. Au plus loin, le compte à rebours s'est arrêté à T moins 29 secondes. Bien que la durée des répétitions ne soit pas allée aussi loin que les responsables du programme le souhaitaient, la Nasa et Boeing ont tout de même déclaré que la réception WDR avait atteint suffisamment d'objectifs pour passer aux préparatifs finaux du lancement.

Le saviez-vous ?

Artemis I consistera en un vol d'essai inhabité autour de la Lune suivant une trajectoire similaire à celle de la mission Apollo 8, en utilisant la gravité lunaire pour gagner de la vitesse et pour se propulser à près de 70.000 kilomètres au-delà de la Lune, à près d'un demi-million de kilomètres de la Terre – plus loin qu'aucun humain n'a jamais voyagé. Lors de son voyage de retour, Orion effectuera un survol de la Lune avant de retourner sur Terre. La mission se terminera par un plongeon dans l'océan Pacifique.

Pas de lancement ces prochains jours

Le SLS (Space Launch System), dont plusieurs sont en cours de production, ne va évidemment pas décoller ces prochains jours. Vendredi 1er juillet, la Nasa ramènera le lanceur dans le bâtiment d'assemblage (Vehicle Assembly Building ou VAB) pour une période de six à huit semaines où il sera préparé à son vol inaugural. La Nasa doit également procéder à plusieurs vérifications et réparations dont cette fuite d'hydrogène localisée au bas de l'étage principal.

Au regard du travail à effectuer, la Nasa et Boeing sont confiants. Le lanceur sera prêt à être lancé entre le 23 août et le 6 septembre. Si cette fenêtre de tir était ratée, l'opportunité suivante aurait lieu entre le 19 septembre et le 4 octobre. La date de lancement ne sera pas connue avant plusieurs semaines. La Nasa n'a pas suffisamment de visibilité sur la durée du travail et des tâches qui sont à effectuer sur le SLS.


Vol d'Artemis vers la Lune : pourquoi les dates de lancement sont difficiles à déterminer ?

Article de Rémy Decourt publié le 12/06/2022

La Nasa qui se prépare pour une nouvelle tentative de répétition de chronologie de lancement avec remplissage du lanceur SLS (WDR, Wet Dress Rehearsal) prépare aussi la mission Artemis I qui sera réalisée lors du vol inaugural du SLS. Artemis I, qui doit ouvrir la voie au retour des Américains sur la Lune à l'horizon 2028, pourrait être lancée au cours de l'été. Mais à quelle date ? Étonnamment, malgré la proximité de la Lune à la Terre, les opportunités de lancement ne sont pas aussi nombreuses que l'on pourrait le penser. Explications.

Si la seconde tentative de répétition de chronologie de lancement avec remplissage du lanceur SLS (WDR, Wet Dress Rehearsal) se déroule bien, la Nasa et Boeing devraient ensuite accélérer sur la préparation du vol inaugural du SLS lors de la mission Artemis I à une date qui n'a pas encore été communiquée. Mais, trouver une date de lancement s'apparente à un petit casse-tête car la Nasa doit tenir compte de plusieurs paramètres. 

Un grand huit autour de la Lune

Pour rappel, Artemis I consistera en un vol d'essai inhabité autour de la Lune suivant une trajectoire similaire à celle de la mission Apollo 8, en utilisant la gravité lunaire pour gagner de la vitesse et pour se propulser à près de 70.000 kilomètres au-delà de la Lune, à près d'un demi-million de kilomètres de la Terre - plus loin qu'aucun humain n'a jamais voyagé. Lors de son voyage de retour, Orion effectuera un survolsurvol de la Lune avant de retourner sur Terre. La mission durera environ 20 jours et se terminera par un plongeon dans l'océan Pacifique sans le module de service qui sera séparé du véhicule et brûlera dans l'atmosphère.

L'incertitude sur la date de lancement de cette mission ne s'explique pas seulement par la date de fin des essais WDR et le feu vert à l'utilisation du SLS. Il y a tout un tas d'autres paramètres à prendre en compte. En effet, étonnamment, malgré la très proche proximité de la Lune à la Terre, dans le cadre de cette mission les opportunités de lancement ne sont pas aussi nombreuses que l'on pourrait le penser.

Ces fenêtres de tir tiennent principalement compte de la mécanique orbitaleorbitale complexe qu'implique le lancement sur une trajectoire précise vers la Lune alors que la Terre tourne sur son axe et que la Lune tourne autour de la Terre chaque mois dans son cycle lunaire. Mais pas seulement.

Le véhicule Orion et la Lune en point de mire. © Nasa
Le véhicule Orion et la Lune en point de mire. © Nasa

Quatre paramètres principaux qui détermineront la date de lancement

Sans surprise, la date de lancement doit tenir compte de la position de la Lune afin que l'étage supérieur du lanceur SLS puisse programmer la combustioncombustion d'injection translunaire avec suffisamment de performance pour intercepter la « rampe d'accès » à l'orbite lunaire rétrograde. À l'avenir, cet étage sera remplacé par l'étage supérieur d'exploration EUS (Exploration Upper Stage) plus puissant, qui permettra des lancements quasi quotidiens, voire quotidiens vers la Lune, en fonction de l'orbite souhaitée. À cela s'ajoute que la trajectoire résultante pour un jour donné doit garantir qu'Orion ne reste pas dans l'obscurité pendant plus de 90 minutes d'affilée, afin que ses panneaux solaires puissent recevoir et convertir la lumièrelumière du soleilsoleil en électricité et que le vaisseau spatial puisse maintenir une plage de température optimale. Enfin, la date de lancement doit permettre une trajectoire de retour qui autorise la technique d'entrée, dite par saut. Cette technique consiste en une manœuvre au cours de laquelle le vaisseau spatial plonge dans la partie supérieure de l'atmosphère terrestre et utilise cette atmosphère, ainsi que la portance de la capsule, pour ralentir simultanément et sortir de l'atmosphère, puis revenir pour la descente finale et l'amerrissage. Cette technique permet aux ingénieurs de déterminer avec précision l'emplacement de l'amerrissage d'Orion et, lors des futures missions, elle contribuera à réduire les charges de rupture aérodynamique que subiront les astronautes à l'intérieur du vaisseau et à maintenir les charges structurelles du vaisseau dans les limites de conception. Enfin, la date de lancement doit permettre l'amerrissage d'Orion en journée, afin d'aider le personnel de récupération à localiser, sécuriser et récupérer l'engin spatial dans l'océan Pacifique.

En tenant compte de tous ces paramètres et contraintes, la Nasa a identifié et déterminé 73 dates de lancement potentielles entre le 26 juillet et le 23 décembre 2022. Il en résulte un calendrier avec environ deux semaines de possibilités de lancement, suivies de deux semaines sans possibilités de lancement.

Fenêtres de tir envisagées pour Artemis 1

26 juillet - 10 août

  • 13 opportunités de lancement
  • Pas de possibilité de lancement les 1, 2 et 6 août

23 août - 6 septembre

  • 12 opportunités de lancement
  • Aucune possibilité de lancement les 30 août et 31 ainsi que le 1er septembre.

20 septembre - 4 octobre

  • 14 opportunités de lancement
  • Pas de possibilité de lancement le 29 septembre.

17 octobre - 31 octobre

  • 11 opportunités de lancement
  • Pas de possibilité de lancement les 24, 25, 26 et 28 octobre

12 novembre - 27 novembre

  • 12 opportunités de lancement
  • Aucune possibilité de lancement les 20, 21 et 26 novembre

9 décembre - 23 décembre

  • 11 opportunités de lancement
  • Pas de possibilité de lancement les 10, 14, 18 et 23 décembre